Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Agoras Femmes et Sciences

Le 25 mars à Strasbourg, une Agora de l’Académie d’Alsace
Femmes et Sciences :

 

 

 

 

 

Encourager les vocations au lycée
En partenariat avec le lycée des Pontonniers


« En quoi les stéréotypes genrés et le manque de modèles freinent l’entrée des femmes dans certaines filières scientifiques ? »


L’Académie d’Alsace lance une série d’Agoras consacrées au renforcement de la présence des femmes en sciences. La première, coorganisée avec l’association Femmes & Sciences, réunira des femmes engagées en sciences (université, recherche, entreprises) et des lycéennes et des lycéens de l’établissement voisin des Pontonniers.


Objectif : comprendre le peu d’engagement des filles vers les filières STIM (Sciences, Technologie, Ingénierie, Mathématiques) et proposer des pistes pour améliorer la situation.


Deux axes de discussion : les stéréotypes genrés et la force des modèles. Diverses actions menées pour lutter contre les stéréotypes seront présentées et discutées tandis que des femmes des filières STIM témoigneront de leur choix d’orientation et de leur parcours universitaire et professionnel en dialoguant avec les lycéennes et lycéens. Un groupe d’élèves du lycée des Pontonniers travaille déjà à ces questions et sera présent.


Ultérieurement, d’autres Agoras sont prévues, notamment sur le thème « Reconnaissance et carrières des femmes scientifiques ».
Ces Agoras déboucheront sur des préconisations concrètes.


25 mars à 17 h, au FEC, place Saint-Etienne. Entrée libre.

 

Contact : Véronique Pierron-Bohnes - 06 30 58 25 21 - vero@unistra.fr

 

 

____________________________________________

L'Edito

Savoir d’où l’on vient,
pour préparer l’ « après »

La terrible épidémie qui ravage le monde a mis à mal les certitudes, bousculé les perspectives et réduit à néant les expertises. L’humanité, nue et tremblante comme après un cataclysme, s’interroge avec angoisse : de quoi demain sera-t-il fait ?
Le courage et la volonté, mais aussi la foi en la générosité et la création, seront les moteurs du redressement. Celui-ci aura lieu, même si nul n’en sait la forme et le calendrier.
Il est indispensable de commencer à y réfléchir, sans tabou, avec le cerveau et le cœur orientés à 360°, comme un radar cherchant des signes nouveaux.
Diffusées début mars, les Annales de l’Académie d’Alsace ont opportunément livré une histoire de notre compagnie (voir par ailleurs sur ce site). Elles donnent une réponse à la question de notre utilité dans le corps social : mobiliser des énergies et des bonnes volontés venues d’horizons différents, dans la recherche désintéressée d’un bien commun pour notre temps
Au lendemain du décès d’un de nos membres parmi les plus éminents, le professeur Francis Rapp, historien médiéviste à la brillante carrière, qui avait l’Alsace chevillée au cœur, une Alsace de tolérance et d’humanisme, savoir d’où l’on vient, méditer sur les drames passés pour contribuer à un monde d’harmonie, voilà la plus noble des éthiques, la plus féconde aussi.
L’Académie d’Alsace, dans l’esprit de ses pères fondateurs après la guerre, aura à ressourcer et à relier aux défis de l’ « après épidémie » sa belle mission.
Nous y reviendrons.


Bernard Reumaux

 

Réunion de préparation des Agoras, Strasbourg, 17 septembre 2019

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace