Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Salon du Livre 2015

REMISE DES PRIX DE L’ACADEMIE DES SCIENCES, LETTRES ET ARTS D’ALSACE

Dimanche 22 novembre 2015 au Salon du Livre de Colmar.

 

La cérémonie se tient au Café Littéraire, au Parc des expositions de Colmar.

Après l’accueil, avec café, croissants offerts par la ville de Colmar, Christiane ROEDERER, Président de l’ASLAA souhaite la bienvenue aux membres et aux invités de notre Académie, ainsi qu’aux lauréats des prix JEUNES TALENTS, GRAND PRIX et prix René MATZEN.

 

Le Président évoque avec émotion et compassion, deux événements : le récent décès de Mariana CHELKOVA, adjointe au Maire de Colmar des affaires Culturelles, et les tueries de Paris.

« Garder nos valeurs humanistes mais ne plus transiger avec elles »,  nous enjoint le Président.

 

Madame ZINK, Déléguée à la culture de la ville de Colmar, retrace avec gravité la vie de sa collègue au conseil, Madame CHELKOVA et rappelle la fierté de la ville de Colmar d’accueillir les travaux de notre confrérie.

Elle évoque avec conviction cette jeune génération lauréate du jour qui respire l’ART.

 

Remise des Prix JEUNES TALENTS, à Nicolas LEDAY et Susy VERGEZ, diplômés de la Haute Ecole des Arts du Rhin. 

 

Nicolas LEDAY présente ses travaux d’illustrations et son affiche commandée par l’EUROMETROPOLE. Nicolas envisage de mettre « en texte » ses dessins pour un jeune public.

 

Susy VERGEZ se projette dans les carnets de voyages inspirés par son dernier voyage en Arménie. Une vidéo d’une grande sensibilité poétique nous entraine dans un conte où tout se crée, se détruit et renait.

 

GRAND PRIX DE L’ACADEMIE, décerné à Marie-Laure de CAZOTTE pour son roman ‘A L’OMBRES DES VAINQUEURS’ Albin Michel

 

Notre confrère Gabriel SCHOETTEL rappelle avec conviction que le roman de Marie Laure de CAZOTTE ‘A L’OMBRE DES VAINQUEURS’ n’est pas un roman à idées, mais un roman tout court. Un roman de force, de fracas, de silences, d’amour, de haine. Un roman fort, un roman de vie. On n’y trouve pas de héros, mais des personnages vrais.

‘Chaque roman est un mensonge qui dit la vérité ‘ disait Cocteau.

 

Pour l’Auteure de l’ouvrage la remise du GRAND PRIX DE L’ACADEMIE n’est pas un honneur, mais une joie.

Après une présentation de son œuvre elle insiste sur l’ouverture de son roman qu’elle a souhaité non manichéen dans son histoire et sur la différence entre ‘les incorporés de force et les malgré nous’

 

PRIX RENE MATZEN : le Prix a été remis à Salomé PICCINELLI du lycée Don BOSCO de Landser, sous le regard bienveillant de Madame MATZEN.

Salomé PICCINELLI a opté pour son baccalauréat l’Option Européenne Langue Régionale Alsacienne.

Elle poursuit ses études à l’Université de BALE.

Salomé PICCINELLI est l’image même d’une jeune alsacienne intégrée parfaitement dans son territoire. Son discours de remerciement à l’Académie s’est fait en alsacien.

Monsieur Jean Claude SCHWENDENMANN, chargé de mission auprès de Monsieur le Recteur, insiste sur le fait que, d’interroger des élèves lors des oraux au baccalauréat en alsacien est un réel plaisir.

Le petit fils de René MATZEN, sous le regard bienveillant de sa grand’ mère  récite une poésie en alsacien de son grand père.

Un déjeuner amical servi dans le cadre du Salon du Livre autour des lauréats clôtura cette passionnante séance de remise des Prix de l’ASLAA.

Article du journal "L'Alsace".

Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

« L’Alsace me manque » : Zvardon confiné en Guadeloupe

Grand Prix 2019 de l'Académie d'Alsace, le photographe Frantisek Zvardon est confiné en Guadeloupe où, début mars, il réalisait un reportage dans les forêts de montagne. Ce Tchèque, bourlingueur dans le monde entier, vient de publier, sur le site Eurojournalist, une belle déclaration d'amour à l'Alsace.

http://eurojournalist.eu/frantisek-zvardon-mon-alsace/?fbclid=IwAR23U9vk16zGQmYz1pGOZHgHWMKXUu4fgpPHlTQNSb9YjcsQSPHZl1tETEM

 

 

L'Edito

Savoir d’où l’on vient,
pour préparer l’ « après »

La terrible épidémie qui ravage le monde a mis à mal les certitudes, bousculé les perspectives et réduit à néant les expertises. L’humanité, nue et tremblante comme après un cataclysme, s’interroge avec angoisse : de quoi demain sera-t-il fait ?
Le courage et la volonté, mais aussi la foi en la générosité et la création, seront les moteurs du redressement. Celui-ci aura lieu, même si nul n’en sait la forme et le calendrier.
Il est indispensable de commencer à y réfléchir, sans tabou, avec le cerveau et le cœur orientés à 360°, comme un radar cherchant des signes nouveaux.
Diffusées début mars, les Annales de l’Académie d’Alsace ont opportunément livré une histoire de notre compagnie (voir par ailleurs sur ce site). Elles donnent une réponse à la question de notre utilité dans le corps social : mobiliser des énergies et des bonnes volontés venues d’horizons différents, dans la recherche désintéressée d’un bien commun pour notre temps
Au lendemain du décès d’un de nos membres parmi les plus éminents, le professeur Francis Rapp, historien médiéviste à la brillante carrière, qui avait l’Alsace chevillée au cœur, une Alsace de tolérance et d’humanisme, savoir d’où l’on vient, méditer sur les drames passés pour contribuer à un monde d’harmonie, voilà la plus noble des éthiques, la plus féconde aussi.
L’Académie d’Alsace, dans l’esprit de ses pères fondateurs après la guerre, aura à ressourcer et à relier aux défis de l’ « après épidémie » sa belle mission.
Nous y reviendrons.


Bernard Reumaux

 

Réunion de préparation des Agoras, Strasbourg, 17 septembre 2019

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace