Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Francis Lichtlé

_____________________________________________

 

 

Francis Lichtlé est ancien archiviste de la ville de Colmar, vice-président de la Fédération des Sociétés d’histoire d’Alsace, Conservateur du Musée du vignoble et des vins d’Alsace.

Il est également Secrétaire Général de l'Académie d'Alsace

 

 

Section

Sciences de l'Homme


Position professionnelle :

Ancien archiviste de la ville de Colmar

Secrétaire général de l’Académie d'Alsace

Vice-président de la Fédération des Sociétés d’histoire d’Alsace, Conservateur du Musée du vignoble et des vins d’Alsace.

Passionné par l’histoire de la viticulture alsacienne, il est l’auteur de plusieurs articles sur l’organisation du commerce du vin d’Alsace au cours des siècles. Il est également auteur de plusieurs ouvrages sur Ammerschwihr et les Trois-Epis ainsi que de nombreux articles sur Kayserbserg, Colmar et sa proche région.

 

Publications :

 

Dans Mémoire colmarienne (bulletin de liaison de la Société d’histoire de Colmar) :

La garnison colmarienne vers 1670-1673, n°145, mars 2017, p. 11
Colmar, cité brassicole, n°146, juin 2017, p. 5-9
Le Manège, n°146, juin 2017, p. 10-11
Les dernières années de l’atelier monétaire de Colmar 1658-1673, n°147, septembre 2017, p. 3-6
La dîme en vin de l’abbaye de Munster à Colmar aux XVIIe et XVIIIe siècles, n°147, septembre 2017, p. 7-9
Le banquet de renouvellement du conseil en 1719 et 1721, n°147, septembre 2017, p. 10-12
L’origine du cimetière du Ladhof 1794-1805, n°147, septembre 2017, p. 13-14
Quelques statistiques du vignoble colmarien 1901-1939, n° 148, décembre 2017, p. 2-4
Le banquet de la prise de possession de la seigneurie de Hohlandsberg par Colmar en 1714, n°148, décembre 2017, p. 8-9.
L’expulsion  et le départ des Allemands à Colmar 1918-1919, n°1248, décembre 2017, p.10-13
La fontaine de la place du Saumon, n°148, décembre 2017, p.14-15

« Les Colmariens décédés au front en 1914-1918 », n°150, juin 2018.
« Le concours agricole de 1867 », n°152, décembre 2018.


Autres publications

Un aspect du commerce du vin d’Alsace au XIXe siècle (1805-1865), la Maison Adam, gourmet à Ammerschwihr, Rencontres transvosgiennes, 2017, p. 119-130
Chronologie d’Ammerschwihr, 2017, 77 pages multigraphiées
Kaysersberg, bribes d’histoire, éditions Reber, 2017, 233 pages
Les revenus de l’abbaye de Pairis à la fin du XVIIIe siècle, Bulletin de la société d’histoire du canton de Lapoutroie-val d’Orbey, 2017, p. 26-31
Les revenus de l’abbaye de Munster à la fin de l’Ancien régime, annuaire de la société d’histoire de Munster, 2017, p. 41-47.

« La reconstruction de Saint-Martin après l’incendie de 1572 », Annuaire de la société d’histoire et d’archéologie de Colmar, 2017-2018.
« Eglise Saint-Martin : chronologie d’une grande restauration », Annuaire de la société d’histoire et d’archéologie de Colmar, 2017-2018.

Aux portes de Colmar, l’hiver de la désolation, éditions Contades, 1988, 157 pages
Batailles d’Alsace 1939-1945 (co-auteur), éditions Contades 1989, 503 pages
Le Grand livre des vins d’Alsace, (chapitre : une histoire millénaire et européenne), éditions du Chêne, 1993
-     La Décapole (chapitre Kaysersberg) ; éditions La Nuée Bleue, 2009, p. 215-239
-     La route des vins d’Alsace, éditions Gisserot, 2014, 32 pages
-     Kaysersberg, bribes d’histoire, éditions Rebert, 2017, 233 pages
-     Dictionnaire historique de Colmar (avec Gabriel Braeuner), AREHC, 2006, 301 pages
-     Colmar, éditions Gisserot, 2016, 32 pages

 

Conférences

« Histoire du pèlerinage des Trois-Epis »  aux Amis du Wineck de Katzenthal
« Contribution à l’histoire du fromage de Munster dans la vallée de la Weiss et à Colmar» dans le cadre de la fête du Munster à Lapoutroie (en collaboration avec Gérard Leser et Damien Parmentier)

« Le commerce du vin d’Alsace au cours des siècles » à la Société d’histoire de Kaysersberg

 

Exposition
Exposition photographique sur « Ammerschwihr durant la Première Guerre mondiale » présentée dans le cadre du centenaire de l’Armistice.
Exposition photographique sur « Ammerschwihr en 1945-1946 » présentée lors des cérémonies de la Libération en décembre 2018

 

Prix

Bretzel d’or Histoire en 1994
Lauréat du Prix « Alsatiques » du Conseil général du Haut-Rhin (avec Gabriel Braeuner) en 2008
Lauréat du Grand Prix d’histoire Jacques Betz (avec Gabriel Braeuner) en 2016


Rôles académiques

Secrétaire général de l'Académie d'Alsace

 

L'Edito


Vulgarisation ?
Le mot rebute souvent. Mais la réalité émerveille.
Car telle est la fonction et l’honneur des professionnel

s de la transmission, qu’ils soient intellectuels ou artisans, chercheurs pointus ou enseignants de terrain, praticiens des arts et de la culture.
Et tel est le rôle le plus noble des académies ! Pas de cultiver l’entre-soi, mais de s’ouvrir aux autres, ceux de toutes les disciplines du savoir et de la création bien sûr, mais aussi, surtout, les publics les plus divers et les moins spécialisés.
Nous en avons eu une brillante démonstration par un grand esprit de la « république des lettres », Michel Zink, de passage dans la région à l’invitation de l’Académie d’Alsace, dont il est membre du Comité d’honneur. A Altkirch le 6 avril, à Strasbourg le 8, tous ont été conquis par l’érudition et le charme du membre fraîchement élu de l’Académie française, du secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, du professeur honoraire du Collège de France, du grand spécialiste des littératures françaises du Moyen Age, capable de déclamer pendant des heures des poèmes de troubadours en langue originale…
Michel Zink a fait un éloge de la vulgarisation, de la nécessité de trouver des formes adaptées pour toucher, cultiver, séduire des publics jugés a priori à distance. « Si la littérature médiévale devait rester uniquement affaire de spécialistes pointus, elle n’aurait aucune légitimité à être étudiée », dit-il. Cette recherche érudite doit venir enrichir le goût du public pour le Moyen Age, les châteaux en ruine, la chevalerie, elle doit montrer en quoi l’univers sensible de ce millénaire mal connu imprègne nos imaginaires et nous aide à nous définir dans la société, à préciser les notions de pouvoir, de conflits, d’amour.
Et cela marche ! Quatre cents personnes sont venues entendre Michel Zink.
Le fils du poète dialectal sundgauvien Georges Zink (sur la photo, il montre le livre de son père), devenu universitaire mondialement connu et auteur d’une vingtaine de livres soucieux de pédagogie, nous montre le chemin. Merci, cher prestigieux confrère !
Bernard Reumaux

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace