Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Histoire et présentation  de l'Académie

Dans la tradition de l'humanisme rhénan du XVIe siècle, le grand élan des Lumières féconde, au XVIIIe siècle en Alsace, de nombreuses sociétés de Lettres, Sciences et Arts, que les édiles citadines inventent comme des espaces de libres débats, de diffusion de la connaissance et d'information par la lecture de journaux de plus en plus nombreux. Le morcellement politique de la province stimule la variété et le nombre des ces cercles de pensées et d'action.

 

En 1769, la ville de Strasbourg se dote d'une Académie Royale des Sciences et des Belles Lettres, qui devient, en 1799, la Socièté Littéraire des Sciences et Arts,  puis, en 1802, la Société Académique du Bas Rhin.

 

Dès 1760, Théophile-Conrad Pfeffel fonde à Colmar une Société Littéraire, qui durera jusqu'en 1820. La Société d'émulation des Sciences, des Belles Lettres et des Arts voit le jour dans cette même ville en 1801.

 

A Mulhouse est fondée en 1775 la Société pour la propagation du bon goût et des belles lettres et sciences par le futur pasteur Jean Spoerlin. Dans le cadre de la Société Industrielle de Mulhouse, créée par le patriciat en 1826, diverses commissions assurent formation et information dans le même esprit du progrès de la pensée pour servir l'homme.

 

L'Alsace, annexée en 1870, redevenue française après les cruelles souffrances de la Première Guerre mondiale, et piétinée par la botte nazie lors de la Seconde Guerre mondiale, a vécu des bouleversements politiques et sociaux majeurs. Cependant ces changements n'ont pas altéré la richesse de son activité intellectuelle, enracinée dans son passé biculturel.

Dans la reconstruction de l'après-guerre, de nouvelles sociétés savantes virent le jour en Alsace.

 

La création de l'Académie d'Alsace, à Colmar, le 25 mai 1952, réussit le pari de fédérer toutes les activités intellectuelles de la province dans ses carrefours de communication et d'échange au coeur de l'Europe, tout en tenant à être l'interprète et le témoin des valeurs culturelles de la France.

L'Académie comprend 4 sections : Belles Lettres, Sciences de la nature, Sciences de l'Homme, Art et Artisanat d'Art.

 

Pour bien signifier son appartenance à la grande famille des académies, l'Académie d'Alsace a adopté, le 12 mai 2007 la titulature commune :

Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace.

 

 

L'Edito


AG comme agir

Y avait-il cadre plus approprié que la Bibliothèque humaniste de Sélestat pour accueillir notre assemblée générale 2019 ?

Si l’humanisme est une manière de voir le monde et la connaissance, il est aussi une pratique, un engagement dans la cité. C’est dire combien la mémoire de Beatus Rhenanus et de ses pairs – si bien rendue palpable par la magnifique rénovation des lieux – est un aiguillon pour les académiciens du 21e siècle, les incitant à regarder le monde avec lucidité et bienveillance, et à y trouver une place féconde.
Le bilan 2018-2019 de l’Académie d’Alsace montre (voir ci-joint le compte-rendu de notre AG du 6 juillet 2019) un net renforcement des relations et partenariats avec notre environnement institutionnel, confirmant notre place originale dans le paysage régional. Et l’année 2019-2020 verra la naissance des « Agoras de l’Académie d’Alsace » dans les grandes villes de la région, lieux de débats ouverts, en prise avec les enjeux généraux du corps social. Nous y reviendrons prochainement.
Communication interne et externe renforcée, entrée de nouveaux membres, échanges avec les académies sœurs dans le cadre de la Conférence nationale des académies que, sous l’égide de l’Institut de France, notre équipe alsacienne préside jusque fin 2020 : voilà la feuille de route de l’Académie d’Alsace pour l’année à venir.
D’ici là, bel été à tous !
Bernard Reumaux

 

Dominique Wunderlin (gauche) et Marc Glotz (droite)

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace