Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

François Loos

François Loos est ancien ministre, président des Brasseurs de France, et membre d'honneur de l'Académie d'Alsace

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Situation professionnelle  actuelle

Président des Brasseurs de France
 9 boulevard Malesherbes – 75008 Paris
Il met en œuvre le livre de blanc de la brasserie française.

 

Vice-Président de l’association Franco-italienne de recherche et technologie.
Vice-Président de l’association Franco-allemande pour la science et la technologie.

 

 

Formation

Ingénieur des mines, diplômé de Polytechnique (X73)
 et titulaire d’un DEA de mathématiques

Au cours de sa formation à l’Ecole des Mines de Paris François Loos effectue un stage au sein de De Dietrich en France, puis un second chez Saint-Gobain en Allemagne.

 

 

Parcours professionnel

2013-2015 : Ingénieur Général au Conseil Général de l’Economie
Participe aux rapports sur les pôles d’innovations de l’artisanat et l’aide à l’exportation.

 

Depuis 2014 : Président des Brasseurs de France
Il met en œuvre le livre de blanc de la brasserie française.

 

2011-2013 : Président de l’ADEME
Nommé en Conseil des Ministres en novembre 2011.
Lance « les scénarios 2030-2050 ».


Quitte l’ADEME en 2013 pour se présenter aux élections municipales de Strasbourg.

 

Depuis 2008 : Président de l’Ecole de Management de Strasbourg
Suite à la fusion de l’IAE et de l’Ecole Supérieure de Commerce de Strasbourg, il devient président de la nouvelle Ecole de Management de Strasbourg.
Seule école française à être basée sur le système anglo-saxon, c’est-à-dire appartenant à une Université, celle de Strasbourg.

 

2007-2011 : Député de la 9e circonscription du Bas-Rhin
Rapporteur sur la loi de crédit à la consommation.
Chargé d’une mission sur les cours des matières premières.

 

2002-2007 : Carrière ministérielle
Gouvernement Raffarin 1 (2002) : Ministre délégué à l'Enseignement supérieur et à la Recherche.
Gouvernement Raffarin 2 et 3(2002-2005) : Ministre délégué au Commerce extérieur. A ce titre il participe aux négociations de l’OMC et a contribué à la politique de développement de l’export.
Gouvernement de Villepin (2005-2007) : Ministre délégué de l’Industrie. Il fait voter des projets de loi sur ; la gratuité des appels aux hotline des fournisseurs d’accès à internet (FAI), la fusion de GDF et SUEZ ainsi que sur la gestion des déchets nucléaires.

 

1993-2002, Député de la 8e circonscription du Bas-Rhin
Président de la commission d'enquête sur la sûreté des installations industrielles et des centres de recherche et sur la protection des personnes et de l’environnement en cas d’accident industriel majeur. Commission constituée suite à la catastrophe d’AZF.


Président du groupe d’amitié France-Ukraine (1993-1997).
Président du groupe d’étude des frontaliers et des zones frontalières (1997-2002).
Membre du Conseil d’Administration de l’Agence Française de Développement.
Membre du Conseil de Surveillance l’ACCOSS.

 

1992-2014 Conseiller Régional
Second de la liste d’Adrien Zeller, il rentre au Conseil Régional d’Alsace dont il deviendra Vice-Président de 1996 à 2014, où il aura d’abord la responsabilité de la formation professionnelle, puis de l’économie, de l’agriculture et de la recherche.


Président de Télal de 1992-2000.


De 1995 à 1998, Président de l’Union d’Economie Sociale (HLM très social).


En 2001, il devient Président du Pays d’Alsace du Nord.
Président de l’Agence pour le Développement de l’Alsace.

 

A partir de 1985, carrière dans l’industrie
Entrée chez Rhône-Poulenc, d’abord au siège puis comme directeur de l’usine de Thann (Alsace). A ce titre il devient DGA de Thann-Mulhouse ainsi que DGA de Potasse et Produits Chimiques (PPC).


En 1986, il prend la présidence de l’école de Chimie de Mulhouse et intègre la CCI de Mulhouse.


1987, il quitte l’Alsace pour devenir Secrétaire Général de la Direction scientifique de Rhône-Poulenc.


Il retrouve l’Alsace en 1990 en rentrant chez Lohr SA comme Directeur Général.

 

1984, l’entrée en Cabinet :
Il entre au Cabinet de Pierre Pflimlin, alors Président du Parlement européen. Il est alors voisin de bureau de François Bayrou.
Il quitte le Cabinet de Pierre Pflimlin pour rejoindre celui d’Hubert Curien, alors Ministre de la Recherche et de la Technologie, où il est en charge des affaires internationales.

 

De 1982 à 1984 :
Intègre le Services des Matières Premières et du Sous-Sol, où il exerce la tutelle sur la géothermie, la potasse, le nickel, le phosphate, etc.

 

De 1979 à 1982 :
Travail au Service de l’industrie et des Mines d’Alsace.
Tutelle des mines de potasses d’Alsace.
Chargé de mission auprès du Préfet de Région.
Président du CA du Service géologique d’Alsace (1981-1983).
Secrétaire Général des Assises de la Recherche ce qui le conduit de devenir entre 1983 et 1985 Président de l’Association pour la recherche et la technologie en Alsace.

 

 

Fonctions au sein du Parti Radical Valoisien
Secrétaire général adjoint du Parti Radical Valoisien de 1994 à 1995, il devient à cette date secrétaire national, puis délégué national aux Affaires internationales en 1997.
Puis Président du parti de 1999 à octobre 2003. Durant sa présidence il organise les festivités du Centenaire du Parti Radical.
Le Congrès du Parti Radical Valoisien de 2002, décide de soutenir Jacques Chirac à l’élection présidentielle.


Fonctions au sein du monde associatif
Fondateur du Forum Carolus (2005).
Vice-Président de l’association Franco-italienne de recherche et technologie.
Vice-Président de l’association Franco-allemande pour la science et la technologie.
Fondateur de la Confrérie des Bières d’Alsace.
Fondateur de l’association Alsace-Corsica

 

 

Diplômes
Ecole Polytechnique de Paris, promotion 1973
Ecole des Mines de Paris, promotion 1976
DEA en mathématiques, 1976

 

 

Décorations

Chevalier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur
Commandeur du Mérite Brésilien
Commandeur du Mérite Chilien

 

Distinctions
Citoyen d’honneur de la ville de Wintzenheim, pour ses actions en faveur du bilinguisme.

Médaille d’Honneur du Parlement Philippin
Chevalier du Tastevin de la Confrérie de Saint-Etienne et de la Confrérie des Quatre Bancs.
Chope d’Or de la Ville de Schiltigheim (Bas-Rhin).
 

 

L'Edito

Être prêts
Comme tant d’acteurs de la société civile, du monde culturel et associatif, nous attendions beaucoup de cette rentrée, imaginée comme un retour à nos activités normales, aux initiatives qui tissent le maillage de la cité et assurent ses équilibres.

Il nous a fallu déchanter. Et annuler une bonne partie du programme de septembre : deux réunions de travail entre membres sur la relance de nos Agoras après six mois d’interruption contrainte et la rentrée solennelle de l’Académie d’Alsace à Colmar.

Il s’agissait de réactiver une ancienne tradition académique, suspendue depuis des années : la Ville de Colmar et le musée Unterlinden nous auraient accueilli avec faste et nous aurions fêté avec joie la lauréate du Prix Maurice-Betz 2020, la traductrice Claire de Oliveira, attendue de Berlin.
Petite consolation, la remise du Prix de la Décapole 2020 à Claude Woehrle (lire ci-contre et dans la rubrique Actualités) a permis de partager un moment de convivialité, en petit comité, grâce à l’accueil du maire de Turckheim. Plusieurs nouveaux membres étaient présents, aux côtés des anciens de l’Académie. L’attente d’un redémarrage puissant est unanime. Nous allons prendre quelques initiatives, adaptées aux exigences sanitaires du moment. Car il s’agir d’être prêts.

A l’heure des grandes interrogations, à la veille aussi de la constitution de la Collectivité européenne d’Alsace, l’Académie d’Alsace a une place, modeste mais bien réelle, utile, à prendre dans l’espace public de la région.

L’épidémie du COVID a frappé durement l’Alsace en ce début d’année 2020. Notre Académie, reflet à bien des égards des heurs et malheurs de la région, a enregistré la disparition de trois de ses membres : deux historiens prestigieux, membres de notre comité d’honneur, les professeurs Francis Rapp et Marcel Thomann, l’artiste peintre Ernest Meichler.

Une chaîne d’engagements et de fidélités fonde la légitimité de notre académie, ainsi qu’en témoigne l’entrée de 25 nouveaux membres, signifiant le renouvellement progressif et constant de notre assemblée, l’apport de sensibilités, d’expériences, de propositions qui viennent enrichir le travail commun.

C’est la plus importante entrée de nouveaux membres en notre sein, nous en préparons d’autres, car les enjeux de notre région – rebattus par la crise sanitaire et les bouleversements économiques et sociaux qu’elle induit – appellent une Académie d’Alsace puissante, dynamique, bien répartie sur le territoire et dans ses trois sections : Sciences, Culture et Société. Une attention particulière a été portée à la poursuite de notre féminisation et au rajeunissement.

Nous travaillons cet été à préparer une rentrée dynamique, en relançant notre grand projet des AGORAS, plus que jamais attentifs à notre environnement et conscients de notre utilité collective au service de l’Alsace. A très bientôt donc !


Bernard Reumaux

Président de l'Académie d'Alsace

 

Réunion de préparation des Agoras, Strasbourg, 17 septembre 2019

 

<< Nouvelle zone de texte >>

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace