Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

IRCAD

Samedi 20 février, les membres de notre Académie se sont retrouvés dans un des amphithéâtres de l’IRCAD à Strasbourg.

 

L’IRCAD est une institution privée à but non lucratif (Institution de Recherches contre le Cancer de l’Appareil Digestif) fondée en 1994 par le professeur Jacques MARESCAUX.

 

Après de chaleureux mots de bienvenue par vidéo de la part du professeur MARESCAUX, Christiane ROEDERER, président de l’ASLAA accueille les membres et invités présents. La récente décision de remaniement de quelques fondamentaux de notre orthographe est l’occasion pour notre président de rappeler l’importance des mots et de ses racines dans notre civilisation.

 

Le Dr. Fernand HESSEL, président de la fondation Alfred et Valentine WALLACH introduit notre lauréat du 4ème  PRIX SCIENTIFIQUE, monsieur SEBASTIEN ALBRECHT. Le lauréat est actuellement maitre de conférences à l’Université de Haute Alsace à Mulhouse. Il est titulaire d’un diplôme d’ingénieur ENSCMu, d’un doctorat en chimie organique et médicinale.

La laudation du lauréat a été présentée par Mme le professeur Céline TARNUS-RONDEAU.

Le docteur ALBRECHT expose le thème de ses travaux: ‘LA CHIMIE ET LE VIVANT’ et plus particulièrement la lutte contre le paludisme.

 

En deuxième partie, le professeur Luc SOLER nous présente les activités de l’IRCAD.

Le mariage de la médecine et de l’informatique est le fil conducteur des activités de l’IRCAD : bel exemple de la France qui gagne.

Son école Internationale de formation de chirurgiens rassemble plus de 6 000 participants par an à Strasbourg. L’institut est présent à Taïwan et au Brésil, à Rio notamment.

 

Les membres de l’ASLAA et leurs invités se sont retrouvés au restaurant des Haras, lieu magique où l’architecture boisée côtoie la gastronomie avec bonheur.

En tous points une belle réussite pour cette journée consacrée aux Sciences.

PRESSE

L'Edito

Savoir d’où l’on vient,
pour préparer l’ « après »

La terrible épidémie qui ravage le monde a mis à mal les certitudes, bousculé les perspectives et réduit à néant les expertises. L’humanité, nue et tremblante comme après un cataclysme, s’interroge avec angoisse : de quoi demain sera-t-il fait ?
Le courage et la volonté, mais aussi la foi en la générosité et la création, seront les moteurs du redressement. Celui-ci aura lieu, même si nul n’en sait la forme et le calendrier.
Il est indispensable de commencer à y réfléchir, sans tabou, avec le cerveau et le cœur orientés à 360°, comme un radar cherchant des signes nouveaux.
Diffusées début mars, les Annales de l’Académie d’Alsace ont opportunément livré une histoire de notre compagnie (voir par ailleurs sur ce site). Elles donnent une réponse à la question de notre utilité dans le corps social : mobiliser des énergies et des bonnes volontés venues d’horizons différents, dans la recherche désintéressée d’un bien commun pour notre temps
Au lendemain du décès d’un de nos membres parmi les plus éminents, le professeur Francis Rapp, historien médiéviste à la brillante carrière, qui avait l’Alsace chevillée au cœur, une Alsace de tolérance et d’humanisme, savoir d’où l’on vient, méditer sur les drames passés pour contribuer à un monde d’harmonie, voilà la plus noble des éthiques, la plus féconde aussi.
L’Académie d’Alsace, dans l’esprit de ses pères fondateurs après la guerre, aura à ressourcer et à relier aux défis de l’ « après épidémie » sa belle mission.
Nous y reviendrons.


Bernard Reumaux

 

 

 

 

Bernard Reumaux

Réunion de préparation des Agoras, Strasbourg, 17 septembre 2019

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace