Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Introduction à la Séance du 29 janvier 2012, Bâle

_____________________________________________________

 

 

 

 

 

 

 

Bâle 29 janvier 2012
Introduction à la séance par Mme Christiane Roederer, président

 

 

Mesdames et Messieurs
Chères consoeurs, chers confrères,

Ce matin est exceptionnel pour l’Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Alsace parce qu’elle a franchi une nouvelle étape dans son désir d’ouverture vers « l’ailleurs » et de partage des Savoirs.
Nous avons au sein de notre comité des femmes et des hommes d’exception, notre confrère Gérard Leser en particulier, conscients de leur responsabilité en tant que représentants non seulement de l’Alsace mais aussi de la Conférence nationale des Académies placée sous l’égide de l’Institut de France.
M. Gabriel de Broglie, Chancelier de l’Institut n’a pas manqué de l’affirmer lors de son message annuel aux 31 Académies des Régions : « L’Institut vous dit l’admiration et le respect que nous avons pour la manière dont vous vous acquittez de votre mission, notre satisfaction de pouvoir vous apporter notre concours et notre amitié pour vous qui êtes nos confrères ».
Forte de ce soutien, notre Compagnie est particulièrement honorée d’être reçue ici à Bâle, capitale culturelle de la Suisse.
Il me revient d’exprimer la profonde gratitude de notre Compagnie à :
M. le Dr Guy Morin, président du gouvernement du canton de Bâle, à M. Gilbert Pfndler, consul honoraire de France
À l’association culturelle des Amis de l’Alsace/Bâle pour le soutien financier qu’ils ont bien voulu accorder à notre Compagnie.
À ces remerciements s’ajoute la vive reconnaissance à l’égard de M. Jürg Burkhardt, président honoraire de l’Association culturelle des amis de l’Alsace/Bâle et à M. Hans Jörg Renk sans l’engagement desquels cette rencontre n’aurait pu voir le jour. Ils furent nos bons génies auxquels j’associe notre vice-président Gérard Leser, passionnément attaché au rayonnement de notre Académie.  
Nous regrettons de ne pouvoir saluer de vive voix, le Dr. Beat Münch, vice-recteur de l’Université de Bâle à qui nous adressons de vifs remerciements pour son soutien moral.
C’est avec plaisir et intérêt que nous écouterons les interventions du Dr. Hans Jörg Renk, historien, rédacteur de l’Elsass-Gazette : « Bâle et l’Alsace, l’Alsace et Bâle, une histoire entretissée »
Mme Véronique Bittner, représentant la Regio Basiliensis : « Bâle, une agglomération commune ou un puzzle trinational »
Le Dr. Beat Trachsler : « Johann Peter Hebel und das Elsass ».

Hier möchte ich betönen wie Gerührt und voller Bewunderung wir sind vor Ihre Beherrschung  der französische Sprache.

Les efforts faits en Alsace pour l’apprentissage de la langue des voisins et la conservation des langues régionales, sont encouragés depuis la dernière rentrée scolaire dans les cantons de Bâle, Soleure, Berne, Fribourg et le Valais par l’instauration de l’apprentissage du français dans les classes des écoles primaires. Ces connaissances croisées ne peuvent que renforcer les liens culturels et économiques entre ces régions situées sur la frontière linguistique.  

Pour mémoire, je tiens à rappeler que les liens entre l’Alsace et la personnalité de Johann Peter Hebel, fondateur de la poésie dialectale alémanique, et notre Académie sont particulièrement forts. En effet, le Hebelpreis créé en 1936 par le Land du Bade-Wurtemberg attribue tous les deux ans un prix dédié aux écrivains, traducteurs, essayistes qui s’expriment dans leur « Heimet Sproch » ou dans la langue de Goethe.
Plusieurs de nos confrères, ardents défenseurs de leur « langue de plaisir » furent honorés par ce prix prestigieux : Albert Schweitzer (1951), Claude Vigée (1984), Adrien Finck (1992). À cette liste s’ajoutent deux autres alsaciens : André Weckmann (1976) et Emma Guntz (2000).
Notre confrère, le Professeur Raymond Matzen, chantre infatigable de la triphonie, a traduit en français en 2010, à l’occasion du 250e anniversaire de la naissance de Hebel, un très bel ouvrage édité par  Morstadt Verlag : « Pour les amis de la nature et des mœurs rurales ».

Les relations entre l’Association « Heimetsproch un Tradition » avec l’Association Elsass-Freunde Basel ne sont plus à souligner tant elles sont inscrites dans le temps et c’est à cette dernière, à Jürg Burkhardt en particulier, que nous devons d’être reçus aujourd’hui de manière si amicale et si fastueuse.
Bâle, capitale culturelle de la Suisse, riche de ses 40 musées de renommée internationale, riche de la notoriété de  son Université, est certainement une ville exemplaire.
Bâle, ville épiscopale depuis 740, ville du Concile qui s’est tenu dans ses murs entre 1431 et 1449, époque à laquelle elle devint un centre spirituel et le cœur du monde chrétien. Elle attira les Humanistes tel Erasme et fut qualifiée de ville humaniste, un mot exigeant repris par notre Compagnie.  
En conséquence de quoi, Bâle fut aussi le centre de l’imprimerie et du papier.
Pour nous les écrivains qui « consommons » beaucoup de papier… la visite du musée est un véritable enchantement. Il est ce que nous aurions aimé créer à Strasbourg, ville de Gutenberg… un souhait poursuivi depuis plus de vingt ans par l’association « Espace européen Gutenberg » soucieuse de mettre en scène un matériel et un savoir-faire exceptionnels. Il arrive que les rêves deviennent réalité à force de persévérance…
Sans empiéter sur les conférenciers, nous pouvons d’ores et déjà affirmer que Bâle et l’Alsace ont un destin croisé. Il appartient au Dr. Hans Jörg Renk de le souligner explicitement.
Bâle a consenti, de la manière la plus généreuse, à faire un premier pas. À nous, Académie des Sciences, Lettres et Arts d’Alsace de faire le second. En accord avec mes consoeurs et mes confrères académiciens, je souhaite que notre rencontre de ce jour ne soit pas un épiphénomène. Qu’elle soit au contraire la pierre angulaire d’une belle et pérenne construction ; que l’Association des Amis de l’Alsace de Bâle par l’entremise de son président honoraire Jürg Burkardt soit notre invitée d’honneur à nos manifestations et qu’elle puisse partager avec nous, notre patrimoine linguistique et culturel.
« Nous aurons le destin que nous aurons mérité »… le mot de la fin appartient à Albert Einstein tant il arrive qu’un grand scientifique soit aussi – et peut-être forcément – un philosophe.

 

 

 

Accueil J Burchhard.pdf
Document Adobe Acrobat [46.0 KB]

L'Edito


Vulgarisation ?
Le mot rebute souvent. Mais la réalité émerveille.
Car telle est la fonction et l’honneur des professionnel

s de la transmission, qu’ils soient intellectuels ou artisans, chercheurs pointus ou enseignants de terrain, praticiens des arts et de la culture.
Et tel est le rôle le plus noble des académies ! Pas de cultiver l’entre-soi, mais de s’ouvrir aux autres, ceux de toutes les disciplines du savoir et de la création bien sûr, mais aussi, surtout, les publics les plus divers et les moins spécialisés.
Nous en avons eu une brillante démonstration par un grand esprit de la « république des lettres », Michel Zink, de passage dans la région à l’invitation de l’Académie d’Alsace, dont il est membre du Comité d’honneur. A Altkirch le 6 avril, à Strasbourg le 8, tous ont été conquis par l’érudition et le charme du membre fraîchement élu de l’Académie française, du secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, du professeur honoraire du Collège de France, du grand spécialiste des littératures françaises du Moyen Age, capable de déclamer pendant des heures des poèmes de troubadours en langue originale…
Michel Zink a fait un éloge de la vulgarisation, de la nécessité de trouver des formes adaptées pour toucher, cultiver, séduire des publics jugés a priori à distance. « Si la littérature médiévale devait rester uniquement affaire de spécialistes pointus, elle n’aurait aucune légitimité à être étudiée », dit-il. Cette recherche érudite doit venir enrichir le goût du public pour le Moyen Age, les châteaux en ruine, la chevalerie, elle doit montrer en quoi l’univers sensible de ce millénaire mal connu imprègne nos imaginaires et nous aide à nous définir dans la société, à préciser les notions de pouvoir, de conflits, d’amour.
Et cela marche ! Quatre cents personnes sont venues entendre Michel Zink.
Le fils du poète dialectal sundgauvien Georges Zink (sur la photo, il montre le livre de son père), devenu universitaire mondialement connu et auteur d’une vingtaine de livres soucieux de pédagogie, nous montre le chemin. Merci, cher prestigieux confrère !
Bernard Reumaux

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace