Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Mir Wais Hosseini

_____________________________________

Mir Wais Hosseini est un chimiste français spécialiste de la chimie supramoléculaire et de la tectonique moléculaire, et professeur à l'université de Strasbourg.

 

 

Section

Sciences de la nature, de l'humain et de la société

 


Données professionnelles

Né le 4 juin 1955 à Kaboul (Afghanistan), Mir Wais Hosseini est arrivé en France à l'âge de 17 ans. Il effectue des études de chimie physique et de chimie organique à l'université de Strasbourg, puis  intègre  l'équipe du prix Nobel Jean-Marie Lehn,  qui fut son directeur de la  thèse qu'il a soutenu en 1983 en présence notamment de Guy Ourisson.

En 1990, il fonde le laboratoire de chimie de coordination organique, qui est devenu par la suite le laboratoire de tectonique moléculaire. Il est notamment le directeur de l'unité mixte de recherche intitulée "Chimie de la matière complexe" regroupant son laboratoire et 4 autres au sein de l'université de Strasbourg.

Ses travaux concernent la synthèse d'édifices moléculaires par auto-assemblage. Il contribue notamment aux travaux sur la tectonique moléculaire, et la conception de machines moléculaires.

Il est également depuis 2010 co-éditeur en chef du New Journal of Chemistry, une revue scientifique à comité de lecture publiée par le CNRS et la Royal Society of Chemistry.

 

Publications

Molecular Networks, Springer, 2009. (ISBN 978-3-642-01366-9)

 


Diplômes et Distinctions

    1984 : prix de thèse ADRERUS
    1989 : prix "Jeune chercheur" Direction des Recherches Etudes et Techniques.
    1991 : Prix de la Division de Chimie de Coordination de la Société Française de Chimie.
    1992 : Membre junior de l'Institut universitaire de France pour 5 ans
    2004 : Membre senior de l'Institut universitaire de France
    2004 : Membre de l'Académie Européenne des Sciences, des Arts et des Lettres
    2005 : Prix de la Division de Chimie Organique de la Société française de chimie.

    2005 : Prix de l'Académie rhénane, Strasbourg.
    2006 : Membre de l'Académie d'Europe (Academia Europeae)
    2007 : Médaille Gheorghe-Spacu de la Société chimique de Roumanie.

    2010: Prix binational Franco-Italien SCI-SCF.
    2011 : Médaille d'argent du CNRS
    2012 : Prix binational Franco-Allemand Grignard-Wittig GDCH-SCF.
    2014 : Chevalier de la Légion d'honneur
    2014 : Prix Gay-Lussac Humboldt
    2014 : Izatt Christensen Award in Macrocyclic Chemistry

    2014 : chevalier de la Légion d'honneur
    2016 : Grand Prix Achille Le Bel de la Société Chimique de France
    2017 : Membre de European Academy of Sciences (EurASc)
    2018 : Membre de l'Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace

 


Rôles académiques

 


Données personnelles (espact privé)

 


CV complet

L'Edito

Être prêts
Comme tant d’acteurs de la société civile, du monde culturel et associatif, nous attendions beaucoup de cette rentrée, imaginée comme un retour à nos activités normales, aux initiatives qui tissent le maillage de la cité et assurent ses équilibres.

Il nous a fallu déchanter. Et annuler une bonne partie du programme de septembre : deux réunions de travail entre membres sur la relance de nos Agoras après six mois d’interruption contrainte et la rentrée solennelle de l’Académie d’Alsace à Colmar.

Il s’agissait de réactiver une ancienne tradition académique, suspendue depuis des années : la Ville de Colmar et le musée Unterlinden nous auraient accueilli avec faste et nous aurions fêté avec joie la lauréate du Prix Maurice-Betz 2020, la traductrice Claire de Oliveira, attendue de Berlin.
Petite consolation, la remise du Prix de la Décapole 2020 à Claude Woehrle (lire ci-contre et dans la rubrique Actualités) a permis de partager un moment de convivialité, en petit comité, grâce à l’accueil du maire de Turckheim. Plusieurs nouveaux membres étaient présents, aux côtés des anciens de l’Académie. L’attente d’un redémarrage puissant est unanime. Nous allons prendre quelques initiatives, adaptées aux exigences sanitaires du moment. Car il s’agir d’être prêts.

A l’heure des grandes interrogations, à la veille aussi de la constitution de la Collectivité européenne d’Alsace, l’Académie d’Alsace a une place, modeste mais bien réelle, utile, à prendre dans l’espace public de la région.

L’épidémie du COVID a frappé durement l’Alsace en ce début d’année 2020. Notre Académie, reflet à bien des égards des heurs et malheurs de la région, a enregistré la disparition de trois de ses membres : deux historiens prestigieux, membres de notre comité d’honneur, les professeurs Francis Rapp et Marcel Thomann, l’artiste peintre Ernest Meichler.

Une chaîne d’engagements et de fidélités fonde la légitimité de notre académie, ainsi qu’en témoigne l’entrée de 25 nouveaux membres, signifiant le renouvellement progressif et constant de notre assemblée, l’apport de sensibilités, d’expériences, de propositions qui viennent enrichir le travail commun.

C’est la plus importante entrée de nouveaux membres en notre sein, nous en préparons d’autres, car les enjeux de notre région – rebattus par la crise sanitaire et les bouleversements économiques et sociaux qu’elle induit – appellent une Académie d’Alsace puissante, dynamique, bien répartie sur le territoire et dans ses trois sections : Sciences, Culture et Société. Une attention particulière a été portée à la poursuite de notre féminisation et au rajeunissement.

Nous travaillons cet été à préparer une rentrée dynamique, en relançant notre grand projet des AGORAS, plus que jamais attentifs à notre environnement et conscients de notre utilité collective au service de l’Alsace. A très bientôt donc !


Bernard Reumaux

Président de l'Académie d'Alsace

 

Réunion de préparation des Agoras, Strasbourg, 17 septembre 2019

 

<< Nouvelle zone de texte >>

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace