Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Remise du Grand Prix de la Décapole 2010

____________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

Samedi 30 octobre, Hôtel de Ville d’Obernai

 

Remise du Grand Prix de la Décapole à  M. le Prof. Georges Bischoff pour son ouvrage « La guerre des paysans », Ed. La Nuée Bleue

 

 

Allocution de Christiane Roederer
 

 

Madame Isabelle Obrecht, représentant M. Bernard Fischer, maire d’Obernai ,
Madame Simone Piasi, adjointe au maire de Turckheim,
Monsieur Gilbert Scholly, vice-président du Conseil régional, maire de Barr
Mesdames, Messieurs,
Chères Consoeurs, chers Confrères,
Cher lauréat,

 

Je savais d’avance que sur la route pour rejoindre l’un des joyaux des villes décapolitaines, je prendrai conscience de la fuite du temps. En l’occurrence, onze ans sont entrés dans la mémoire de l’Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Alsace depuis sa dernière visite.
Grâce à M. le Maire Bernard Fischer et à vous, Madame Obrecht, nous avons à la fois l’honneur et le plaisir de revenir sur vos terres, peut-être berceau de Sainte Odile, où le décor architectural fait se côtoyer si heureusement le Moyen-Age et la Renaissance.  Hansi, dans ses aquarelles tout comme Henri Loux dans sa faïence, ont fait d’Obernai le symbole même de la province.
En 1354, Obernai, ville libre impériale devint un membre influent de la Décapole atteignant son apogée aux XVe et XVIe siècles. Elle en garde de prestigieux vestiges.
C’est assurément dans cette ville que devait se tenir la remise du Prix 2010 de la Décapole à l’un des plus remarquables historiens d’Alsace, j’ai nommé Georges Bischoff : professeur d’histoire médiévale à l’Université de Strasbourg.

Sur les 456 pages de son ouvrage : « La guerre des paysans. L’Alsace et la révolution du Bundschuh, 1493-1525 » l’historien nous fait vivre, je devrais dire nous fait participer, à l’enquête qui tente de saisir les forces en présence dans l’espace et le temps d’une révolution populaire qui n’a pas d’équivalent dans l’histoire de l’Europe.
Notre confrère, Jean-Michel Boehler, lui-même fin médiéviste, nous entraînera dans les dédales de ce « tremblement de terre » (Naturereignis) aux dires de l’historien Léopold von Ranke disparu  en 1886.
Je ne vais donc pas m’aventurer sur les terres de Jean-Michel Boehler, tant sa culture et son talent sauront éclairer cet événement transformé, au cours des siècles, en mythe.

La Décapole née en 1354, dissoute dans la nuit du 4 août1789, est devenue au fil du temps, un véritable mythe : personne ne sait à quoi cela servit ni à quoi cela profita. Un syndicat de défense des villes domaniales ? Une concertation permanente ? Un cadre pertinent ? Une culture ?  Georges Bischoff démontre les vrais égoïsmes et les fausses solidarités : monarchie sans tyrannie, aristocratie sans faction et démocratie sans désordre : le compliment offert aux Strasbourgeois par leur ami Erasme est un piège dans lequel sont tombés bien des historiens, conclut Georges Bischoff qui pour le dire franchement entame très sérieusement le monument de la Décapole.

Comme un clin d’œil à la même histoire, il se trouve, délicieux paradoxe, que notre historien reçoit aujourd’hui ce prix de la Décapole créé par le Professeur Raymond Oberlé en 1992 qui, sans aucun doute, y a trouvé quelques bonnes raisons de la mettre en exergue.
Mais le rôle de l’historien n’est-il pas justement de faire revivre une histoire oubliée voire mythique pour interroger le présent ?
La révolte des paysans porte un titre générique de référence : le Bundschuh : c’est-t-à-dire le soulier à lacet, l’équipement de ceux qui marchent à pied, en d’autres termes, ceux qui sont sur le terrain en opposition aux brodequins et autres poulaines, bottes et bottines. Le soulier est ici l’emblème des contestations. Il est la marque d’une classe sociale dont les peintres de la Renaissance, entre autres, donnent d’excellents exemples.

Ce passage de l’ouvrage en question, pour des raisons très personnelles, me semble particulièrement intéressant tant « la chaussure » a joué et continue à jouer un rôle loin d’être anodin. Elle souligne une appartenance et révèle souvent  le caractère de son propriétaire : soumission à une mode, contestation, vanité, snobisme, voire étourderie…   Mais ceci est une autre histoire que j’ai analysée dans l’un de mes premiers ouvrages à partir des « godillots » de nos chasseurs d’ici et d’ailleurs.

En définitive, qu’est-ce qui fait de cet ouvrage un véritable chef-d’œuvre dans le sens où cette remontée dans une période si lointaine, si sombre, si éloignée de nos préoccupations du XXIe siècle  fascine le lecteur dès les premières pages ?

Il semble que ce soit la personnalité de l’auteur qui transparaît dans la manière d’analyser l’événement tragique, son anti-conformisme ponctué d’humour. L’histoire se déroule devant nos yeux sous une plume libre, un style alerte, des remarques pertinentes non dépourvues de critiques et de pieds de nez à ce qui pourrait être quelquefois politiquement incorrect.

Georges Bischoff est bien un historien de notre temps celui qui retient l’attention – longtemps – du peuple si pressé du 3e millénaire !

Et puis, les dernières lignes de ce magistral ouvrage laissent place au plus pur des humanistes, celui qui peut toucher au plus profond notre sensibilité d’Académiciens : «  Pour le citoyen du début du XXIe siècle, où qu’il soit, les questions qu’elle posait (en parlant de l’Alsace) sont toujours actuelles : Vivre ensemble dans la liberté, l’égalité et la fraternité. Car les morts continuent à faire rêver ».
En effet, le roman « Fryheit » 1525, vient de paraître aux Editions du Verger. Il est né de la plume inspirée de Gabriel Schoettel, notre confrère, qui met en scène Andréas, petit vigneron de Marlenheim, rescapé du grand massacre qui a ensanglanté la plaine d’Alsace. Il y a perdu ses amis, son amour et jusqu’à son honneur. Roman poignant des paysans exploités en lutte contre les pouvoirs abusifs, dans l’aspiration jamais assouvie des hommes à plus de justice.

Cette fascination pour le Moyen-Age compris entre le Ve et le XVe siècle, souvent considéré comme une longue période d’obscurantisme, s’exprime aussi dans un ouvrage de Guy Trendel : « L’Alsace au Moyen-Age, chroniques insolites et véridiques d’un millénaire fascinant » aux Ed. La Nuée Bleue. Il se  lit comme un roman policier souligne le critique Claude Keiflin. Un ouvrage à découvrir.


J’ai le plaisir et l’honneur de remettre son prix à notre lauréat Georges Bischoff, avec les vives félicitations de notre Compagnie.


Vous me permettrez, avant de donner la parole à Jean-Michel Boehler, son laudateur, de faire une rapide incursion dans la vie de notre chère Académie. Après une assemblée générale à l’Institut des études japonaises, nous reviendrons le 19 juin 2011 à l’Eco-musée d’Ungersheim. Entre temps nous aurons remis leur diplôme aux meilleures bachelières en série philosophique et scientifique au lycée de Guebwiller et de Thann ; aux lauréats du Salon du livre de Colmar le 28 novembre ; le 30 janvier à Horbourg Whir, le prix « Schongau » à Pascale Hugues pour son célèbre ouvrage « Marthe et Mathilde » ; une séance de printemps à Strasbourg à l’Ecole de Management en partenariat avec « l’Institut pour la promotion du lien social », fondé en l’an 2000 par notre confrère le Professeur Pierre Karli.
J’ajouterai que douze membres du comité ont assisté à Metz au Congrès de la Conférence nationale des Académies. Mme le Président Jeanne Marie Demarolle me charge de vous exprimer sa gratitude. Ce furent des journées festives, chaleureuses, passionnantes, parfaitement organisées par le comité de Metz pour un congrès qui a réuni 250 personnes vivement intéressées par le thème : « Urbanisme et pouvoir ».
À ceux qui ont participé à la « journée bonheur » à Pourtalès et au château d’Ittenwiller, j’ai le plaisir d’annoncer que cette rencontre inter académique sera reconduite par l’Académie de Nancy le 28 mai 2011. Notre comité souhaite vivement que vous répondiez nombreux à cette invitation qui aura pour thème  la musique.

Deux de nos membres sont à l’honneur au sein de la Conférence nationale des Académies : d’une part Liliane Borin dont le texte « La tolérance » a été publié dans le dernier n° de la prestigieuse revue Akademos,
Et d’autre part, notre président d’honneur Jean-Claude Gall a été proposé pour une conférence à l’Institut à Paris en octobre 2011 lors du Congrès national des Académies.

Dès à présent, le comité entame sa dernière année d’exercice, en conséquence aussi la mienne. Nous avons tenu nos engagements « De la démocratie à l’humanisme » ; l’ouverture vers la jeune génération par l’attribution de nos prix et la séance de travail programmée avec les étudiants de l’Ecole de Management de Strasbourg, futurs responsables au cœur du monde du travail.
Je profite de l’occasion qui m’est donnée aujourd’hui pour adresser au comité ma vive gratitude. Sans son travail constant, son implication à la bonne marche de nos manifestations, jamais l’Académie des Sciences, lettres et Arts d’Alsace ne pourrait tenir sa place ni au sein de la Conférence nationale des Académies  ni sur le terrain de notre Région.
Qu’il soit ici chaleureusement remercié tout comme je vous remercie, Mesdames, Messieurs, chères consoeurs, chers confrères, pour votre fidèle présence sans laquelle notre action serait dépourvue de sens.

 

 

 

 

 

 

L'Edito

Une poétique de l'Alsace

Décédé en octobre dernier, le grand poète Claude Vigée aurait eu cent ans le 3 janvier. Etats-Unis, Israël, Paris, il a connu tous les horizons, mais était resté arrimé à l’Alsace par l’esprit, par l’âme, par la poésie, par le dialecte. Ses souvenirs de Bischwiller, racontés dans Le Panier de houblon, portent témoignage sensible des bouleversements et des permanences de la région.
I hab noch niemols mini Haimet verlon.
Niemols kumm i je bis anne.

(Jamais je n’ai quitté ma patrie.
Jamais je n’y parviendrai.)
Au moment où les deux conseils départementaux d’Alsace fusionnent, alors que l’institutionnel et l’opérationnel sont en première ligne, il importe de ne pas perdre de vue l’impalpable qui constitue l’essence même de l’identité alsacienne et que, nul mieux qu’eux, les poètes savent entretenir.
Sans verser dans l’identitarisme ou le séparatisme, connectée à l’universel, à la solidarité nationale et à la coopération européenne, la reconnaissance d’une entité « Alsace » inscrite dans le marbre (fragile…) des institutions nous réjouit et nous stimule. Car, à l’image des deux conseils départementaux aujourd’hui fusionnés, l’Académie d’Alsace prône et pratique depuis son origine, en 1952, la cohésion régionale, la complémentarité des territoires, des milieux et des réseaux. Il est peu de structures résolument régionales en Alsace, et encore moins de transdisciplinaires, mais tel est l’ADN originel de notre compagnie, plus précieux et utile que jamais.
Démonstration concrète en sera bientôt apportée : notre groupe de travail de dix académiciens va bientôt remettre officiellement au président de la Collectivité européenne d’Alsace son rapport « Réenchanter les châteaux forts d’Alsace », outil au service d’une politique castrale renforcée. L’imaginaire des ruines, plus largement les rêveries sur le temps englouti, les heurs et malheurs passés, sont constitutifs du regard des Alsaciens sur leur région, nourrissant cette poétique de l’Alsace chantée par Claude Vigée, sans laquelle ne peut se déployer le joyeux « désir d’Alsace »..

Bernard Reumaux

Président de l'Académie d'Alsace

 

Claude Vigée (Bischwiller, 1921-Paris, 2020)

 

<< Nouvelle zone de texte >>

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace