Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Peter Schnyder

Section Sciences de la nature, de l'humain et de la société

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Peter Schnyder est professeur émérite de l'Université de Haute Alsace (Mulhouse), où il a dirigé l'Institut de recherche en langues et littératures européennes (ILLE)

 

Après une thèse de doctorat sur André Gide, à l’Université de Berne (Pré–Textes : André Gide et la tentation de la critique, 1988, réédition dans une version enrichie en 2001), il a publié de nombreux ouvrages, articles, directions éditoriales et éditions sur le thème de Gide et de son entourage, réalisant notamment l’édition allemande des Œuvres de cet auteur (Gesammelte Werke, Stuttgart, DVA, 12 volumes, 1989-1997, avec Raimund Theis), et deux anthologies pour Gallimard («Folio »), des Cahiers de la Petite Dame et du Journal de Gide.

 

Par-delà l’œuvre de Gide, Peter Schnyder a notamment publié de nombreux travaux sur André Frénaud et ses amis (Jean Follain, René Char, Raoul Ubac, etc.), sur la réception des poètes français dans les pays germanophones (Rimbaud, Baudelaire, Gustave Roud, etc.) et des poètes de langue allemande dans les pays francophones (Hölderlin, Goethe, Georg Trakl…), sans négliger la poésie de la Suisse d’expression française qu’il suit avec une attention particulière.


Il préside actuellement la Fondation Catherine Gide, qui œuvre à la transmission du patrimoine littéraire et culturel d’André Gide, en soutenant notamment des projets universitaires et artistiques et en travaillant à rendre toujours plus accessibles au public et aux chercheurs les archives gidiennes.


Il est membre du comité de pilotage du CAGJS, Centre André Gide–Jean Schlumberger de la Fondation des Treilles (Paris / Tourtour) et directeur de la collection « Bibliothèque gidienne » des Éditions Classiques Garnier (Paris).

 

Site personnel : peterschnyder.fr

L'Edito

Savoir d’où l’on vient,
pour préparer l’ « après »

La terrible épidémie qui ravage le monde a mis à mal les certitudes, bousculé les perspectives et réduit à néant les expertises. L’humanité, nue et tremblante comme après un cataclysme, s’interroge avec angoisse : de quoi demain sera-t-il fait ?
Le courage et la volonté, mais aussi la foi en la générosité et la création, seront les moteurs du redressement. Celui-ci aura lieu, même si nul n’en sait la forme et le calendrier.
Il est indispensable de commencer à y réfléchir, sans tabou, avec le cerveau et le cœur orientés à 360°, comme un radar cherchant des signes nouveaux.
Diffusées début mars, les Annales de l’Académie d’Alsace ont opportunément livré une histoire de notre compagnie (voir par ailleurs sur ce site). Elles donnent une réponse à la question de notre utilité dans le corps social : mobiliser des énergies et des bonnes volontés venues d’horizons différents, dans la recherche désintéressée d’un bien commun pour notre temps
Au lendemain du décès d’un de nos membres parmi les plus éminents, le professeur Francis Rapp, historien médiéviste à la brillante carrière, qui avait l’Alsace chevillée au cœur, une Alsace de tolérance et d’humanisme, savoir d’où l’on vient, méditer sur les drames passés pour contribuer à un monde d’harmonie, voilà la plus noble des éthiques, la plus féconde aussi.
L’Académie d’Alsace, dans l’esprit de ses pères fondateurs après la guerre, aura à ressourcer et à relier aux défis de l’ « après épidémie » sa belle mission.
Nous y reviendrons.


Bernard Reumaux

 

 

 

 

Bernard Reumaux

Réunion de préparation des Agoras, Strasbourg, 17 septembre 2019

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace