Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Séance de Printemps 2014

Manifestation conjointe ASLAA et IPLS (Institut pour la promotion du lien social)

 

12 avril 2014 Palais Universitaire, Strasbourg

 

Dans la célèbre salle Pasteur de l’université de Strasbourg, l’Académie d’Alsace a tenu le samedi 12 avril une séance remarquable sur le thème de l’Homme, créature et créateur.

 

Introduite brillammant par Alain Beretz, président de l’université, la manifestation fut placée dans la droite ligne des valeurs communes de l’université et de l’académie : humanisme et transmission. Christiane Roederer, président de l’ASLAA, insista à son tour sur la créativité, source de tout progrès si l’on y associe la diversité dans le développement de l’homme en société par la politique, la culture, l’art ou l’économie.

 

Le professeur Pierre Karli, neurobiologiste, ne pouvant présenter lui même sa communication, avait chargé Christiane Roederer de le faire. Son texte, à paraître dans le prochain n° des Annales, analyse les relations entre fonctions cérébrales et condition humaine sous trois angles : la liberté (illusion ou conviction personnelle ?), l’origine de la violence destructrice de l’homme (en aucun cas ses gènes !) et l’extraordinaire plasticité du cerveau (surtout pendant sa période de maturation).

 

Après cette substantielle introduction, Daniel Guinier, expert en cybercriminalité devant la cour pénale internationale de La Haye, posa la question de l’homme raisonné, raisonnant, et … raisonnable  ? Fort de son expérience et s’appuyant sur quelques images suggestives, il aborda clairement le problème des bigdata qui peuvent rendre l’homme plus libre ou au contraire, simplifié donc soumis.

 

Reprenant ces points de réflexion sous l’angle philosophique, Daniel Payot, professeur de philosophie à l’université de Strasbourg, garda son auditoire sous le charme de son questionnement historique : comment l’homme créé, donc ontologiquement différent du Créateur, devint-il lui même créateur ? Des philosphes grecs à Lévinas, Daniel Payot introduisit l’éthique ou “la prise en hospitalité de soi-même et des autres” pour mettre en valeur la “sensibilité”, la disposition à être affecté ou l’émotion sans lesquelles l’homme ne peut devenir créateur.

 

Avec humour et fantaisie, le professeur Pierre Fluck, archéologue et géologue, assura, sinon la conclusion impossible de ces riches pistes de réflexion, du moins leur vif intérêt.

 

La seconde partie de la matinée fut consacrée à la remise solennelle du prix scientifique de la Fondation Alfred et Valentine Wallach par le docteur Fernand Hessel, président de la Fondation, à Germain Forestier, maître de conférences en informatique à l’École nationale supérieurs d’ingénieurs Sud Alsace (Université de Haute Alsace, Mulhouse). Le docteur Hessel présenta les trois fondations mulhousiennes qu’il préside, toutes trois créées pour aider et assurer la transmission de la recherche aux générations futures. Le laudateur, le professeur Gérard Binder, de la même université, présenta le parcours du lauréat auquel il donna la parole pour une présentation claire et suggestive de ses travaux de thèse. Comment tirer des conclusions opérantes de masses considérables de cyberdonnées ? Germain Forestier et des équipes de chercheurs en diverses disciplines ont mis au point des logiciels qui repèrent dans une masse informe, les données significatives et opérationnelles pour une recherche donnée.

 

« L’Alsace me manque » : Zvardon confiné en Guadeloupe

Grand Prix 2019 de l'Académie d'Alsace, le photographe Frantisek Zvardon est confiné en Guadeloupe où, début mars, il réalisait un reportage dans les forêts de montagne. Ce Tchèque, bourlingueur dans le monde entier, vient de publier, sur le site Eurojournalist, une belle déclaration d'amour à l'Alsace.

http://eurojournalist.eu/frantisek-zvardon-mon-alsace/?fbclid=IwAR23U9vk16zGQmYz1pGOZHgHWMKXUu4fgpPHlTQNSb9YjcsQSPHZl1tETEM

 

 

L'Edito

Savoir d’où l’on vient,
pour préparer l’ « après »

La terrible épidémie qui ravage le monde a mis à mal les certitudes, bousculé les perspectives et réduit à néant les expertises. L’humanité, nue et tremblante comme après un cataclysme, s’interroge avec angoisse : de quoi demain sera-t-il fait ?
Le courage et la volonté, mais aussi la foi en la générosité et la création, seront les moteurs du redressement. Celui-ci aura lieu, même si nul n’en sait la forme et le calendrier.
Il est indispensable de commencer à y réfléchir, sans tabou, avec le cerveau et le cœur orientés à 360°, comme un radar cherchant des signes nouveaux.
Diffusées début mars, les Annales de l’Académie d’Alsace ont opportunément livré une histoire de notre compagnie (voir par ailleurs sur ce site). Elles donnent une réponse à la question de notre utilité dans le corps social : mobiliser des énergies et des bonnes volontés venues d’horizons différents, dans la recherche désintéressée d’un bien commun pour notre temps
Au lendemain du décès d’un de nos membres parmi les plus éminents, le professeur Francis Rapp, historien médiéviste à la brillante carrière, qui avait l’Alsace chevillée au cœur, une Alsace de tolérance et d’humanisme, savoir d’où l’on vient, méditer sur les drames passés pour contribuer à un monde d’harmonie, voilà la plus noble des éthiques, la plus féconde aussi.
L’Académie d’Alsace, dans l’esprit de ses pères fondateurs après la guerre, aura à ressourcer et à relier aux défis de l’ « après épidémie » sa belle mission.
Nous y reviendrons.


Bernard Reumaux

 

Réunion de préparation des Agoras, Strasbourg, 17 septembre 2019

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace