Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Séance de Printemps 2014

Manifestation conjointe ASLAA et IPLS (Institut pour la promotion du lien social)

 

12 avril 2014 Palais Universitaire, Strasbourg

 

Dans la célèbre salle Pasteur de l’université de Strasbourg, l’Académie d’Alsace a tenu le samedi 12 avril une séance remarquable sur le thème de l’Homme, créature et créateur.

 

Introduite brillammant par Alain Beretz, président de l’université, la manifestation fut placée dans la droite ligne des valeurs communes de l’université et de l’académie : humanisme et transmission. Christiane Roederer, président de l’ASLAA, insista à son tour sur la créativité, source de tout progrès si l’on y associe la diversité dans le développement de l’homme en société par la politique, la culture, l’art ou l’économie.

 

Le professeur Pierre Karli, neurobiologiste, ne pouvant présenter lui même sa communication, avait chargé Christiane Roederer de le faire. Son texte, à paraître dans le prochain n° des Annales, analyse les relations entre fonctions cérébrales et condition humaine sous trois angles : la liberté (illusion ou conviction personnelle ?), l’origine de la violence destructrice de l’homme (en aucun cas ses gènes !) et l’extraordinaire plasticité du cerveau (surtout pendant sa période de maturation).

 

Après cette substantielle introduction, Daniel Guinier, expert en cybercriminalité devant la cour pénale internationale de La Haye, posa la question de l’homme raisonné, raisonnant, et … raisonnable  ? Fort de son expérience et s’appuyant sur quelques images suggestives, il aborda clairement le problème des bigdata qui peuvent rendre l’homme plus libre ou au contraire, simplifié donc soumis.

 

Reprenant ces points de réflexion sous l’angle philosophique, Daniel Payot, professeur de philosophie à l’université de Strasbourg, garda son auditoire sous le charme de son questionnement historique : comment l’homme créé, donc ontologiquement différent du Créateur, devint-il lui même créateur ? Des philosphes grecs à Lévinas, Daniel Payot introduisit l’éthique ou “la prise en hospitalité de soi-même et des autres” pour mettre en valeur la “sensibilité”, la disposition à être affecté ou l’émotion sans lesquelles l’homme ne peut devenir créateur.

 

Avec humour et fantaisie, le professeur Pierre Fluck, archéologue et géologue, assura, sinon la conclusion impossible de ces riches pistes de réflexion, du moins leur vif intérêt.

 

La seconde partie de la matinée fut consacrée à la remise solennelle du prix scientifique de la Fondation Alfred et Valentine Wallach par le docteur Fernand Hessel, président de la Fondation, à Germain Forestier, maître de conférences en informatique à l’École nationale supérieurs d’ingénieurs Sud Alsace (Université de Haute Alsace, Mulhouse). Le docteur Hessel présenta les trois fondations mulhousiennes qu’il préside, toutes trois créées pour aider et assurer la transmission de la recherche aux générations futures. Le laudateur, le professeur Gérard Binder, de la même université, présenta le parcours du lauréat auquel il donna la parole pour une présentation claire et suggestive de ses travaux de thèse. Comment tirer des conclusions opérantes de masses considérables de cyberdonnées ? Germain Forestier et des équipes de chercheurs en diverses disciplines ont mis au point des logiciels qui repèrent dans une masse informe, les données significatives et opérationnelles pour une recherche donnée.

 

L'Edito


Vulgarisation ?
Le mot rebute souvent. Mais la réalité émerveille.
Car telle est la fonction et l’honneur des professionnel

s de la transmission, qu’ils soient intellectuels ou artisans, chercheurs pointus ou enseignants de terrain, praticiens des arts et de la culture.
Et tel est le rôle le plus noble des académies ! Pas de cultiver l’entre-soi, mais de s’ouvrir aux autres, ceux de toutes les disciplines du savoir et de la création bien sûr, mais aussi, surtout, les publics les plus divers et les moins spécialisés.
Nous en avons eu une brillante démonstration par un grand esprit de la « république des lettres », Michel Zink, de passage dans la région à l’invitation de l’Académie d’Alsace, dont il est membre du Comité d’honneur. A Altkirch le 6 avril, à Strasbourg le 8, tous ont été conquis par l’érudition et le charme du membre fraîchement élu de l’Académie française, du secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, du professeur honoraire du Collège de France, du grand spécialiste des littératures françaises du Moyen Age, capable de déclamer pendant des heures des poèmes de troubadours en langue originale…
Michel Zink a fait un éloge de la vulgarisation, de la nécessité de trouver des formes adaptées pour toucher, cultiver, séduire des publics jugés a priori à distance. « Si la littérature médiévale devait rester uniquement affaire de spécialistes pointus, elle n’aurait aucune légitimité à être étudiée », dit-il. Cette recherche érudite doit venir enrichir le goût du public pour le Moyen Age, les châteaux en ruine, la chevalerie, elle doit montrer en quoi l’univers sensible de ce millénaire mal connu imprègne nos imaginaires et nous aide à nous définir dans la société, à préciser les notions de pouvoir, de conflits, d’amour.
Et cela marche ! Quatre cents personnes sont venues entendre Michel Zink.
Le fils du poète dialectal sundgauvien Georges Zink (sur la photo, il montre le livre de son père), devenu universitaire mondialement connu et auteur d’une vingtaine de livres soucieux de pédagogie, nous montre le chemin. Merci, cher prestigieux confrère !
Bernard Reumaux

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace