Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Gérard Freyburger

Professeur Emérite à l’Université de Strasbourg,  il achève la publication d’une édition commentée avec traduction du De die natali de Censorinus dans la Collection des Universités de France des Editions Les Belles Lettres.
Il exerce par ailleurs les fonctions de président de la Section d’Alsace de l’Association Guillaume Budé et de membre de l’Academia Latinitati Fovendae de Rome.

____________________

 

Section

Belles Lettres


Données professionnelles

 

1969-1973: Professeur de lettres au Lycée Jean Giraudoux à Châteauroux (Indre). Chargé de cours (initiation au latin) à l'Université de Limoges en 1972-1973.

1973-1976: Assistant à l'Université de Saint-Etienne.

1976-1988: Maître-Assistant puis Maître de Conférences à l'Université de Haute Alsace (U.H.A.),  (Mulhouse).

1988-1994 (avec effet rétroactif depuis 1985) : Professeur à l'Université de Haute Alsace (de 1è classe depuis 1993). Doyen de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de juin 1991 à juin 1994.

Depuis 1994 : Professeur à l'Université Marc-Bloch (UMB) de Strasbourg, puis à l’Université de Strasbourg (UdS)  Directeur, en collaboration avec L. Pernot, du Centre d'Analyse des Rhétoriques Religieuses de l'Antiquité (C.A.R.R.A.) jusqu’en 2008.

1994-1998 : Membre du jury de l'agrégation de grammaire. De 1995 à 1998 : Secrétaire de ce jury.

D’octobre 2001 à octobre 2005 : Bénéficiaire d’un premier contrat d’encadrement doctoral.
Février-juillet 2002 : Bénéficiaire d’un semestre de congé pour recherches.
D’octobre 2005 à octobre 2009  : Bénéficiaire d’un deuxième contrat d’encadrement puis de la Prime d’Excellence Scientifique.
Nommé à la classe exceptionnelle des Professeurs en 2008.

2007-2009 :  Membre du Conseil Scientifique,  du Conseil d’Administration et de la commission d’admission des membres de l’Ecole Française de Rome.

Depuis 1999 :  Membre de l’Academia Latinitati Fovendae de Rome.

2011-2014 : Professeur Emérite à l’UdS avec fonctions au CARRA (EA 3094).

2014-2017 : Professeur Emérite à l’UdS. avec fonctions au CARRA (EA 3094).

 

Conférences et communications

-17 janvier 2014 : « Les Metageitnia : 35 ans d’histoire ». XXXVè Metageitnia, Université de Fribourg, Fribourg en Suisse.
 -20 octobre 2014 : « La tentative strasbourgeoise de Johannes Curtius de mettre Térence à la portée d’un large public ». Congrès de la Coordination Nationale des Associations Régionales des Enseignants de Langues Anciennes (CNARELA), Strasbourg.
-20 novembre 2014 : « Regulus, héros de la fides : mythe et vraisemblances historiques », Colloque international organisé par le CARRA, Figures mythiques et discours religieux dans l’Empire gréco-romain, organisé par F. Chapot, J. Goeken et M. Pfaff, Strasbourg.
-18 mai 2015 : « Le végétarisme pythagoricien  dans la Rome antique », Journée d’Etudes du GIS « Les religions et le manque de nourriture. L’ascèse, le jeûne et la privation volontaire de nourriture », organisée par R. Gounelle, Strasbourg.
-27 novembre 2015 :  « Pratiques végétariennes et marginalité à Rome », Colloque Religions sous contrôle. Pratiques et expériences religieuses de la marge ?, organisé par B. Amiri, Université de Franche- Comté, Besançon.
-19 juin 2016, « The ritual presentation of symbols of divinity power in the Isiac and Mithraic Mysteries », Symposium Peregrinum 2016 The Mysteries of Mithras and other Mystic Cults in Roman World, organisé par P. Johnston et A. Mastrocinque, Tarquinia.
-30 septembre 2016 : « Le débat sur Regulus : sources romaines, sources grecques », Journée d’Etude du Laboratoire Guerre et religions dans le monde punique organisée par M. Tahar, Université de Tunis.

Membre du comité de lecture de la Revue Latomus (Bruxelles) et de la revue KTEMA (Strasbourg). Expertises d’articles pour ces revues et pour les Dialogues d’histoire ancienne des Presses Universitaires de Besançon.

Direction de la thèse de Juliette Sauvey, sur Junon, une déesse de la colère et de la réconciliation. Etude religieuse et littéraire du début de la République jusqu’à l’époque augustéenne » : soutenance le 27 février 2015 à l’Université de Strasbourg. Participation au jury de thèse de  Igor Yakoubovitch sur Les "Historiae Alexandri Magni"de Quinte Curce : le mythe d’Alexandre et la représentation du pouvoir à Rome  au Ier siècle ap. J.-C. le 15 décembre 2015 à l’Université Paris X-La Défense (dir. de thèse Ch. Guittard)  et de Julien Rohmer sur Triviae sacerdotes : les servantes de Diane et l’initiation d’Enée, 19 septembre 2016, à Strasbourg (dir. de thèse Y. Lehmann).

 


Participation à Sociétés savantes et Académies
De septembre 2014 à septembre 2017 : Président de la Section d’Alsace de l’Association Guillaume Budé. – Membre de l’Academia Latinitati Fovendae de Rome.
De janvier à décembre 2016 : Vice-Président de la Société des Etudes Latines (Paris).
De janvier à décembre 2017 : Président de la Société des Etudes Latines (Paris).

L'Edito


Vulgarisation ?
Le mot rebute souvent. Mais la réalité émerveille.
Car telle est la fonction et l’honneur des professionnel

s de la transmission, qu’ils soient intellectuels ou artisans, chercheurs pointus ou enseignants de terrain, praticiens des arts et de la culture.
Et tel est le rôle le plus noble des académies ! Pas de cultiver l’entre-soi, mais de s’ouvrir aux autres, ceux de toutes les disciplines du savoir et de la création bien sûr, mais aussi, surtout, les publics les plus divers et les moins spécialisés.
Nous en avons eu une brillante démonstration par un grand esprit de la « république des lettres », Michel Zink, de passage dans la région à l’invitation de l’Académie d’Alsace, dont il est membre du Comité d’honneur. A Altkirch le 6 avril, à Strasbourg le 8, tous ont été conquis par l’érudition et le charme du membre fraîchement élu de l’Académie française, du secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, du professeur honoraire du Collège de France, du grand spécialiste des littératures françaises du Moyen Age, capable de déclamer pendant des heures des poèmes de troubadours en langue originale…
Michel Zink a fait un éloge de la vulgarisation, de la nécessité de trouver des formes adaptées pour toucher, cultiver, séduire des publics jugés a priori à distance. « Si la littérature médiévale devait rester uniquement affaire de spécialistes pointus, elle n’aurait aucune légitimité à être étudiée », dit-il. Cette recherche érudite doit venir enrichir le goût du public pour le Moyen Age, les châteaux en ruine, la chevalerie, elle doit montrer en quoi l’univers sensible de ce millénaire mal connu imprègne nos imaginaires et nous aide à nous définir dans la société, à préciser les notions de pouvoir, de conflits, d’amour.
Et cela marche ! Quatre cents personnes sont venues entendre Michel Zink.
Le fils du poète dialectal sundgauvien Georges Zink (sur la photo, il montre le livre de son père), devenu universitaire mondialement connu et auteur d’une vingtaine de livres soucieux de pédagogie, nous montre le chemin. Merci, cher prestigieux confrère !
Bernard Reumaux

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace