Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

ACTUALITES

 

 

 

 

 

 

 

 

Succès du colloque parisien de la Conférence nationale
Les 11 et 12 octobre, la Conférence nationale des Académies a tenu son colloque parisien sur le thème, cette année, de l’Innovation. 140 participants (dont 15 Alsaciens) représentant 27 académies se sont retrouvés à la Fondation Del Duca puis à l’Institut de France. 25 communications ont été livrées, dont 11 prononcées à la tribune, toutes rassemblées dans les Actes, la publication annuelle de la CNA. Les contenus des interventions ont fait une large part aux questions de société les plus brûlantes (nouvelles technologies, éthique, etc.).
Un dîner de gala a eu lieu dans les somptueux salons de la Présidence du Sénat. Leur mise à disposition – inhabituelle – était due à l’intervention amicale de l’ancienne sénatrice du Bas-Rhin, Fabienne Keller.
C’est l’Académie d’Alsace qui a organisé cette année le colloque parisien, dans le cadre des deux années de gestion par notre compagnie de la CNA (président Christiane Roederer ; secrétaire général Jean Hurstel ; trésorier Gabriel Braeuner).
Lors de l’assemblée générale, a été prononcée l’admission de l’Académie nationale de Reims, créée en 1841, qui devient le 33e membre de la CNA. Cette entrée, parrainée par notre académie, renforce le pôle Est de la Conférence nationale. Une réunion interacadémique (Nancy, Metz, Besançon, Dijon, Reims et Alsace) aura lieu en avril prochain à Metz sur le thème du Transhumanisme.
De l’avis des participants, cette édition a été un succès, tant sur le plan du contenu que sur celui de l’organisation. Après la bonne image laissée par le colloque d’octobre 2018, qui s’est tenu durant quatre jours en Alsace, notre académie a montré une nouvelle fois son sérieux et son implication.

 

 

 

 

 

 

 

 


Les 11 et 12 Autour de Bernard Bourgeois, représentant le chancelier Xavier Darcos, et de Fabienne Keller, hôte de la soirée, un groupe d’académiciens au dîner au Sénat.

 

 

LA CONFERENCE NATIONALE DES ACADEMIES

11 et 12 octobre à l’Institut de France

Réunissant les 32 académies en région, la CNA tient un colloque et son assemblée générale alternativement dans une des académies membres et à Paris. Après l’Alsace en 2019, c’est à Paris que les 11 et 12 octobre se réuniront quelque 200 délégués venus de toute la France. Prestige, travail et convivialité au programme avec un colloque à la Fondation Del Duca et à l’Institut de France sur le thème de l’Innovation, un dîner dans les salons de la Présidence du Sénat et l’intronisation d’une nouvelle académie, celle de Reims, renforçant ainsi la présence de l’Est au sein de la CNA. C’est l’Académie d’Alsace qui est en charge de l’organisation de la rencontre, sous la houlette de Christiane Roederer, président de la CNA, et de Jean Hurstel, secrétaire général.

https://www.inter-academies.fr/colloques

 

L’ASSEMBLEE GENERALE DU 6 JUILLET
Une soixantaine de membres de l’Académie d’Alsace étaient présents ou représentés à Sélestat le 6 juillet, à la Bibliothèque humaniste mise à notre disposition par la municipalité dont le maire, Marcel Bauer, a prononcé le discours de bienvenue avant d’inviter à un buffet à l’issue de la manifestation.
Sans rentrer dans les détails des rapports statutaires de cette assemblée générale, tous adoptés à l’unanimité, voici quelques points à retenir :


* Modification des statuts. Une AG extraordinaire a permis de clarifier nos statuts – selon les indications de l’Institut de France pour les académies placées sous son égide – sur les rôles respectifs des membres titulaires et correspondants. Par ailleurs, pour être plus en phase avec l’évolution des pratiques académiques, une mise à jour des sections a été actée, avec désormais trois sections au lieu de quatre : Science, Culture et Société.
* Création du Cercle de l’Académie d’Alsace. La révision des statuts a acté la création de cette instance qui réunit, sans obligation d’aucune sorte, les institutions, publiques et privées, grandes ou petites, qui sont sensibles au travail de l’Académie d’Alsace et nouent des partenariats avec elle.


* Nominations. Sept membres correspondants ont été élus titulaires (Robert Anton, Pantxika De Paepe, Jean Hurstel, Richard Kleinschmager, Nicolas Mengus, Paul-Philippe Meyer et Hervé This). Deux personnalités intègrent le Comité d’honneur (le général ambassadeur Jacques-Paul Klein et l’historien Marcel Thomann).
A noter la disparition au cours de l’année de Christian Wilsdorf, Emile Roegel, Julien Schweitzer, Christiane Meiss et Jean Frère.
Conférence nationale des Académies. Christiane Roederer, présidente nationale depuis octobre dernier, évoqua le prochain colloque organisé par la CNA, les 11 et 12 octobre à l’Institut de France, pour lequel les contributions de quatre membres de l’Académie d’Alsace ont été retenues. Elle annonça l’admission prochaine de l’Académie Nationale de Reims, ce qui portera à 33 les académies en région membres de la CNA et renforcera la présence académique dans le Grand Est.


* Remise du Prix de la Décapole. En partenariat désormais avec la Fédération des Sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace (premier membre inscrit au Cercle de l’Académie), ce prix d’histoire régionale a été remis à Marc Glotz, vice-président de la Société d’histoire du Sundgau, pour son ouvrage « Miroir de la noblesse alsacienne au XIXe siècle ».


* Remise du Prix Beatus Rhenanus. En partenariat désormais avec la Ville de Sélestat, ce prix transfrontalier Regio a été remis à Dominik Wunderlin, ancien chef du département Europe au musée d’ethnographie et des arts et traditions populaires de Bâle, pour l’ensemble de son œuvre.


* Récital de Jean-Luc Bredel. Après la visite de la Bibliothèque humaniste et de la remarquable exposition sur les « visites virtuelles » de prestigieuses bibliothèques de l’histoire de l’humanité, l’ancien directeur des Affaires culturelles d’Alsace, guitariste renommé, a conclu l’assemblée générale 2019 par un récital brillant dans l’église Sainte-Foy.

 

 

PRIX JEUNE TALENT

Le jury de l’Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts a distingué Samuel Bas et Joachim Galerne comme lauréats de son prix annuel « Jeune Talent », pour leur travail conjoint de diplôme de la HEAR. Leur création associe les décors de Joachim et les personnages de Samuel, selon la technique ancienne du dessin animé. Il illustre la question : « pourquoi un site finit-il en ruines ? ».

Ce prix - un des neuf décernés chaque année par l’Académie d’Alsace - est remis à un ou une diplômé de la HEAR en section Illustration. Il a été fondé en 1990 par les héritiers du grand illustrateur Robert Beltz (1900-1981), qui a travaillé pour les plus grands écrivains dans des ouvrages d’art au style onirique et puissant.

Le diplôme, remis aux deux lauréats par Jean Hurstel, secrétaire général de la Conférence nationale des Académies, a été réalisé et illustré par la lauréate Jeune Talent 2018, Anna Griot. Le jury était composé d’artistes membres ou proches de l’Académie d’Alsace. Un événement grand public aura lieu comme chaque année au Festival du livre de Colmar pour présenter le travail des lauréats.

 

 

 

 

 

 

 

DISPARITION

 

Emile Roegel est décédé le 6 mai 2019, à l'âge de 93 ans.

Il a été professeur à la faculté de médecine de Strasbourg, médecin-chef de pneumologie aux Hôpitaux universitaires de Strasbourg et à l’hôpital Pasteur de Colmar. Jusqu’à ses derniers mois, il s’est investi dans la transmission de la mémoire des anciens du camp soviétique de Tambov, après son incorporation de force, à l’âge de 17 ans, dans la Wehrmacht. Son humanité, sa sensibilité empreinte d’une ironie toute philosophique, en faisaient un représentant précieux de l’expérience douloureuse des Malgré-Nous, notamment auprès des jeunes générations.

 

Bernard Reumaux

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DISPARITION

En mémoire de Christian Wilsdorf  (1926-2019)

Christian Wilsdorf, qui vient de nous quitter, était le plus ancien membre de l’Académie d’Alsace. C’est en 1959 qu’il rejoignit cette institution régionale.

Il avait été, de 1951 à 1992, le très apprécié et savant directeur des Archives du Haut-Rhin. Grâce à lui, ces dernières purent aménager dans des nouveaux locaux, au sein de la Cité administrative  de Colmar, et devinrent une institution phare au service du patrimoine historique départemental.

Cet enfant de Ribeauvillé fut, de 1983 à 1996, le délégué scientifique du président du Conseil général. Il a contribué, de façon déterminante, au sauvetage à la mise en valeur du château du Hohlandsbourg et à la restauration de l’église Saint-Matthieu de Colmar. Que serait aujourd’hui le centre historique de la capitale haut-rhinoise sans sa vigilance ou le château de Saint-Ulrich qui domine sa ville natale ?

Ce médiéviste rare avait fait de la période antérieure au XIIIe siècle son jardin de prédilection. Il était notre meilleur spécialiste de la période mérovingienne et carolingienne. Chartiste brillant, il avait consacré sa thèse aux comtes de Ferrette. Nous lui devons également la création de la commission départementale d’héraldique qui, à partir de 1960, attribua ou confirma les armoiries de chaque commune du Haut-Rhin.  

Sait-on qu’il fut, de 1951 à 1955, chargé de la mission de rassembler et d’organiser les archives des Hauts Commissariats de la République française en Allemagne et en Autriche qu’il rapatria à Colmar ? C’est sur sa proposition que la Haute Commission alliée d’occupation en Allemagne  confia en dépôt à la France les archives franco-anglo-américaines. Installées d’abord à Metz, elles furent transférées à Colmar aux Archives de l’occupation créées par le Ministère des Affaires étrangères en 1956.

Tous ceux qui l’ont fréquenté gardent le souvenir d’un homme charmant et plein d’humour, aussi lettré que parfait humaniste, attaché à sa petite patrie et à l’écoute permanente tant des chercheurs que des sociétés d’histoire de la région dont il fut très proche.


Gabriel Braeuner

 

L'Académie d'Alsace a organisé deux conférences de Michel Zink, de l'Académie française, le samedi 6 avril, Halle aux Blés d’Altkirch, 16h30, et le lundi 8 avril, Librairie Kléber Strasbourg, 17 h.

Le plaidoyer de Michel Zink pour les Académies en réaction au New York Times »

 

Le grand prix 2019 de l’Académie d’Alsace à Frantisek Zwardon

 

Une cérémonie brillante et chaleureuse s’est tenue le 1er février dans les salons de l’hôtel de ville de Strasbourg pour la remise du Grand Prix 2019 de l’Académie d’Alsace au photographe Frantisek Zvardon, en présence du maire de la ville, Roland Ries.
Arrivé en Alsace en 1985, le Tchèque Frantisek Zvardon parcourt le monde entier pour les reportages commandés par de nombreux éditeurs et magazines, faisant la démonstration d’un talent original, basé sur une rigueur technique exemplaire et coloré d’une inspiration humaniste. Ses travaux sur les aurores boréales, les tribus africaines Surma, les ouvriers de la sidérurgie, etc., confirment son excellence dans le paysage comme dans le portrait, la couleur et le noir-et-blanc. Mais aussi, ayant fait le choix de l’Alsace, il est à l’origine de campagnes photographiques qui ont apporté un total renouvellement des regards et des représentations sur l’Alsace, les Vosges, les villes. « Le Veilleur de la Beauté du Monde », ainsi l’a nommé le président Bernard Reumaux.
Le Grand Prix de l’Académie d’Alsace distingue depuis 1973 une personne impliquée dans un travail remarquable, qu’il soit prestigieux ou modeste, scientifique, artistique ou d’engagement social. Il s’attache à mettre en lumière l’œuvre et l’action d’une personnalité n’ayant pas encore bénéficié de reconnaissance grand public officielle. Désormais annuel, il bénéficie du soutien de la Ville de Strasbourg. Une exposition de grands tirages de Frantisek Zvardon a lieu tout le mois de février sur les grilles de l’hôtel de ville, place Broglie.
 


Une chaîne Youtube pour l'Académie d'Alsace
La captation vidéo des interventions lors de la Conférence nationale des Académies en octobre 2018 donne naissance à une chaîne sur Youtube.
Voilà qui constitue le début d’une « bibliothèque vidéo », non seulement mémoire d’un événement, mais surtout base documentaire précieuse pour ceux qui s’intéressent à l’Alsace.

Cliquer sur le lien vous mène directement à la vidéo.

 

Georges Bischoff : « Une histoire de l’Alsace en 45 minutes »
https://youtu.be/mtua9r0IXTg

 

Brigitte Klinkert, Christine Roth, Christiane Roederer et Jean-Paul Meyrueis : Introductions à la Conférence nationale des Académies 2018
https://youtu.be/Zvep_kD7HHo

 

Jean-Louis Schlienger : « Eloge du bien-manger alsacien »
https://youtu.be/iFouDtytKmE

 

Hervé This : « L’alimentation de demain »
https://youtu.be/o7mMC9aGQdA

 

Christine Ferber : « On ne domine pas la matière, on l’apprivoise »
https://youtu.be/uzI7W4WBe8A

 

Hervé This , Christine Ferber et Jean-Louis Schlienger : « Gastronomie et innovation scientifique »
https://youtu.be/w38U0AG0Spk

 

Michel Deneken et Sophie Béjean : Accueil de la Conférence nationale des Académies à l’Université de Strasbourg
https://youtu.be/d2z7jJw8GHY

 

Jules Hoffmann et Jean-Marie Lehn : « Pour une Europe de la recherche »
https://youtu.be/a_CccCa0Jw0

 

Mgr Joseph Doré : « Le Concordat en Alsace-Moselle au défi d’une laïcité à refonder »
https://youtu.be/egCzu0on-9o

 

Marc Lienhard : « Le protestantisme en Alsace-Moselle, réalités et défis »
https://youtu.be/BzpODOqjtJc

 

Grand Rabbin René Gutman : « Enseignement et laïcité à la lumière du Concordat »
https://youtu.be/axIu0riWvD0

 

Benoît Jordan : « La cathédrale de Strasbourg : art, histoire et foi »
https://youtu.be/RrnGono4Tug

 

Marie-Laure de Cazotte, Frédérique Neau-Dufour, Marcel Spisser : « L’Alsace entre histoire bousculée et mémoires blessées »
https://youtu.be/fpoyOlfYREs

 

Frédéric Bierry : « La mission Patrimoine d’un Département »
https://youtu.be/GiJcTVvmF6I
 

 

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

L'Edito

 

Des Agoras, pour révéler,
surprendre, relier

L’Académie d’Alsace lance une saison de forums participatifs, pour ouvrir de nouveaux horizons, contribuer à décloisonner les initiatives existantes, mobiliser et réunir des énergies nouvelles venues de milieux qui parfois s’ignorent.
Nous formons un des rares réseaux régionaux indépendant de toute institution, de toute logique militante ou idéologique, réunissant des personnes reconnues pour leurs activités dans les Sciences et la Culture et désireuses de participer à la définition d’un bien commun régional.
L’équipe d’organisation des Agoras est à l’écoute d’idées et d’initiatives venant d’acteurs présents dans l’espace des réflexions théoriques et sur le terrain des implications concrètes.
Le sérieux et la convivialité académiques, la transdisciplinarité pour oxygéner des débats parfois trop sectoriels, la prise en compte de la dimension et des problématiques régionales, ainsi que l’ouverture nationale et européenne signeront le style de nos Agoras. Pas de grandes conférences ou de débats-spectacles, mais des espaces dynamiques d’échanges.
Venez voir, et participer !

Réunion de préparation des Agoras, Strasbourg, 17 septembre 2019

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace