Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

 

L’Académie d’Alsace, des Sciences, Lettres, Arts

Créée en 1952, elle s’inscrit dans la continuité des diverses académies nées en Alsace au XVIIIe siècle et au début du XIXe, toutes interrompues par l’Annexion de 1870. Régionale et non locale, fédérant des personnalités diverses, elle entend incarner la sensibilité humaniste alsacienne, la fidélité aux valeurs françaises et l’ouverture au dialogue international.

Voir la présentation

________________________________________________

ACTUALITES ACADEMIQUES

L'Académie d'Alsace a co-organisé deux conférences de Michel Zink, de l'Académie française, le samedi 6 avril, Halle aux Blés d’Altkirch, 16h30, et le lundi 8 avril, Librairie Kléber Strasbourg, 17 h.

>>Le plaidoyer de Michel Zink pour les Académies en réaction au New York Times »

>>L'article des DNA qui relate la venue de Michel Zink.

 

L'Académie d'Alsace a participé à la remise du prix de philosophie, le samedi 23 mars à Strasbourg, Hôtel du Département, 16 heures, au terme de la semaine "La philosophie hors ses murs".

 

Le photographe Frantisek Zvardon reçoit le Grand Prix 2019 de l’Académie d’Alsace  

                  

>>> Les autres actualités

________________________________________________

ACTIVITES DES MEMBRES

 

 

JEAN-MARIE NICK

Conférence-projection sur "Les Waldner de Freundstein au temps des châteaux forts"

Le 16 avril 2019, à Eschentzwiller, dans le cadre des activités de la Société d'Histoire d'Eschentzwiller-Zimmersheim.

 

 

HERVE THIS

Recoit le Certificate of Appreciation de l'Université Özyegin, Istambul, Turquie.

Pour la célébration des dix ans de l'Université, Hervé This fait une série de conférences et de conférences de presse à l'issue desquelles lui est remis le Certificate of Appreciation.

 

 

JOSEPH ESCHBACH

Solidarité normande et européenne
Joseph Eschbach (section Sciences de l’homme) fera une intervention le 14 avril devant l’association Solidarité normande aux incorporés de force d’Alsace et de Moselle sur le thème de la nécessaire construction européenne. La SNIFAM entend rappeler les liens entre les Malgré Nous déserteurs de la Wehrmacht sur le front du Débarquement et les Normands qui les ont cachés et soutenus.
>>>Pour lire le texte de sa conférence

 

PAUL-PHILIPPE MEYER

Célébration musicale de Gustave Stoskopf

Le samedi 4 mai 2019, à 20 h 30, Hôtel de ville de Brumath.

"Gustave Stoskopf : poèmes alsaciens mis en musique", présentés et commentés par Paul-Philippe Meyer (section Sciences de l'Homme), dans le cadre des manifestations du 150ème anniversaire de la naissance de G. Stoskopf

Entrée libre. Plateau.

Plusieurs compositeurs (R. Ganz, M.J. Erb, C. Reysz, ... ) ont mis en musique des poèmes en alsacien de G. Stoskopf. Treize oeuvres seront chantées par Patricia Kaehny, mezzo-soprano, Laurent Roos, ténor, Fabien Gaschy, tous les trois du Choeur de l'Opéra national du Rhin, accompagnés au piano par Marie Stoecklé. Deux oeuvres de compostieurs amis du poète (Joseph Graff et Aloyse Braun) complètent le programme.

 

JACQUES PAUL KLEIN

Le Mérite polonais pour Jacques Paul Klein

Jacques Paul Klein (section Sciences de l'Homme), général à la retraite de l’armée de l’air américaine, ancien ambassadeur de l’ONU, natif de Sélestat, devenu citoyen américain et … membre de l’Académie d’Alsace, vient d’être décoré de la croix d’officier de l’Ordre du Mérite Polonais par le président polonais Andrzej Duda. Cette nouvelle distinction, dans une carrière militaire et diplomatique d’exception, a été attribuée en reconnaissance de ses services pendant la guerre de Yougoslavie : en 1997, Jacques Paul Klein a été l’organisateur, avec les forces spéciales polonaises engagées dans le contingent de maintien de la paix de l’ONU, dont il dirigeait la mission, de l’arrestation rocambolesque du terrible « Boucher de Vukovar », le Serbe Slavko Dokmanovic, et de son défèrement à la Cour pénale internationale de La Haye. « Gratulacje ! » (Félicitations, en polonais)

 

René Schickele et son traducteur

Mercredi 3 avril à Strasbourg, dans l’auditorium de la Bibliothèque nationale et universitaire (BNU), place de la République, à 18 h 30, aura lieu un hommage à l’écrivain René Schickele. Le Prix Nathan Katz du Patrimoine sera remis à Charles Fichter pour la première traduction française de « Wir wollen nicht sterben » (Nous ne voulons pas mourir) de René Schickele.

Gérard Littler, président du jury du Prix Nathan Katz, est membre de l’Académie d’Alsace. Le film « René Schickele », d’Emma Guntz, avec Adrien Finck et Jean-Paul Gunsett (INA, 1990), sera projeté.

Entrée libre.

 

Une chaîne Youtube pour l'Académie d'Alsace (voir la page Activités) :

https://www.youtube.com/channel/UCvTrPaFjhOgho1S94zzd0Rg

 

>>>Plus sur la page Actualités des membres

________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'Edito


Vulgarisation ?
Le mot rebute souvent. Mais la réalité émerveille.
Car telle est la fonction et l’honneur des professionnel

s de la transmission, qu’ils soient intellectuels ou artisans, chercheurs pointus ou enseignants de terrain, praticiens des arts et de la culture.
Et tel est le rôle le plus noble des académies ! Pas de cultiver l’entre-soi, mais de s’ouvrir aux autres, ceux de toutes les disciplines du savoir et de la création bien sûr, mais aussi, surtout, les publics les plus divers et les moins spécialisés.
Nous en avons eu une brillante démonstration par un grand esprit de la « république des lettres », Michel Zink, de passage dans la région à l’invitation de l’Académie d’Alsace, dont il est membre du Comité d’honneur. A Altkirch le 6 avril, à Strasbourg le 8, tous ont été conquis par l’érudition et le charme du membre fraîchement élu de l’Académie française, du secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, du professeur honoraire du Collège de France, du grand spécialiste des littératures françaises du Moyen Age, capable de déclamer pendant des heures des poèmes de troubadours en langue originale…
Michel Zink a fait un éloge de la vulgarisation, de la nécessité de trouver des formes adaptées pour toucher, cultiver, séduire des publics jugés a priori à distance. « Si la littérature médiévale devait rester uniquement affaire de spécialistes pointus, elle n’aurait aucune légitimité à être étudiée », dit-il. Cette recherche érudite doit venir enrichir le goût du public pour le Moyen Age, les châteaux en ruine, la chevalerie, elle doit montrer en quoi l’univers sensible de ce millénaire mal connu imprègne nos imaginaires et nous aide à nous définir dans la société, à préciser les notions de pouvoir, de conflits, d’amour.
Et cela marche ! Quatre cents personnes sont venues entendre Michel Zink.
Le fils du poète dialectal sundgauvien Georges Zink (sur la photo, il montre le livre de son père), devenu universitaire mondialement connu et auteur d’une vingtaine de livres soucieux de pédagogie, nous montre le chemin. Merci, cher prestigieux confrère !
Bernard Reumaux

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace