Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Prix Beatus Rheanus 2017

Jeudi 15 Mars 2017, une dizaine de membres de notre Académie accompagnés du Maire de Sélestat Marcel BAUER et de son épouse, se sont rendus à BALE en Suisse, pour la remise du Prix BEATUS RHENANUS à JAMES HIRSTEIN.

 

Nos amis bâlois regroupés au sein de l'Associatioin culturelle "Les Amis de l'Alsace de BALE/Kulturverein Elsass-Freunde BASEL" nous ont accueillis au Eventraum de l'établissement "DIE BLINDE KUH".

 

Plus de 200 personnes étaient au rendez vous.

 

Après l'AG de nos amis Bâlois, notre Président Christiane ROEDERER présentait notre Académie d'Alsace.

 

Gérard LESER traduisait en 'schwyzerdütsch' l'intervention en français du Président.

Après la laudation de Gabriel BRAEUNNER, président des Amis de la Bibliothèque humaniste de Séléstat et vice-président de l'ASLAA, notre lauréat JAMES HIRSTEIN se présentait à son tour. Ses travaux portent notamment sur l'humanisme rhénan des XV et XVIème siècle et plus particulièrement sur la personnalité et l'oeuvre de BEATUS RHENANUS.

 

Doté d'un montant de 1 500€ le prix sera remis tous les 2 ans, alternativement dans un des 3 pays du Rhin Supérieur. Le premier lauréat est JAMES HIRSTEIN.

 

Mr HIRSTEIN est Maitre de Conférences habilité en latin à l'Université de Strasbourg. 

Une saxophoniste de talent, accompagnait cette réunion de travail et de convivialité, par de brefs intermèdes musicaux.

Un cocktail ouvrait la possibilité à chacun d'entre nous de trouver ou retrouver un(e) ami(e) ou une connaissance parmi les présents.

 

Belle manifestation à inscrire dans le cahier d'histoire de notre Académie, et probablement appelée à se renouveler.

Eventraum  de l’établissement Die Blinde Kuh, Gundelfingerfeld Dornacherstrasse 192 à Bâle

Le prix Beatus Rhenanus est décerné par l’Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Alsace, en partenariat avec les Amis de la Bibliothèque Humaniste de Sélestat. Il a pour objectif le rayonnement culturel de l’Asace à travers l’affirmation d’une identité française, rhénane et européenne.

Inscrit dans une démarche résolument transfrontalière au sein de l’Oberrhein (Regio Basiliensis, Pays de Bade, Alsace), Il se propose de distinguer une personne ou une œuvre littéraire, scientifique ou artistique du Rhin Supérieur .

Le premier lauréat du prix est James Hirstein, Maître de conférences habilité de latin à l'Université de Strasbourg, dont les travaux portent notamment sur l’humanisme rhénan des XVe et XVIe siècles, plus particulièrement sur la personnalité et l’oeuvre de l’humaniste Beatus Rhenanus.

James Hirstein est surtout l’éditeur de : Epistulae Beati Rhenani. La Correspondance latine et grecque de Beatus Rhenanus de Sélestat. Édition critique raisonnée, avec traduction et commentaire. Volume 1 (1506-1517), Turnhout, 2013. 

Nous serons les hôtes de l’Association culturelle Les Amis de l’Alsace de Bâle / Kulturverein Elsass-Freunde Basel qui se réunira pour son assemblée générale à 17 heures. A 18 heures, nous procéderons à la remise du prix. Gabriel Braeuner, président des Amis de la Bibliothèque humaniste de Sélestat et vice-président de l’Académie d’Alsace prononcera la laudatio de James Hirstein après une courte présentation de l’Académie d’Alsace par son président, Christiane Roederer. Le verre de l’amitié sera offert par nos amis de l’Association Culturelle Les Amis de l’Alsace de Bâle.

                                                 

Christiane Roederer Président de l'Académie

L'Edito


Vulgarisation ?
Le mot rebute souvent. Mais la réalité émerveille.
Car telle est la fonction et l’honneur des professionnel

s de la transmission, qu’ils soient intellectuels ou artisans, chercheurs pointus ou enseignants de terrain, praticiens des arts et de la culture.
Et tel est le rôle le plus noble des académies ! Pas de cultiver l’entre-soi, mais de s’ouvrir aux autres, ceux de toutes les disciplines du savoir et de la création bien sûr, mais aussi, surtout, les publics les plus divers et les moins spécialisés.
Nous en avons eu une brillante démonstration par un grand esprit de la « république des lettres », Michel Zink, de passage dans la région à l’invitation de l’Académie d’Alsace, dont il est membre du Comité d’honneur. A Altkirch le 6 avril, à Strasbourg le 8, tous ont été conquis par l’érudition et le charme du membre fraîchement élu de l’Académie française, du secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, du professeur honoraire du Collège de France, du grand spécialiste des littératures françaises du Moyen Age, capable de déclamer pendant des heures des poèmes de troubadours en langue originale…
Michel Zink a fait un éloge de la vulgarisation, de la nécessité de trouver des formes adaptées pour toucher, cultiver, séduire des publics jugés a priori à distance. « Si la littérature médiévale devait rester uniquement affaire de spécialistes pointus, elle n’aurait aucune légitimité à être étudiée », dit-il. Cette recherche érudite doit venir enrichir le goût du public pour le Moyen Age, les châteaux en ruine, la chevalerie, elle doit montrer en quoi l’univers sensible de ce millénaire mal connu imprègne nos imaginaires et nous aide à nous définir dans la société, à préciser les notions de pouvoir, de conflits, d’amour.
Et cela marche ! Quatre cents personnes sont venues entendre Michel Zink.
Le fils du poète dialectal sundgauvien Georges Zink (sur la photo, il montre le livre de son père), devenu universitaire mondialement connu et auteur d’une vingtaine de livres soucieux de pédagogie, nous montre le chemin. Merci, cher prestigieux confrère !
Bernard Reumaux

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace