Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Gabrielle Claerr-Stamm

_____________________________________________

Gabrielle CLAERR STAMM et présidente de société d’histoire

 

 

 

Section

Culture

 


Données professionnelles

Après des études à l’Ecole normale de Sélestat et de Guebwiller, elle a enseigné pendant une quinzaine d’années à Wittelsheim, avant d’entrer dans le notariat.

Elue en 1975 au comité de la Société d’histoire de Thann sous la présidence de Joseph Baumann, elle a travaillé à l’inventaire du patrimoine du Musée de Thann. En 1977, Paul Stintzi l’appela au comité de la Société d’histoire du Sundgau. Elle lui a succédé l’année suivante au poste de secrétaire générale et depuis 1993, a assuré la présidence de la Société. Rédactrice de l’annuaire de la Société depuis 1979, elle en a publié un index des articles depuis le premier numéro paru en 1933, index mis à jour chaque année. En 1983, elle a été élue au comité de la Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace.

Elle a assuré, pendant quinze ans, la rédaction du Bulletin de liaison, puis est devenue vice-présidente en 1999. Egalement vice-présidente de la Société d’histoire des amis de Riedisheim, elle a collaboré à Riedisheim, site, peuplement et histoire (1997) une histoire de l’église du couvent des Rédemptoristes et une étude de l’évolution et de l'histoire de ses rues.

Spécialiste de l'histoire religieuse populaire, elle a publié de nombreux articles sur les chapelles du Sundgau dans la presse, les annuaires de la Société d'histoire du Sundgau, ceux de Thann-Guebwiller, aux Archives de l'Eglise d'Alsace et dans l'Almanach Sainte-Odile dont elle a fait partie du comité de lecture pendant une dizaine d'années. Elle a collaboré au Dictionnaire des communes du Haut-Rhin (1980), à l'Encyclopédie d'Alsace (1982), au Guide du Sundgau (1989), à Lucelle, histoire, fouilles et vestiges (1993), à l’ouvrage sur Le prieuré, l'hôpital et le cimetière de Saint Morand d’Altkirch (1995).

Pour son activité sur le site de l’ancienne abbaye cistercienne de Lucelle, elle a été nommée membre d’honneur de L'œuvre de Lucelle. Elue au bureau du Conseil d'Administration du Centre Européen de Rencontres de Lucelle. En 1997, dans le cadre des fêtes pour le millénaire de la première mention de l’Autriche, elle a publié Jeanne de Ferrette, épouse d'Albert II de Habsbourg et a participé à un colloque sur les Habsbourg, à l’ancienne chartreuse de Gaming, en Autriche, où repose Jeanne de Ferrette. En 1998, elle a rendu hommage à son prédécesseur, en écrivant Paul Stintzi, l’historien du Sundgau. En 2004, paraît  Pierre de Hagenbach, le destin tragique d'un chevalier sundgauvien au service de Charles le Téméraire.

Elle participe également à la rédaction de notices du NDBA.

 

En 2008, elle publie un important travail sur l’abbaye de Lucelle au XVIIIe siècle intitulé Les riches heures de l’abbaye de Lucelle au temps de Nicolas Delfis 1708-1751.

2011 : Publication en co auteur du livre Le Sundgau par ses plus belles gravures édité par la Société du Sundgau, pour le 80e anniversaire de la Société.

2012 et 2013, pour la Société d’Histoire du Sundgau, elle dirige la publication du Nouveau Guide du Sundgau, en deux volumes (plus de 700 pages). Elle assure la rédaction de plusieurs chapitres.

En mai 2014, elle lance le NetDBA sur le site Internet de la Fédération. Elle organise le premier Café de l’Histoire dans le cadre du Salon du Livre de Colmar, premier Café littéraire donnant la parole aux sociétés d’histoire et aux maisons d’éditions d’alsatiques.

En août 2015, elle fait paraitre De Soleure à Paris, la saga de la famille de Besenval, fruit de quatre années de recherches. Elle collabora à la réalisation de planches de bandes dessinées sur l’histoire du Sundgau, parue aux Editions du Signe fin 2016. En avril 2017, elle collabore au Découvrir le Sundgau, consacré aux « Voies ferrées dans le sud de l’Alsace » et en assura la direction.

 

Elue en 2008, 2011 et 2014, à la présidente de la Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace, elle choisit, en 2017 de ne pas briguer un quatrième mandat tout en restant au comité où elle assure le poste de trésorière adjointe, l’organisation du Café de l’Histoire, et la rédaction du Bulletin fédéral. Elle commence la rédaction d’un important ouvrage sur les Attributs des saints vénérés en Alsace, à paraitre dans la collection « Alsace-Histoire » de la Fédération en 2018/2019.


Diplômes et expertises

En 2007, elle est reçue à l’Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Alsace (comme membre correspondant, puis en 2010 promue membre titulaire) et se voit remettre la médaille du bénévolat du Conseil Général du Haut Rhin et en 2008 les palmes d’argent de la Fondation du bénévolat.

La même année, elle est faite chevalier dans l’Ordre des palmes académiques. A l’automne 2011, elle reçoit un Bretzel d’or pour ses activités d’historienne.

En juin 2014, elle est promue au rang d’officier dans l’Ordre des Palmes académiques.


Rôles académiques

 


Données personnelles (espact privé)

 


CV complet

 

 

 

 

L'Edito

2020, année des Agoras

Notre année académique s’ouvre sous le signe des Agoras. Conçus et lancés comme une réponse concrète à la question « À quoi sert l’Académie d’Alsace ? », ces chantiers de débats, d’auditions et de propositions visent à produire une parole publique féconde pour la région.
Dans un an la Collectivité européenne d’Alsace verra le jour et il est utile que notre compagnie, à la fois indépendante, régionale et transdisciplinaire, contribue à formuler, sur certains sujets, des éléments d’analyses et de repères ainsi que des orientations.
Plusieurs chantiers ont été lancés, animés par des membres de notre académie. L’Agora « Réenchanter les châteaux-forts d’Alsace » produit depuis novembre dernier un travail remarquable au plus près des associations et chercheurs. Elle est menée en appui au projet culturel des deux Départements, « Les Portes du Temps », dont le directeur artistique est John Howe, Grand Prix 2020 de l’Académie d’Alsace.
L’Agora « La démocratie participative au banc d’essai » poursuit ses études de terrain. « Femmes & Sciences » démarrera en mars. Un groupe « Santé » se met en place. D’autres sont en gestation, chaque fois portés par des membres de notre académie. Et le 5 février, à Strasbourg, nous interrogerons les effets des développements massifs du tourisme.
Académique et régionale, notre compagnie met les compétences de ses membres et leur responsabilité citoyenne au service de l’Alsace.

 

Bernard Reumaux

Réunion de préparation des Agoras, Strasbourg, 17 septembre 2019

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace