Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Louis Donatien Perin

Ecrivain italo-français, né à Sabaudia (Italie), Louis Donatien PERIN est enseignant de lettres à la retraite. Romancier et dramaturge, mais également auteur de recueils de poésie, d'essais littéraires, de chansons, ainsi que traducteur d'oeuvres européennes, il dirige depuis 1976 à Saint-Louis la troupe de théâtre La Compagnie du Lys et tient la lead guitar au sein du groupe de blues Les Jaguars.                                                                     ______________________________________________

Section

Belles Lettres

 

 

Parcours professionnel


Né à Sabaudia (Italie), Louis Donatien Perin émigre en France à l'âge de huit ans, avec ses parents qui s'installent dans la Région des Trois Frontières, dans le sud de l'Alsace.
Après ses études  classiques à Saint-Louis, puis universitaires à Strasbourg, il devient enseignant de lettres modernes et de langue italienne.
En 1963, avec deux amis d'enfance, il fonde un orchestre, Les Jaguars, qui deviendra en 1970 le groupe pop Théorème. Il écrit l'opéra-rock : Clovis ou La Comédie humaine (le premier du genre en Alsace) créé par la Compagnie T.A.C., et quelques deux cents chansons. En 1999, un album vinyle 25 cm des Jaguars, publié par Saphir, reprend onze titres de l'époque. En 2000 paraît l'album CD des Jaguars : Coeurs de rock, sous le label Planète bleue Prod., avec douze de ses chansons originales.
Après son service militaire, il fonde en 1976, la troupe de théâtre Le Sensible Art Set, qui s'appellera bientôt La Compagnie du Lys. Pour cette troupe, il écrit sur mesure plus de trente pièces, quasiment toutes créées à ce jour, parmi lesquelles : Les Parasites ou l'Hermaphrodisme des champignons, Atomheim-sur-Rhin, Cheyenne de garde, La Guerre de la Liberté, Le jeu de mon sacre, La Grand Printemps des Rustauds, Transes Night Express, Chemins de craie, La Nuit de la sainte exécration, La Passe du Centaure, Cette nuit Calypso, Portraits de masques, Mezzaluna, Amor, Chaînes, Télémaque ou l'inconscient voyage du fils, La kermesse des folles, etc...
En 1988, sa pièce Waldsterben ou les Enfants du dimanche est créée dans sa version allemande à Berlin. En 2002, le texte théâtral En rupture de temps est traduit et publié en roumain dans la revue littéraire de Bucarest Steaua (In ruptura timpului).
 En 1989, il écrit et met en scène à Saint-Louis La Guerre de la Liberté, à l'occasion du Bicentenaire de la Révolution Française. En 1991, il écrit et dirige Le Grand Printemps des Rustauds à la Commanderie de Rixheim.
Il a également traduit et adapté Aristophane, Nello Sàito, Wolfgang Borchert, Stavros Melissinos, Eduardo de Filippo et Luciana Luppi, Dino Buzzati, Gianni Rodari, José Coutinhas, Lina Ritter...
Il a écrit avec la collaboration du compositeur Raphaël Picazos, une pièce musicale pour adolescents : Polichinelle à la cour du Roi de Naples (créée à Villefranche-sur-Saône en 1991). En 2001, il a écrit avec le musicien Emmanuel Babbi un opéra scolaire intitulé La Jungle dans la ville (créé en juin 2002 au Théâtre La Coupole de Saint-Louis, avec le Grand Ensemble des Cuivres  d'Alsace). En avril 2003, il a mis en scène la comédie-ballet originale Emile lit trop ou le Dictionnaire, écrite par Claude-Henri Joubert au Théâtre La Coupole de Saint-Louis. En 2016-2018, il a écrit et mis en scène le récit musical "Frères soldats", mis en musique pour Batterie-Fanfare par Daniel Tasca.
Louis Donatien Perin est l'idéateur de THEATRA, le Festival International de Spectacles Courts qui s'est tenu  au mois d'octobre à Saint-Louis de 1977 à 2016.

 

Membre de la Société des Ecrivains d'Alsace, de Lorraine et du Territoire de Belfort, membre de l'Académie d'Alsace, membre de l'association Litter'Al, membre de la SACEM et SACD, il a été, pendant sept ans, le Président de la Fédération des Théâtres Amateurs du Haut-Rhin.

 

Prix

Louis Donatien Perin a obtenu le Prix de la Ville de Colmar 2001 pour sa pièce La Passe du centaure ; le Prix de la Rhénanité en 2002 pour son roman Coeurs de rock ;  en 2004 le Prix Volatire pour sa nouvelle Saliman  ou Ecrasons l'infâme ! ; la même année, à Bordeaux, le Prix Théâtre Art & Lettres de France pour sa pièce Cette nuit Calypso ; en 2005, à Clermond-Ferrand, le Prix Jeunesse du Petit Théâtre de Vallières pour sa pièce  Tarou Labrousse.

 

Publications


Les oeuvres de Louis Donatien Perin sont publiées par les Editions du Lys, les Editions du Bastberg, les Editions du Petit Théâtre de Vallières, le Edizioni Ulisse, Il Golfo, etc...

Cf.  Encyclopédie Wikipedia (en français et en italien).

L'Edito


Vulgarisation ?
Le mot rebute souvent. Mais la réalité émerveille.
Car telle est la fonction et l’honneur des professionnel

s de la transmission, qu’ils soient intellectuels ou artisans, chercheurs pointus ou enseignants de terrain, praticiens des arts et de la culture.
Et tel est le rôle le plus noble des académies ! Pas de cultiver l’entre-soi, mais de s’ouvrir aux autres, ceux de toutes les disciplines du savoir et de la création bien sûr, mais aussi, surtout, les publics les plus divers et les moins spécialisés.
Nous en avons eu une brillante démonstration par un grand esprit de la « république des lettres », Michel Zink, de passage dans la région à l’invitation de l’Académie d’Alsace, dont il est membre du Comité d’honneur. A Altkirch le 6 avril, à Strasbourg le 8, tous ont été conquis par l’érudition et le charme du membre fraîchement élu de l’Académie française, du secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, du professeur honoraire du Collège de France, du grand spécialiste des littératures françaises du Moyen Age, capable de déclamer pendant des heures des poèmes de troubadours en langue originale…
Michel Zink a fait un éloge de la vulgarisation, de la nécessité de trouver des formes adaptées pour toucher, cultiver, séduire des publics jugés a priori à distance. « Si la littérature médiévale devait rester uniquement affaire de spécialistes pointus, elle n’aurait aucune légitimité à être étudiée », dit-il. Cette recherche érudite doit venir enrichir le goût du public pour le Moyen Age, les châteaux en ruine, la chevalerie, elle doit montrer en quoi l’univers sensible de ce millénaire mal connu imprègne nos imaginaires et nous aide à nous définir dans la société, à préciser les notions de pouvoir, de conflits, d’amour.
Et cela marche ! Quatre cents personnes sont venues entendre Michel Zink.
Le fils du poète dialectal sundgauvien Georges Zink (sur la photo, il montre le livre de son père), devenu universitaire mondialement connu et auteur d’une vingtaine de livres soucieux de pédagogie, nous montre le chemin. Merci, cher prestigieux confrère !
Bernard Reumaux

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace