Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Covid-19 et humanisme

 

Par Daniel Guinier,

Expert de justice honoraire

Ancien expert près la Cour Pénale Internationale de La Haye

 

 

Problématique et réponse des lumières face à une crise majeure.

 

"Face à une pandémie annoncée et à la crise suivante…", nous avions alerté en 2009 sur la résurgence des crises sanitaires, laissant présager celle que nous connaissons, mais sans en prévoir ni le moment, ni la forme, ni les conséquences. Nous avions indiqué à ce propos : "L'incertitude et la difficulté de prévision sont d'autant plus grandes que l'humanité est dans une phase critique où s'accumulent des crises de nature et de niveau différents, alors que les grands systèmes sont peu diversifiés et interconnectés au niveau mondial, introduisant ainsi la possibilité de crise systémique".

 


Sur les constats et la perspective

 

La construction sociale de la pandémie Covid-19 est devenue puissante au plan mondial, et chacun pourra en mesurer le degré d’humanité et d’altruisme. Plutôt dépourvue, malgré les déclarations officielles, la France n’était pas prête et à tardé à réagir. Les héros ont été non seulement les personnels médicaux, mais aussi tous ces gens plus ou moins ordinaires, souvent démunis et, en tout cas, exposés en première ligne pour que la vie quotidienne de chacun ne soit pas interrompue. Le service public c’est aussi cela, avec le dévouement et les engagements constatés. Si, dans la tempête, des certitudes ont été ébranlées et des impostures révélées, l’Homme a démontré ses capacités dans des conditions extrêmes, par ses pratiques professionnelles et ses attitudes, son humanité, et son aptitude à adhérer à des décisions acceptables.

 

La fin de cette crise ne sera pourtant pas immédiate sans un traitement scientifiquement démontré comme efficace, en attendant un hypothétique vaccin, sous condition que le virus mute favorablement ou pas du tout. Pour l'instant, un abandon inconsidéré des mesures prises serait susceptible d'entraîner une croissance exponentielle du nombre de cas d'infection, et ainsi d’annuler le bénéfice des contraintes vécues. En cas de récidive, il ne serait guère imaginable que les États aient à nouveau recours à un confinement systématique impliquant l’arrêt de l’activité économique pendant des mois. Il ne s’agit plus de se faire entendre par des discours alambiqués et des communications hâtives, parfois contredits, mais de se faire comprendre grâce à des propos pédagogiques cohérents et une concertation préalable au plus proche des réalités locales pour prendre les meilleures décisions possibles et obtenir une plus large adhésion de la population à ses responsabilités de façon durable, en étant soucieux des libertés fondamentales qu’accorde la loi.

 


Sur la sécurité et la liberté

 

Pour notre sécurité, nos libertés ont déjà été brutalement entachées par un confinement général mais de façon inégale selon la situation des uns et des autres. Ainsi, toute privation de libertés mérite autant de prudence que de raison. La première liberté est la possibilité de se déplacer. Cette liberté peut être mesurée par l’ampleur de l’espace qui peut-être parcouru et le temps imparti, dont les limites imposées peuvent varier. La seconde est la capacité de consentir ou non à fournir des données relatives à nos déplacements ou nos rencontres.

 

Les sujétions réciproques du gouvernement et des citoyens doivent être éclairées, appropriées et contrôlées pour être acceptées. En effet, la privation temporaire concevable de nos libertés individuelles et collectives est une épreuve pour notre démocratie, et l'état d’urgence qui en découle ne doit pas être permanant. Pour contrôler cela, le conseil d’État, la CNIL, le défenseur des droits, et d’autres institutions et associations ont à y veiller.

 

Après la loi, c’est peut-être la philosophie du siècle des lumières qui est mieux à même de trancher, sinon d’apporter la réflexion nécessaire aux choix urgents qui se présentent aux décisions des dirigeants, autant qu’à l’acceptation des citoyens de ce qui leur sera proposé de la façon la plus claire et transparente possible, pour garder confiance.

L'Homme, soumis aux éléments, se contentait de calmer son angoisse en s’en remettant aux divinités. C’est avec la doctrine développée par J.-J. Rousseau (1712-1778) qu'intervient la responsabilité de l'Homme vis-à-vis du danger. Son ambition est de trouver ce qui assurerait à chaque individu sa sécurité tout en lui permettant de conserver sa liberté, deux impératifs dont l'existence simultanée n'est possible que par l'introduction du concept d'égalité. Il affirme que tout individu est aussi citoyen, ce qui s’exprime en disant qu'à tout droit, en outre celui de ne pas être exposé à des dangers, correspond un devoir où "chacun de nous met en commun sa personne et toute sa puissance sous la suprême direction de la volonté générale". Intervient ici la notion de volonté générale d'utilité publique qui se révèle intérieure à tout individu. Elle correspond à la conscience qui se fait entendre en chacun. Elle implique des changements d'attitudes qui nous concernent tous, individuellement et collectivement, quels que soient notre âge et notre position sociale. N'oublions pas que, si les personnes âgées ont besoin de sécurité, elles ont aussi grand besoin de liberté pour ne pas être empêchées de vivre pleinement le temps qu'il leur reste. C’est encore une question d’égalité, et toute discrimination à leur égard serait insupportable.

 

Cette crise, dont on peut mesurer les conséquences immédiates et difficilement la portée à long terme, incite à s'engager dans des actes et des choix qui reflèteront l'image de notre humanité, autant que notre capacité collective à l'endiguer et à anticiper les suivantes de toute nature.

 


Bibliographie sélective

 

Guinier D., 2003. Les indicateurs d'alerte sur la sellette - Observations au vu d'une crise sanitaire majeure. Expertises, n° 275, novembre, pp.377-381
Guinier D., 2009. Face à une pandémie annoncée et à la crise suivante… - Réponses pour la continuité de l'activité des entreprises, Expertises, n° 340, octobre, pp.337-342
Guinier D., 2020. La crise suivante est bien là ! Premières leçons de cette nouvelle pandémie de Covid-19 et aide possible des technologies numériques. Expertises, n° 457, mai, pp. 177-182

L'Edito

Être prêts
Comme tant d’acteurs de la société civile, du monde culturel et associatif, nous attendions beaucoup de cette rentrée, imaginée comme un retour à nos activités normales, aux initiatives qui tissent le maillage de la cité et assurent ses équilibres.

Il nous a fallu déchanter. Et annuler une bonne partie du programme de septembre : deux réunions de travail entre membres sur la relance de nos Agoras après six mois d’interruption contrainte et la rentrée solennelle de l’Académie d’Alsace à Colmar.

Il s’agissait de réactiver une ancienne tradition académique, suspendue depuis des années : la Ville de Colmar et le musée Unterlinden nous auraient accueilli avec faste et nous aurions fêté avec joie la lauréate du Prix Maurice-Betz 2020, la traductrice Claire de Oliveira, attendue de Berlin.
Petite consolation, la remise du Prix de la Décapole 2020 à Claude Woehrle (lire ci-contre et dans la rubrique Actualités) a permis de partager un moment de convivialité, en petit comité, grâce à l’accueil du maire de Turckheim. Plusieurs nouveaux membres étaient présents, aux côtés des anciens de l’Académie. L’attente d’un redémarrage puissant est unanime. Nous allons prendre quelques initiatives, adaptées aux exigences sanitaires du moment. Car il s’agir d’être prêts.

A l’heure des grandes interrogations, à la veille aussi de la constitution de la Collectivité européenne d’Alsace, l’Académie d’Alsace a une place, modeste mais bien réelle, utile, à prendre dans l’espace public de la région.

L’épidémie du COVID a frappé durement l’Alsace en ce début d’année 2020. Notre Académie, reflet à bien des égards des heurs et malheurs de la région, a enregistré la disparition de trois de ses membres : deux historiens prestigieux, membres de notre comité d’honneur, les professeurs Francis Rapp et Marcel Thomann, l’artiste peintre Ernest Meichler.

Une chaîne d’engagements et de fidélités fonde la légitimité de notre académie, ainsi qu’en témoigne l’entrée de 25 nouveaux membres, signifiant le renouvellement progressif et constant de notre assemblée, l’apport de sensibilités, d’expériences, de propositions qui viennent enrichir le travail commun.

C’est la plus importante entrée de nouveaux membres en notre sein, nous en préparons d’autres, car les enjeux de notre région – rebattus par la crise sanitaire et les bouleversements économiques et sociaux qu’elle induit – appellent une Académie d’Alsace puissante, dynamique, bien répartie sur le territoire et dans ses trois sections : Sciences, Culture et Société. Une attention particulière a été portée à la poursuite de notre féminisation et au rajeunissement.

Nous travaillons cet été à préparer une rentrée dynamique, en relançant notre grand projet des AGORAS, plus que jamais attentifs à notre environnement et conscients de notre utilité collective au service de l’Alsace. A très bientôt donc !


Bernard Reumaux

Président de l'Académie d'Alsace

 

Réunion de préparation des Agoras, Strasbourg, 17 septembre 2019

 

<< Nouvelle zone de texte >>

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace