Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

ACTUALITES

 

Un Lundi de l'Académie : séquence découverte des Dominicains

Avec l'intervention de Michel Spitz, maire adjoint de Colmar

 

https://www.youtube.com/channel/UCvTrPaFjhOgho1S94zzd0Rg

 

 

L’Académie d'Alsace, active dans la promotion des Sciences, Lettres et Arts, est associée à la Biennale de la Photographie de Mulhouse

 

 

 

 

 

Biennale de la Photographie de Mulhouse

 

10 Juin - 17 Juillet 2022

 

 

 

04 Juin : journée d'ouverture à Thann avec Bernard Plossu
10, 11, 12 Juin : journées d'ouverture à Mulhouse, Freiburg, Hombourg...

Mulhouse Biennial of Photography
June 10th - July 17th

June 4th : opening day with Bernard Plossu, Thann
June 10, 11, 12th : opening days in Mulhouse, Freiburg, Hombourg...

 

Plus ici : http://www.biennale-photo-mulhouse.com/2022/

 

« Réenchanter les châteaux forts » : objectif atteint


Le rapport de l’Académie d’Alsace a été remis officiellement le 22 novembre 2021 à la Collectivité européenne d’Alsace, représentée par Nathalie Ernst (à droite sur la photo), dans le cadre de l’annonce de la relance de l’opération d’animation culturelle « Les Portes du temps », qui se déploiera au printemps prochain des deux côtés du Rhin. Symbole de cette ouverture transfrontalière, la remise par Bernard Reumaux a eu lieu au château de Staufenberg, dans l’Ortenau, en présence de John Howe (à gauche sur la photo), directeur artistique de l’opération, Grand Prix 2019 de l’Académie d’Alsace et illustrateur de ce Rapport, fruit d’un beau travail d’Agora de 14 membres de l’Académie. Il permet une meilleure reconnaissance du travail des associations castrales et lance un appel aux imaginaires créatifs. 

Chevaliers des Arts et des Lettres
Deux confrères viennent de recevoir cette distinction :

Louis Perin, romancier et dramaturge, créateur en 1976 à Saint-Louis de la Compagnie du Lys, membre de notre académie depuis 2005. La médaille, couronnant une longue carrière artistique, lui a été remise par notre confrère Gérard Cardonne.
 

Christophe Woehrlé, docteur en histoire contemporaine, distingué comme promoteur en Alsace des Stolpersteine, ces « pavés de la mémoire » implantés dans les cités devant les maisons des Juifs et résistants disparus, lauréat 2020 de notre prix de la Décapole, membre depuis 2021.

La « rentrée solennelle » de l’Académie d’Alsace

 

Après dix-huit mois sans réunion entre eux, les membres – dont une quinzaine de nouveaux entrants –se sont retrouvés samedi 25 septembre à Colmar, au musée Unterlinden, réactivant pour l’occasion une tradition des années 50 à 70 : la « rentée solennelle » dans la ville où elle est née en 1952.

Le maire de Colmar, Eric Straumann, a annoncé que la Bibliothèque des Dominicains, dont la rénovation est en cours d’achèvement, accueillera désormais le siège de l’Académie. Il a confirmé le soutien de la Ville de Colmar au prix Maurice-Betz, consacré à valoriser la traduction littéraire. La lauréate 2021 a été distinguée : Claire de Oliveira, traductrice de La Montagne magique de Thomas Mann. Jean-Marie Valentin, professeur honoraire à la Sorbonne, a restitué la vie et l’œuvre de Maurice Betz, « médiateur entre deux cultures ».

 

L’Académie d’Alsace dynamise son prix Jeune Talent

et distingue trois diplômés de la HEAR

 

Fondé en 1990 par l’Académie d’Alsace en mémoire de Robert Beltz (1900-1981) – artiste qui a illustré sur bois gravés des œuvres majeures de la littérature (Baudelaire, Flaubert, Sébastien Brant) –, le prix Jeune Talent de l’Académie s’attache à identifier et encourager des talents émergents parmi les diplômés de l’année de la Haute école des arts du Rhin, HEAR. Il a connu cette année un développement significatif, mis en œuvre par Bernard Reumaux, Dénia Bahadir et Jean Hurstel au sein de l’Académie : au lieu d’un lauréat, ce sont trois qui sont désormais distingués ; un jury de haut vol a été constitué et un mécène s’est impliqué.


Anne Delerue et Martin Schultz, diplômés en option Art, et Marguerite Outhenin Chalandre issue de l’option Design textile, sont les lauréats « Jeune Talent de l’Académie » 2021, distingués le 17 septembre dans les locaux de l’école. La force singulière de leur travail et l’évidence de leur figure d’artiste déjà accompli ont, dans la diversité de leurs productions, séduit le jury qui a passé une partie de la journée de vendredi à rencontrer et auditionner les diplômés présents à la HEAR pour le week-end d’exposition des diplômes.


Le jury, constitué présidé par Dénia Bahadir, longtemps responsable du salon ST-ART, réunissait d’éminents experts de la création artistique contemporaine en Alsace, dont plusieurs sont membres de l’Académie d’Alsace : Philippe Dolfi, Madeleine Millot-Durrenberger, Eddy Vingataramin et Alexander Wojda, collectionneurs, Bernard Goy (DRAC), Yves Iffrig et Karine Graff, galeristes, Pierre-Jean Sugier (Fondation Fernet-Branca) et Roberta Hurstel.


Chacun des trois prix est doté d’une somme de 1000 € grâce à un mécénat assuré par Lafayette Patrimoine Finances, dont le président, Eddy Vingataramin, fondateur d’Immobili’art, entend impliquer les promoteurs immobiliers dans le soutien aux jeunes artistes de la scène locale.


Lors de la remise des prix, dans le lumineux jardin de la HEAR, le président de l’Académie d’Alsace, Bernard Reumaux, a remercié l’ensemble des étudiants et l’équipe de la HEAR pour « la cure de joie, de talent, d’énergie et d’espoir (qu’ils apportent) dans un monde torturé par les peurs et les doutes ».

 

17 septembre 2021

 

Remise du prix Beatus Rhenanus 2021 par l’Académie d’Alsace à Hildegard Neulen Hüttemann

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo (Daniel Millot)

La lauréate entourée de Gabriel Braeuner, secrétaire perpétuel de l’Académie d’Alsace qui a prononcé la laudatio de la lauréate, Jean Hurstel, secrétaire général, représentant le président Bernard Reumaux, Marcel Bauer, maire de Sélestat et Richard Leibinger, ancien maire de Waldkirch.

 

C’est dans les salons de l’Hôtel de Ville de Sélestat, à l’invitation du maire Marcel Bauer et de Bernard Reumaux, président de l’Académie d’Alsace, qu’a eu lieu la remise du prix Beatus Rhenanus 2021.


Ce prix, créé en 2017 par l’Académie d’Alsace avec le partenariat des Amis de La Bibliothèque humaniste de Sélestat, distingue tous les deux ans une personnalité, institution ou œuvre littéraire et scientifique du Rhin supérieur. Après James Hirstein, spécialiste de Beatus Rhenanus et Dominik Wunderlin, conservateur du musée des cultures de Bâle, c’est Hildegard Neulen-Hüttemann qui a été retenue comme lauréate cette année.

De nationalité allemande, enseignante, conseillère pédagogique et Dozentin à la Pädagogische Hochschule de Freiburg im Breisgau, elle a consacré sa vie professionnelle et son engagement culturel au dialogue franco-allemand et plus précisément à l’apprentissage et à la diffusion de la langue du voisin. Chargée, entre-autres, des relations transfrontalières dans le domaine scolaire et culturel au Regierungspräsidium de Fribourg, elle fut notamment à l’origine du Festival des deux langues qui réunit, depuis 1993 chaque année des centaines d’élèves de part et d’autre du Rhin. Elle préside depuis 1992 le cercle franco-allemand Waldkirch-Sélestat. Son engagement lui a valu Le Bundesverdienstkreuz en Allemagne alors que le Ministère de l’Éducation nationale l’a élevée, en 2005, au rang de commandeur des Palmes académiques.

Par le prixque l'Académie d'Alsace lui remet, est rappelé son enracinement régional à travers la valorisation de la double culture et son ouverture européenne dans l’esprit de l’humanisme rhénan.
La cérémonie s’est déroulée en présence d’une soixantaine d’invités. La Ville de Sélestat s’étant associée à l’événement en célébrant le demi-siècle d’engagement d’Hildegard Neulen-Hüttemann dans le jumelage de la cité des humanistes avec Waldkirch en Forêt-Noire.

 

 

 

Françoise Weill-Kuflik, dans l'Ordre du mérite

 

Emouvante cérémonie de la remise de l’ordre national du mérite à notre consœur Françoise Weill-Kuflik, il y a quelques jours à la synagogue de Mulhouse.  
Françoise Weill-Kuflik est la fille d’un père résistant qui ne revint jamais d’Auschwitz. Elle lui a consacré un livre hommage d’une grande sensibilité, Matricule 173381, le destin d’un Juif d’Alsace (2019). Tout au long de sa vie professionnelle et de son engagement associatif, elle n’a jamais cessé de porter témoignage de la foi de ses ancêtres, du destin tragique de sa communauté et du message universel du judaïsme. La clarté de son discours, la force de ses convictions et la portée de son message, si profondément humaniste, ont conféré à cette cérémonie une dignité qui a profondément touché l’ensemble des membres présents.

Notre Académie qui s’associe pleinement à cette reconnaissance était représentée par son président Bernard Reumaux et par le secrétaire perpétuel Gabriel Braeuner.

Prix du Salon du Livre de Marlenheim


Très belle moisson au salon du livre de Marlenheim ou des responsables de l’Académie d’Alsace ont été particulièrement à l’honneur.

Christiane Roederer, qui fut longtemps notre présidente et celle de la Conférence nationale des Académies, a reçu le très mérité Prix de la Littérature pour son ouvrage D’un paradis à l’autre, paru aux éditions du Signe et l’historien Gabriel Braeuner, notre secrétaire perpétuel, s’est vu remettre le Prix de l’Erudition pour son ouvrage : Au cœur de l’Europe humaniste, le génie fécond de Sélestat, édition du Tourneciel, livre qui avait déjà obtenu le prix de Lys de la Foire du livre de Saint-Louis en 2019.

La remise des prix, qui s’est déroulée samedi 2 juillet avait bénéficié de la présence de madame la ministre Brigitte Klinkert.

Copyright de l'image : Christophe Meyer

Décès de Carmen Riffenach

Notre consœur Carmen Riffenach est décédée le 26 juin.

Ecrivaine, fortement engagée dans la vie culturelle alsacienne, notamment dans la région mulhousienne où elle résidait, elle était entrée en 1989 à l’Académie d’Alsace, peu après la parution d’un livre, « Odile d’Alsace » (avec Fabienne Allemann, Ed. La Nuée Bleue) qui avait connu un vif succès, avant d’être adapté en édition de poche (coll. Kaléidoscope d’Alsace).

Sa disparition intervient alors que le Mont Sainte-Odile s’apprête, le 4 juillet, à fêter solennellement le jubilé des 1300 ans de sa fondation.

 

L’Académie d’Alsace aux Rencontres nationales de la participation

 

Cinq cents personnes de toute la France - élus, experts, associations - se sont réunies du 29 au 21 octobre à Mulhouse pour échanger sur les innombrables expériences de démocratie participative dans les locaux du Motoco, une friche industrielle DMC magnifiquement requalifiée. Comme une réponse (partielle) à la crise de la démocratie ?

 

Deux présences de notre Académie :

1.  l’animation d’un atelier « Citoyens des villes et citoyens des champs, mêmes enjeux ? » qui a restitué les deux Agoras de terrain que nous avons réalisées l’hiver dernier à Muttersholtz et à Mulhouse. Animation par notre nouvelle consœur Elisa Beardmore et Bernard Reumaux. Un travail d’Agora à poursuivre.
2.    la proposition de notre nouveau confrère le compositeur et universitaire Pierre Thilloy (à droite sur la photo ci dessous) d’un « Concerto participatif » qui montre que la création musicale peut faire l’objet d’une participation citoyenne qui la rend accessible et ludique.

Disparition de Georges Foessel, ancien lauréat de l’Académie d’Alsace

L'Alsace a perdu, cette semaine l’historien Georges Foessel, né à Colmar en 1939, ancien archiviste de Strasbourg et parfait connaisseur de l’histoire de la capitale alsacienne, qu’il avait honorée de nombreux ouvrages, articles et expositions.

Lauréat de l’Académie d’Alsace en 1964 pour son étude sur l’Action française et la crise internationale européenne (1932-1936), il comptait de nombreux amis parmi nos membres.

 

Réunion académique

Le vendredi 28 août, à 15 h, réunion de rentrée des membres de l’Académie d’Alsace.

A l’ordre du jour : échanges sur le programme et l’organisation des Agoras de l'Académie.

 

Remise du prix de la Décapole

Samedi 12 septembre à 11 h à l’hôtel de ville de Turckheim , salle de la Décapole.

Lauréat : l’historien Christophe Woehrlé pour son ouvrage La cité silencieuse, Strasbourg-Clairvivre (1939-1945), 2019.

 

Remise du Prix Maurice-Betz

Attribué à Claire de Oliveira pour la traduction de La Montagne magique de Thomas Mann (Editions Fayard). Le 26 septembre à Colmar.

 

 

Décès de Marcel Thomann

Il fut un respecté professeur d’histoire du droit, un très dynamique président de la Fédération des Sociétés d’histoire et d’archéologie : Marcel Thomann, membre de l’Académie d’Alsace depuis 1989, membre de notre comité d’honneur depuis l’année passée, est décédé le 29 mai à l’âge de 95 ans.

Ce fut - avec notamment Francis Rapp, décédé en mars - un des grands artisans du renouveau de la recherche et de la promotion de l’histoire dans la région.

 

Décès du peintre Ernest Meichle

 

 

Notre confrère l’artiste peintre Ernest Meichler est décédé le 1er avril à Mulhouse. Né en 1932, membre de l’Académie d’Alsace depuis 2003, il restituait les paysages alsaciens de sa palette puissante et expressive. Il était également lithographe et poète. Dans un poème de 1998, il écrivait : « Un jour je partirai vers de lointains rivages / Là où l’on n’emporte que ce que l’on a donné ».

 

 

Une histoire de l’Académie d’Alsace

La nouvelle livraison des Annales de l’Académie d’Alsace, diffusée début mars, est consacrée à une synthèse de l’histoire de notre compagnie. Elle vient opportunément, en cette période de sévères remises en cause, rappeler sa fonction originale dans la région.
C’est dans un contexte d’après-guerre ouvert à d’immenses défis (reconstruction, justice sociale, réconciliation franco-allemande) que les « pères fondateurs » (il n’y avait aucune femme aux origines !) ont imaginé une académie régionale, transdisciplinaire, légère dans son fonctionnement, donc libre de toute dépendance. Soixante-dix années plus tard, la mission reste la même.
Au sommaire de cette publication, un utile rappel historique, par Gabriel Braeuner, sur les académies alsaciennes de la Renaissance, de l’Ancien Régime et du XIXe siècle, toutes interrompues après l’Annexion de 1870. L’Académie d’Alsace a repris le flambeau en 1952, dans la pleine légitimité d’une continuité multi séculaire, qu’a reconnue son intégration à la prestigieuse Conférence nationale des Académies, affiliée à l’Institut de France.
Bernard Reumaux retrace ensuite le contexte de la création de l’Académie d’Alsace, cet après-guerre passionnant et un peu méconnu aujourd’hui, quand bouillonnaient de formidables envies de changer et le monde et l’Alsace.
A côté d’autres contributions, un synthétique panorama des sept périodes et présidences successives de l’Académie d’Alsace est brossé par le journaliste Christophe Nagyos, montrant l’étonnante capacité de notre compagnie à accompagner son temps, loin de tout « académisme »…
Voir sur ce site, la publication de quelques-uns des textes des Annales.
 

Disparition de Francis Rapp

Une des grandes figures alsaciennes vient de disparaître  :  le Professeur Francis Rapp, emporté ce dimanche par la funeste épidémie à l’âge de 93 ans.

Il était membre de l’Académie d’Alsace depuis 1960 et faisait partie de notre comité d’honneur.

 

Cet historien médiéviste à la carrière riche et brillante a occupé des fonctions importantes, tant à l’Université de Strasbourg que dans des institutions prestigieuses : membre de l’Académie des inscriptions et belles lettres, CNRS, Ecole des Chartes, honoris causa de nombreuses universités dans le monde, etc.

Spécialiste du Saint-Empire romain germanique et de l’histoire religieuse, auteur de nombreux ouvrages, il est à l’origine de multiples vocations d’historiens dans la région. L’Académie d’Alsace perd un membre fidèle.

Dans le dernier numéro des Annales de l’Académie d’Alsace, paru ce mois, figure ce qui sera sans doute le dernier texte publié de son vivant, un court éloge de « l’esthétique dans la réflexion ».

Ce fut la ligne de vie de ce grand travailleur, à l’esprit brillant et d’une rare hauteur d’âme.

 

14 mars, à Mulhouse :

une dictée pour l’alphabétisation

« Sous le haut patronage de l’Académie d’Alsace », un concours de dictée aura lieu samedi 14 mars à 10 h à l’amphi Weiss de l’Université de Haute-Alsace à Mulhouse. Organisée par cinq clubs Rotary et Inner Wheel du Sud Alsace et le lycée Don Bosco de Landser, cette « Dictée pour soutenir l’alphabétisation » attribuera des prix aux lauréats.

Contact : faireunedictee@gmail.com

Informations: https// www.rotary-mulhouse-vosges.org/

Le fils et le petit-fils de Raymond Oberlé aux côtés de Michèle Lutz, maire de Mulhouse.

 

 

 

 

 

Hommage à un ancien président de l’Académie d’Alsace :

un Square Raymond-Oberlé à Mulhouse

Raymond Oberlé a présidé l’Académie d’Alsace de 1990 à 1996. Cet historien de formation, archiviste de la Ville de Mulhouse et enseignant à l’Université, a ouvert notre compagnie aux travaux historiques régionaux, créant le prix de la Décapole, mais aussi aux sciences. Lundi 24 février, la maire de Mulhouse, Mme Michèle Lutz, a inauguré dans le quartier requalifié de la Fonderie le Square Raymond-Oberlé, symboliquement situé à la jonction de l'Université (Département d'histoire et filière d'archivistique) et des Archives municipales. Une forte délégation de l’Académie d’Alsace était présente, conduite par le vice-président Gérard Binder et l’ancien chancelier Jacques Streith.

 

La Fayette, la liberté et le général Klein

Dans le cadre de la très intéressante exposition à la Maison des Arts de Bischwiller, « La Fayette et la liberté » (ouverte jusque fin décembre), une journée d’étude s’est déroulée le 15 novembre sur le thème « Héros des deux mondes » en présence de chercheurs, historiens et artistes venus de toute la France. La journée, animée par Bernard Reumaux, président de l’Académie d’Alsace, a débuté par la lecture d’une lettre envoyée des Etats-Unis par le général américain Jacques-Paul Klein, né en Alsace en 1939 et émigré aux Etats-Unis en 1946 avec sa mère, militaire dans l’US Air Force, puis diplomate (il deviendra secrétaire général adjoint de l’ONU) et enseignant à l’université de Princetown. Resté attaché à sa région d’origine, il est membre depuis 1969 (cinquante ans !) de l’Académie d’Alsace, qui l’a fait entrer en avril dernier dans son Comité d’honneur.

Lien vers sa lettre

Réenchanter les châteaux-forts d’Alsace :

une Agora, des auditions, un rapport

 

Beaucoup de monde mardi 19 novembre à la Bibliothèque humaniste de Sélestat pour l’Agora consacrée à une réflexion et à des propositions pour imaginer l’avenir des initiatives privées et des politiques publiques consacrées au patrimoine castral alsacien.

L’Académie d’Alsace a été missionnée par les deux Départements pour appuyer le projet de création artistique et événementielle confié à l’artiste illustrateur John Howe (« Le Seigneur des Anneaux » au cinéma) pour un démarrage en 2020 et des développements ensuite.
Ce travail se mènera au plus près du dense, actif et très diversifié réseau des associations qui œuvrent à la connaissance, à la conservation et au rayonnement des châteaux-forts d’Alsace. De nombreux animateurs d’associations étaient présents à l’Agora de Sélestat, avec des prises de parole qui témoignent de la diversité des approches et des attentes, parfois contradictoires. Quels nouveaux imaginaires ? Quelles fonctions et activités nouvelles ? Quels publics, quels événements ?

La mission de l’Académie d’Alsace consiste à prolonger cette première étape par des auditions, dans le milieu castral bien entendu, mais aussi au-delà pour identifier des pistes d’innovation. La restitution, sous forme d’un rapport rendu public, aura lieu à la fin du premier trimestre 2020.

Le débat avec la salle, après la projection

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Agora de Mutterholtz, le 16 novembre 2019

 

La démocratie participative sous la loupe :

une Agora nomade, de Muttersholtz à Mulhouse

 

Bel échange d’expériences samedi 16 novembre à Muttersholtz, petite commune du Ried, non loin de Sélestat, pour cette Agora consacrée au thème de la démocratie participative, réponse à la crise de la démocratie représentative.

Nous étions les hôtes du maire, Patrick Barbier, et de son équipe municipale dont la commune (2000 habitants) est devenue, en 2017, capitale française de la  biodiversité pour sa gestion de l’énergie, la mise en place de  liaisons réservées aux mobilités douces, son engagement pour l’environnement et le développement solidaire.

A quelques jours du lancement d’une nouvelle démarche participative, « Inventons un nouveau cœur de village », nous étions le témoin d’une nouvelle démarche qui invite des citoyens bénévoles à définir,  concevoir et réaliser des aménagements urbains. Le vivre-ensemble débouchant, en l’occurrence sur le faire-ensemble.  

La présence d’une délégation municipale de Mulhouse – qui entreprend, sur une autre échelle et dans un tout autre contexte, des initiatives semblables – a permis d’élargir le débat. Au-delà des différences, quelles sont les convergences méthodologiques ?  Qu’est-ce qui est commun, qu’est-ce qui diffère ? Partout, on retrouve les ingrédients nécessaires pour donner naissance à l’intelligence collective : de la prime information à la concertation puis à la co-construction et plus généralement à l’engagement citoyen.

Une rencontre retour est prévue en février 2020 à Mulhouse et à Kingersheim, autre lieu d’expérimentation  de la démocratie participative en Alsace. Nos Agoras justifient ainsi pleinement leur qualificatif de « nomades » !

La réussite de cette seconde Agora – public local et membres de l’Académie mêlés – conforte le rôle de notre compagnie comme laboratoire d’idées et de pratiques nouvelles dans l’espace régional.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Succès du colloque parisien de la Conférence nationale
Les 11 et 12 octobre, la Conférence nationale des Académies a tenu son colloque parisien sur le thème, cette année, de l’Innovation. 140 participants (dont 15 Alsaciens) représentant 27 académies se sont retrouvés à la Fondation Del Duca puis à l’Institut de France. 25 communications ont été livrées, dont 11 prononcées à la tribune, toutes rassemblées dans les Actes, la publication annuelle de la CNA. Les contenus des interventions ont fait une large part aux questions de société les plus brûlantes (nouvelles technologies, éthique, etc.).
Un dîner de gala a eu lieu dans les somptueux salons de la Présidence du Sénat. Leur mise à disposition – inhabituelle – était due à l’intervention amicale de l’ancienne sénatrice du Bas-Rhin, Fabienne Keller.
C’est l’Académie d’Alsace qui a organisé cette année le colloque parisien, dans le cadre des deux années de gestion par notre compagnie de la CNA (président Christiane Roederer ; secrétaire général Jean Hurstel ; trésorier Gabriel Braeuner).
Lors de l’assemblée générale, a été prononcée l’admission de l’Académie nationale de Reims, créée en 1841, qui devient le 33e membre de la CNA. Cette entrée, parrainée par notre académie, renforce le pôle Est de la Conférence nationale. Une réunion interacadémique (Nancy, Metz, Besançon, Dijon, Reims et Alsace) aura lieu en avril prochain à Metz sur le thème du Transhumanisme.
De l’avis des participants, cette édition a été un succès, tant sur le plan du contenu que sur celui de l’organisation. Après la bonne image laissée par le colloque d’octobre 2018, qui s’est tenu durant quatre jours en Alsace, notre académie a montré une nouvelle fois son sérieux et son implication.

 

 

 

 

 

 

 

 


Les 11 et 12 Autour de Bernard Bourgeois, représentant le chancelier Xavier Darcos, et de Fabienne Keller, hôte de la soirée, un groupe d’académiciens au dîner au Sénat.

 

 

LA CONFERENCE NATIONALE DES ACADEMIES

11 et 12 octobre à l’Institut de France

Réunissant les 32 académies en région, la CNA tient un colloque et son assemblée générale alternativement dans une des académies membres et à Paris. Après l’Alsace en 2019, c’est à Paris que les 11 et 12 octobre se réuniront quelque 200 délégués venus de toute la France. Prestige, travail et convivialité au programme avec un colloque à la Fondation Del Duca et à l’Institut de France sur le thème de l’Innovation, un dîner dans les salons de la Présidence du Sénat et l’intronisation d’une nouvelle académie, celle de Reims, renforçant ainsi la présence de l’Est au sein de la CNA. C’est l’Académie d’Alsace qui est en charge de l’organisation de la rencontre, sous la houlette de Christiane Roederer, président de la CNA, et de Jean Hurstel, secrétaire général.

https://www.inter-academies.fr/colloques

 

L’ASSEMBLEE GENERALE DU 6 JUILLET
Une soixantaine de membres de l’Académie d’Alsace étaient présents ou représentés à Sélestat le 6 juillet, à la Bibliothèque humaniste mise à notre disposition par la municipalité dont le maire, Marcel Bauer, a prononcé le discours de bienvenue avant d’inviter à un buffet à l’issue de la manifestation.
Sans rentrer dans les détails des rapports statutaires de cette assemblée générale, tous adoptés à l’unanimité, voici quelques points à retenir :


* Modification des statuts. Une AG extraordinaire a permis de clarifier nos statuts – selon les indications de l’Institut de France pour les académies placées sous son égide – sur les rôles respectifs des membres titulaires et correspondants. Par ailleurs, pour être plus en phase avec l’évolution des pratiques académiques, une mise à jour des sections a été actée, avec désormais trois sections au lieu de quatre : Science, Culture et Société.
* Création du Cercle de l’Académie d’Alsace. La révision des statuts a acté la création de cette instance qui réunit, sans obligation d’aucune sorte, les institutions, publiques et privées, grandes ou petites, qui sont sensibles au travail de l’Académie d’Alsace et nouent des partenariats avec elle.


* Nominations. Sept membres correspondants ont été élus titulaires (Robert Anton, Pantxika De Paepe, Jean Hurstel, Richard Kleinschmager, Nicolas Mengus, Paul-Philippe Meyer et Hervé This). Deux personnalités intègrent le Comité d’honneur (le général ambassadeur Jacques-Paul Klein et l’historien Marcel Thomann).
A noter la disparition au cours de l’année de Christian Wilsdorf, Emile Roegel, Julien Schweitzer, Christiane Meiss et Jean Frère.
Conférence nationale des Académies. Christiane Roederer, présidente nationale depuis octobre dernier, évoqua le prochain colloque organisé par la CNA, les 11 et 12 octobre à l’Institut de France, pour lequel les contributions de quatre membres de l’Académie d’Alsace ont été retenues. Elle annonça l’admission prochaine de l’Académie Nationale de Reims, ce qui portera à 33 les académies en région membres de la CNA et renforcera la présence académique dans le Grand Est.


* Remise du Prix de la Décapole. En partenariat désormais avec la Fédération des Sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace (premier membre inscrit au Cercle de l’Académie), ce prix d’histoire régionale a été remis à Marc Glotz, vice-président de la Société d’histoire du Sundgau, pour son ouvrage « Miroir de la noblesse alsacienne au XIXe siècle ».


* Remise du Prix Beatus Rhenanus. En partenariat désormais avec la Ville de Sélestat, ce prix transfrontalier Regio a été remis à Dominik Wunderlin, ancien chef du département Europe au musée d’ethnographie et des arts et traditions populaires de Bâle, pour l’ensemble de son œuvre.


* Récital de Jean-Luc Bredel. Après la visite de la Bibliothèque humaniste et de la remarquable exposition sur les « visites virtuelles » de prestigieuses bibliothèques de l’histoire de l’humanité, l’ancien directeur des Affaires culturelles d’Alsace, guitariste renommé, a conclu l’assemblée générale 2019 par un récital brillant dans l’église Sainte-Foy.

 

 

PRIX JEUNE TALENT

Le jury de l’Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts a distingué Samuel Bas et Joachim Galerne comme lauréats de son prix annuel « Jeune Talent », pour leur travail conjoint de diplôme de la HEAR. Leur création associe les décors de Joachim et les personnages de Samuel, selon la technique ancienne du dessin animé. Il illustre la question : « pourquoi un site finit-il en ruines ? ».

Ce prix - un des neuf décernés chaque année par l’Académie d’Alsace - est remis à un ou une diplômé de la HEAR en section Illustration. Il a été fondé en 1990 par les héritiers du grand illustrateur Robert Beltz (1900-1981), qui a travaillé pour les plus grands écrivains dans des ouvrages d’art au style onirique et puissant.

Le diplôme, remis aux deux lauréats par Jean Hurstel, secrétaire général de la Conférence nationale des Académies, a été réalisé et illustré par la lauréate Jeune Talent 2018, Anna Griot. Le jury était composé d’artistes membres ou proches de l’Académie d’Alsace. Un événement grand public aura lieu comme chaque année au Festival du livre de Colmar pour présenter le travail des lauréats.

 

 

 

 

 

 

 

DISPARITION

 

Emile Roegel est décédé le 6 mai 2019, à l'âge de 93 ans.

Il a été professeur à la faculté de médecine de Strasbourg, médecin-chef de pneumologie aux Hôpitaux universitaires de Strasbourg et à l’hôpital Pasteur de Colmar. Jusqu’à ses derniers mois, il s’est investi dans la transmission de la mémoire des anciens du camp soviétique de Tambov, après son incorporation de force, à l’âge de 17 ans, dans la Wehrmacht. Son humanité, sa sensibilité empreinte d’une ironie toute philosophique, en faisaient un représentant précieux de l’expérience douloureuse des Malgré-Nous, notamment auprès des jeunes générations.

 

Bernard Reumaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DISPARITION

En mémoire de Christian Wilsdorf  (1926-2019)

Christian Wilsdorf, qui vient de nous quitter, était le plus ancien membre de l’Académie d’Alsace. C’est en 1959 qu’il rejoignit cette institution régionale.

Il avait été, de 1951 à 1992, le très apprécié et savant directeur des Archives du Haut-Rhin. Grâce à lui, ces dernières purent aménager dans des nouveaux locaux, au sein de la Cité administrative  de Colmar, et devinrent une institution phare au service du patrimoine historique départemental.

Cet enfant de Ribeauvillé fut, de 1983 à 1996, le délégué scientifique du président du Conseil général. Il a contribué, de façon déterminante, au sauvetage à la mise en valeur du château du Hohlandsbourg et à la restauration de l’église Saint-Matthieu de Colmar. Que serait aujourd’hui le centre historique de la capitale haut-rhinoise sans sa vigilance ou le château de Saint-Ulrich qui domine sa ville natale ?

Ce médiéviste rare avait fait de la période antérieure au XIIIe siècle son jardin de prédilection. Il était notre meilleur spécialiste de la période mérovingienne et carolingienne. Chartiste brillant, il avait consacré sa thèse aux comtes de Ferrette. Nous lui devons également la création de la commission départementale d’héraldique qui, à partir de 1960, attribua ou confirma les armoiries de chaque commune du Haut-Rhin.  

Sait-on qu’il fut, de 1951 à 1955, chargé de la mission de rassembler et d’organiser les archives des Hauts Commissariats de la République française en Allemagne et en Autriche qu’il rapatria à Colmar ? C’est sur sa proposition que la Haute Commission alliée d’occupation en Allemagne  confia en dépôt à la France les archives franco-anglo-américaines. Installées d’abord à Metz, elles furent transférées à Colmar aux Archives de l’occupation créées par le Ministère des Affaires étrangères en 1956.

Tous ceux qui l’ont fréquenté gardent le souvenir d’un homme charmant et plein d’humour, aussi lettré que parfait humaniste, attaché à sa petite patrie et à l’écoute permanente tant des chercheurs que des sociétés d’histoire de la région dont il fut très proche.


Gabriel Braeuner

 

L'Académie d'Alsace a organisé deux conférences de Michel Zink, de l'Académie française, le samedi 6 avril, Halle aux Blés d’Altkirch, 16h30, et le lundi 8 avril, Librairie Kléber Strasbourg, 17 h.

Le plaidoyer de Michel Zink pour les Académies en réaction au New York Times »

 

Le grand prix 2019 de l’Académie d’Alsace à Frantisek Zwardon

 

Une cérémonie brillante et chaleureuse s’est tenue le 1er février dans les salons de l’hôtel de ville de Strasbourg pour la remise du Grand Prix 2019 de l’Académie d’Alsace au photographe Frantisek Zvardon, en présence du maire de la ville, Roland Ries.
Arrivé en Alsace en 1985, le Tchèque Frantisek Zvardon parcourt le monde entier pour les reportages commandés par de nombreux éditeurs et magazines, faisant la démonstration d’un talent original, basé sur une rigueur technique exemplaire et coloré d’une inspiration humaniste. Ses travaux sur les aurores boréales, les tribus africaines Surma, les ouvriers de la sidérurgie, etc., confirment son excellence dans le paysage comme dans le portrait, la couleur et le noir-et-blanc. Mais aussi, ayant fait le choix de l’Alsace, il est à l’origine de campagnes photographiques qui ont apporté un total renouvellement des regards et des représentations sur l’Alsace, les Vosges, les villes. « Le Veilleur de la Beauté du Monde », ainsi l’a nommé le président Bernard Reumaux.
Le Grand Prix de l’Académie d’Alsace distingue depuis 1973 une personne impliquée dans un travail remarquable, qu’il soit prestigieux ou modeste, scientifique, artistique ou d’engagement social. Il s’attache à mettre en lumière l’œuvre et l’action d’une personnalité n’ayant pas encore bénéficié de reconnaissance grand public officielle. Désormais annuel, il bénéficie du soutien de la Ville de Strasbourg. Une exposition de grands tirages de Frantisek Zvardon a lieu tout le mois de février sur les grilles de l’hôtel de ville, place Broglie.
 


Une chaîne Youtube pour l'Académie d'Alsace
La captation vidéo des interventions lors de la Conférence nationale des Académies en octobre 2018 donne naissance à une chaîne sur Youtube.
Voilà qui constitue le début d’une « bibliothèque vidéo », non seulement mémoire d’un événement, mais surtout base documentaire précieuse pour ceux qui s’intéressent à l’Alsace.

Cliquer sur le lien vous mène directement à la vidéo.

 

Georges Bischoff : « Une histoire de l’Alsace en 45 minutes »
https://youtu.be/mtua9r0IXTg

 

Brigitte Klinkert, Christine Roth, Christiane Roederer et Jean-Paul Meyrueis : Introductions à la Conférence nationale des Académies 2018
https://youtu.be/Zvep_kD7HHo

 

Jean-Louis Schlienger : « Eloge du bien-manger alsacien »
https://youtu.be/iFouDtytKmE

 

Hervé This : « L’alimentation de demain »
https://youtu.be/o7mMC9aGQdA

 

Christine Ferber : « On ne domine pas la matière, on l’apprivoise »
https://youtu.be/uzI7W4WBe8A

 

Hervé This , Christine Ferber et Jean-Louis Schlienger : « Gastronomie et innovation scientifique »
https://youtu.be/w38U0AG0Spk

 

Michel Deneken et Sophie Béjean : Accueil de la Conférence nationale des Académies à l’Université de Strasbourg
https://youtu.be/d2z7jJw8GHY

 

Jules Hoffmann et Jean-Marie Lehn : « Pour une Europe de la recherche »
https://youtu.be/a_CccCa0Jw0

 

Mgr Joseph Doré : « Le Concordat en Alsace-Moselle au défi d’une laïcité à refonder »
https://youtu.be/egCzu0on-9o

 

Marc Lienhard : « Le protestantisme en Alsace-Moselle, réalités et défis »
https://youtu.be/BzpODOqjtJc

 

Grand Rabbin René Gutman : « Enseignement et laïcité à la lumière du Concordat »
https://youtu.be/axIu0riWvD0

 

Benoît Jordan : « La cathédrale de Strasbourg : art, histoire et foi »
https://youtu.be/RrnGono4Tug

 

Marie-Laure de Cazotte, Frédérique Neau-Dufour, Marcel Spisser : « L’Alsace entre histoire bousculée et mémoires blessées »
https://youtu.be/fpoyOlfYREs

 

Frédéric Bierry : « La mission Patrimoine d’un Département »
https://youtu.be/GiJcTVvmF6I
 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

L'Edito

Les lundis de l'Académie

 

Mieux se connaître, développer un sentiment d’appartenance, échanger sur des thèmes, autour d’invités, travailler à des sujets de fond (nos Agoras) : voilà la fonction des « Lundis de l’Académie d’Alsace », rencontres régulières entre membres qui démarrent en février.
Chaque mois, le lundi en fin d’après-midi, dans les trois secteurs de la région (Strasbourg et Nord Alsace ; Centre Alsace ; Mulhouse et Sud Alsace) nous réunirons les membres intéressés autour d’un thème, présenté par un membre, puis débattu. Le premier lundi du mois à Strasbourg, le deuxième lundi à Colmar-Sélestat, le troisième à Mulhouse.
Il s’agit d’une innovation dans le fonctionnement de notre compagnie qui fêtera son 70e anniversaire cette année.
C’est notre façon à nous de rompre l’isolement et la tentation du repli que la crise sanitaire et sa gestion ont favorisés. De rappeler qu’une société est nourrie de liens humains, d’interactions désintéressées. Et de contribuer ainsi au maintien, voire à la renaissance, d’un esprit public civilisationnel.


Bernard Reumaux
Président de l’Académie d’Alsace

 

Invitation à l’Agora du 19 novembre 2019

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace