Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Séance de Printemps 2014

Manifestation conjointe ASLAA et IPLS (Institut pour la promotion du lien social)

 

12 avril 2014 Palais Universitaire, Strasbourg

 

Dans la célèbre salle Pasteur de l’université de Strasbourg, l’Académie d’Alsace a tenu le samedi 12 avril une séance remarquable sur le thème de l’Homme, créature et créateur.

 

Introduite brillammant par Alain Beretz, président de l’université, la manifestation fut placée dans la droite ligne des valeurs communes de l’université et de l’académie : humanisme et transmission. Christiane Roederer, président de l’ASLAA, insista à son tour sur la créativité, source de tout progrès si l’on y associe la diversité dans le développement de l’homme en société par la politique, la culture, l’art ou l’économie.

 

Le professeur Pierre Karli, neurobiologiste, ne pouvant présenter lui même sa communication, avait chargé Christiane Roederer de le faire. Son texte, à paraître dans le prochain n° des Annales, analyse les relations entre fonctions cérébrales et condition humaine sous trois angles : la liberté (illusion ou conviction personnelle ?), l’origine de la violence destructrice de l’homme (en aucun cas ses gènes !) et l’extraordinaire plasticité du cerveau (surtout pendant sa période de maturation).

 

Après cette substantielle introduction, Daniel Guinier, expert en cybercriminalité devant la cour pénale internationale de La Haye, posa la question de l’homme raisonné, raisonnant, et … raisonnable  ? Fort de son expérience et s’appuyant sur quelques images suggestives, il aborda clairement le problème des bigdata qui peuvent rendre l’homme plus libre ou au contraire, simplifié donc soumis.

 

Reprenant ces points de réflexion sous l’angle philosophique, Daniel Payot, professeur de philosophie à l’université de Strasbourg, garda son auditoire sous le charme de son questionnement historique : comment l’homme créé, donc ontologiquement différent du Créateur, devint-il lui même créateur ? Des philosphes grecs à Lévinas, Daniel Payot introduisit l’éthique ou “la prise en hospitalité de soi-même et des autres” pour mettre en valeur la “sensibilité”, la disposition à être affecté ou l’émotion sans lesquelles l’homme ne peut devenir créateur.

 

Avec humour et fantaisie, le professeur Pierre Fluck, archéologue et géologue, assura, sinon la conclusion impossible de ces riches pistes de réflexion, du moins leur vif intérêt.

 

La seconde partie de la matinée fut consacrée à la remise solennelle du prix scientifique de la Fondation Alfred et Valentine Wallach par le docteur Fernand Hessel, président de la Fondation, à Germain Forestier, maître de conférences en informatique à l’École nationale supérieurs d’ingénieurs Sud Alsace (Université de Haute Alsace, Mulhouse). Le docteur Hessel présenta les trois fondations mulhousiennes qu’il préside, toutes trois créées pour aider et assurer la transmission de la recherche aux générations futures. Le laudateur, le professeur Gérard Binder, de la même université, présenta le parcours du lauréat auquel il donna la parole pour une présentation claire et suggestive de ses travaux de thèse. Comment tirer des conclusions opérantes de masses considérables de cyberdonnées ? Germain Forestier et des équipes de chercheurs en diverses disciplines ont mis au point des logiciels qui repèrent dans une masse informe, les données significatives et opérationnelles pour une recherche donnée.

 

L'Edito

Une poétique de l'Alsace

Décédé en octobre dernier, le grand poète Claude Vigée aurait eu cent ans le 3 janvier. Etats-Unis, Israël, Paris, il a connu tous les horizons, mais était resté arrimé à l’Alsace par l’esprit, par l’âme, par la poésie, par le dialecte. Ses souvenirs de Bischwiller, racontés dans Le Panier de houblon, portent témoignage sensible des bouleversements et des permanences de la région.
I hab noch niemols mini Haimet verlon.
Niemols kumm i je bis anne.

(Jamais je n’ai quitté ma patrie.
Jamais je n’y parviendrai.)
Au moment où les deux conseils départementaux d’Alsace fusionnent, alors que l’institutionnel et l’opérationnel sont en première ligne, il importe de ne pas perdre de vue l’impalpable qui constitue l’essence même de l’identité alsacienne et que, nul mieux qu’eux, les poètes savent entretenir.
Sans verser dans l’identitarisme ou le séparatisme, connectée à l’universel, à la solidarité nationale et à la coopération européenne, la reconnaissance d’une entité « Alsace » inscrite dans le marbre (fragile…) des institutions nous réjouit et nous stimule. Car, à l’image des deux conseils départementaux aujourd’hui fusionnés, l’Académie d’Alsace prône et pratique depuis son origine, en 1952, la cohésion régionale, la complémentarité des territoires, des milieux et des réseaux. Il est peu de structures résolument régionales en Alsace, et encore moins de transdisciplinaires, mais tel est l’ADN originel de notre compagnie, plus précieux et utile que jamais.
Démonstration concrète en sera bientôt apportée : notre groupe de travail de dix académiciens va bientôt remettre officiellement au président de la Collectivité européenne d’Alsace son rapport « Réenchanter les châteaux forts d’Alsace », outil au service d’une politique castrale renforcée. L’imaginaire des ruines, plus largement les rêveries sur le temps englouti, les heurs et malheurs passés, sont constitutifs du regard des Alsaciens sur leur région, nourrissant cette poétique de l’Alsace chantée par Claude Vigée, sans laquelle ne peut se déployer le joyeux « désir d’Alsace »..

Bernard Reumaux

Président de l'Académie d'Alsace

 

Claude Vigée (Bischwiller, 1921-Paris, 2020)

 

<< Nouvelle zone de texte >>

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace