Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Histoire et présentation  de l'Académie

Dans la tradition de l'humanisme rhénan du XVIe siècle, le grand élan des Lumières féconde, au XVIIIe siècle en Alsace, de nombreuses sociétés de Lettres, Sciences et Arts, que les édiles citadines inventent comme des espaces de libres débats, de diffusion de la connaissance et d'information par la lecture de journaux de plus en plus nombreux. Le morcellement politique de la province stimule la variété et le nombre des ces cercles de pensées et d'action.

 

En 1769, la ville de Strasbourg se dote d'une Académie Royale des Sciences et des Belles Lettres, qui devient, en 1799, la Socièté Littéraire des Sciences et Arts,  puis, en 1802, la Société Académique du Bas Rhin.

 

Dès 1760, Théophile-Conrad Pfeffel fonde à Colmar une Société Littéraire, qui durera jusqu'en 1820. La Société d'émulation des Sciences, des Belles Lettres et des Arts voit le jour dans cette même ville en 1801.

 

A Mulhouse est fondée en 1775 la Société pour la propagation du bon goût et des belles lettres et sciences par le futur pasteur Jean Spoerlin. Dans le cadre de la Société Industrielle de Mulhouse, créée par le patriciat en 1826, diverses commissions assurent formation et information dans le même esprit du progrès de la pensée pour servir l'homme.

 

L'Alsace, annexée en 1870, redevenue française après les cruelles souffrances de la Première Guerre mondiale, et piétinée par la botte nazie lors de la Seconde Guerre mondiale, a vécu des bouleversements politiques et sociaux majeurs. Cependant ces changements n'ont pas altéré la richesse de son activité intellectuelle, enracinée dans son passé biculturel.

Dans la reconstruction de l'après-guerre, de nouvelles sociétés savantes virent le jour en Alsace.

 

La création de l'Académie d'Alsace, à Colmar, le 25 mai 1952, réussit le pari de fédérer toutes les activités intellectuelles de la province dans ses carrefours de communication et d'échange au coeur de l'Europe, tout en tenant à être l'interprète et le témoin des valeurs culturelles de la France.

L'Académie comprend 4 sections : Belles Lettres, Sciences de la nature, Sciences de l'Homme, Art et Artisanat d'Art.

 

Pour bien signifier son appartenance à la grande famille des académies, l'Académie d'Alsace a adopté, le 12 mai 2007 la titulature commune :

Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace.

 

 

Statuts de l'Académie d'Alsace
STATUTS 2019(2).pdf
Document Adobe Acrobat [238.6 KB]

L'Edito

Savoir d’où l’on vient,
pour préparer l’ « après »

La terrible épidémie qui ravage le monde a mis à mal les certitudes, bousculé les perspectives et réduit à néant les expertises. L’humanité, nue et tremblante comme après un cataclysme, s’interroge avec angoisse : de quoi demain sera-t-il fait ?
Le courage et la volonté, mais aussi la foi en la générosité et la création, seront les moteurs du redressement. Celui-ci aura lieu, même si nul n’en sait la forme et le calendrier.
Il est indispensable de commencer à y réfléchir, sans tabou, avec le cerveau et le cœur orientés à 360°, comme un radar cherchant des signes nouveaux.
Diffusées début mars, les Annales de l’Académie d’Alsace ont opportunément livré une histoire de notre compagnie (voir par ailleurs sur ce site). Elles donnent une réponse à la question de notre utilité dans le corps social : mobiliser des énergies et des bonnes volontés venues d’horizons différents, dans la recherche désintéressée d’un bien commun pour notre temps
Au lendemain du décès d’un de nos membres parmi les plus éminents, le professeur Francis Rapp, historien médiéviste à la brillante carrière, qui avait l’Alsace chevillée au cœur, une Alsace de tolérance et d’humanisme, savoir d’où l’on vient, méditer sur les drames passés pour contribuer à un monde d’harmonie, voilà la plus noble des éthiques, la plus féconde aussi.
L’Académie d’Alsace, dans l’esprit de ses pères fondateurs après la guerre, aura à ressourcer et à relier aux défis de l’ « après épidémie » sa belle mission.
Nous y reviendrons.


Bernard Reumaux

 

 

 

 

Bernard Reumaux

Réunion de préparation des Agoras, Strasbourg, 17 septembre 2019

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace