Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

François Loos

François Loos est ancien ministre, président des Brasseurs de France, et membre d'honneur de l'Académie d'Alsace

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Situation professionnelle  actuelle

Président des Brasseurs de France
 9 boulevard Malesherbes – 75008 Paris
Il met en œuvre le livre de blanc de la brasserie française.

 

Vice-Président de l’association Franco-italienne de recherche et technologie.
Vice-Président de l’association Franco-allemande pour la science et la technologie.

 

 

Formation

Ingénieur des mines, diplômé de Polytechnique (X73)
 et titulaire d’un DEA de mathématiques

Au cours de sa formation à l’Ecole des Mines de Paris François Loos effectue un stage au sein de De Dietrich en France, puis un second chez Saint-Gobain en Allemagne.

 

 

Parcours professionnel

2013-2015 : Ingénieur Général au Conseil Général de l’Economie
Participe aux rapports sur les pôles d’innovations de l’artisanat et l’aide à l’exportation.

 

Depuis 2014 : Président des Brasseurs de France
Il met en œuvre le livre de blanc de la brasserie française.

 

2011-2013 : Président de l’ADEME
Nommé en Conseil des Ministres en novembre 2011.
Lance « les scénarios 2030-2050 ».


Quitte l’ADEME en 2013 pour se présenter aux élections municipales de Strasbourg.

 

Depuis 2008 : Président de l’Ecole de Management de Strasbourg
Suite à la fusion de l’IAE et de l’Ecole Supérieure de Commerce de Strasbourg, il devient président de la nouvelle Ecole de Management de Strasbourg.
Seule école française à être basée sur le système anglo-saxon, c’est-à-dire appartenant à une Université, celle de Strasbourg.

 

2007-2011 : Député de la 9e circonscription du Bas-Rhin
Rapporteur sur la loi de crédit à la consommation.
Chargé d’une mission sur les cours des matières premières.

 

2002-2007 : Carrière ministérielle
Gouvernement Raffarin 1 (2002) : Ministre délégué à l'Enseignement supérieur et à la Recherche.
Gouvernement Raffarin 2 et 3(2002-2005) : Ministre délégué au Commerce extérieur. A ce titre il participe aux négociations de l’OMC et a contribué à la politique de développement de l’export.
Gouvernement de Villepin (2005-2007) : Ministre délégué de l’Industrie. Il fait voter des projets de loi sur ; la gratuité des appels aux hotline des fournisseurs d’accès à internet (FAI), la fusion de GDF et SUEZ ainsi que sur la gestion des déchets nucléaires.

 

1993-2002, Député de la 8e circonscription du Bas-Rhin
Président de la commission d'enquête sur la sûreté des installations industrielles et des centres de recherche et sur la protection des personnes et de l’environnement en cas d’accident industriel majeur. Commission constituée suite à la catastrophe d’AZF.


Président du groupe d’amitié France-Ukraine (1993-1997).
Président du groupe d’étude des frontaliers et des zones frontalières (1997-2002).
Membre du Conseil d’Administration de l’Agence Française de Développement.
Membre du Conseil de Surveillance l’ACCOSS.

 

1992-2014 Conseiller Régional
Second de la liste d’Adrien Zeller, il rentre au Conseil Régional d’Alsace dont il deviendra Vice-Président de 1996 à 2014, où il aura d’abord la responsabilité de la formation professionnelle, puis de l’économie, de l’agriculture et de la recherche.


Président de Télal de 1992-2000.


De 1995 à 1998, Président de l’Union d’Economie Sociale (HLM très social).


En 2001, il devient Président du Pays d’Alsace du Nord.
Président de l’Agence pour le Développement de l’Alsace.

 

A partir de 1985, carrière dans l’industrie
Entrée chez Rhône-Poulenc, d’abord au siège puis comme directeur de l’usine de Thann (Alsace). A ce titre il devient DGA de Thann-Mulhouse ainsi que DGA de Potasse et Produits Chimiques (PPC).


En 1986, il prend la présidence de l’école de Chimie de Mulhouse et intègre la CCI de Mulhouse.


1987, il quitte l’Alsace pour devenir Secrétaire Général de la Direction scientifique de Rhône-Poulenc.


Il retrouve l’Alsace en 1990 en rentrant chez Lohr SA comme Directeur Général.

 

1984, l’entrée en Cabinet :
Il entre au Cabinet de Pierre Pflimlin, alors Président du Parlement européen. Il est alors voisin de bureau de François Bayrou.
Il quitte le Cabinet de Pierre Pflimlin pour rejoindre celui d’Hubert Curien, alors Ministre de la Recherche et de la Technologie, où il est en charge des affaires internationales.

 

De 1982 à 1984 :
Intègre le Services des Matières Premières et du Sous-Sol, où il exerce la tutelle sur la géothermie, la potasse, le nickel, le phosphate, etc.

 

De 1979 à 1982 :
Travail au Service de l’industrie et des Mines d’Alsace.
Tutelle des mines de potasses d’Alsace.
Chargé de mission auprès du Préfet de Région.
Président du CA du Service géologique d’Alsace (1981-1983).
Secrétaire Général des Assises de la Recherche ce qui le conduit de devenir entre 1983 et 1985 Président de l’Association pour la recherche et la technologie en Alsace.

 

 

Fonctions au sein du Parti Radical Valoisien
Secrétaire général adjoint du Parti Radical Valoisien de 1994 à 1995, il devient à cette date secrétaire national, puis délégué national aux Affaires internationales en 1997.
Puis Président du parti de 1999 à octobre 2003. Durant sa présidence il organise les festivités du Centenaire du Parti Radical.
Le Congrès du Parti Radical Valoisien de 2002, décide de soutenir Jacques Chirac à l’élection présidentielle.


Fonctions au sein du monde associatif
Fondateur du Forum Carolus (2005).
Vice-Président de l’association Franco-italienne de recherche et technologie.
Vice-Président de l’association Franco-allemande pour la science et la technologie.
Fondateur de la Confrérie des Bières d’Alsace.
Fondateur de l’association Alsace-Corsica

 

 

Diplômes
Ecole Polytechnique de Paris, promotion 1973
Ecole des Mines de Paris, promotion 1976
DEA en mathématiques, 1976

 

 

Décorations

Chevalier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur
Commandeur du Mérite Brésilien
Commandeur du Mérite Chilien

 

Distinctions
Citoyen d’honneur de la ville de Wintzenheim, pour ses actions en faveur du bilinguisme.

Médaille d’Honneur du Parlement Philippin
Chevalier du Tastevin de la Confrérie de Saint-Etienne et de la Confrérie des Quatre Bancs.
Chope d’Or de la Ville de Schiltigheim (Bas-Rhin).
 

 

L'Edito

 

Travail académique
et utilité sociale

 

Quelle peut être l’utilité sociale de travaux académiques ?
La question circule au sein des académies en région affiliées à l’Institut de France et à ses cinq académies nationales. Et il apparaît que l’interdisciplinarité se révèle un outil précieux au service de la collectivité, surtout à l’heure de profondes remises en cause.
Le croisement des regards et des compétences se révèle gage d’efficacité maximale pour traiter de bonne manière les problématiques sociétales complexes. Fallait-il par exemple seulement confier la « gestion » de l’épidémie de Covid à quelques spécialistes pointus, sans ouvrir davantage aux économistes, géopoliticiens, philosophes, enseignants ? Un recours puissant et organisé à l’interdisciplinarité, aux curiosités croisées, à l’exigence de l’intérêt général, n’aurait-il pas été plus fécond, plus mobilisateur surtout, permettant de lever bien des doutes et d’éviter maints rejets ?
C’est dans cet esprit interdisciplinaire que l’Académie d’Alsace a travaillé, en 2019 et 2020, sur la politique castrale régionale, produisant un Rapport, consultable et téléchargeable sur ce site. Créé pour l’occasion avec quatorze de nos membres, le comité scientifique comprenait quelques historiens, mais aussi un metteur en scène d’opéra, un chef d’entreprise, un ethnologue, des responsables d’associations de terrain, une conservatrice de musée. Il s’est mis à l’écoute – entretiens, questionnaires, deux agoras publiques –, a travaillé pour produire des préconisations concrètes, dont nous savons qu’elles seront mises en œuvre.
Voilà l’utilité sociale de l’Académie d’Alsace adaptée aux exigences du XXIe siècle.
Voilà les orientations nouvelles de notre travail académique, nourri par la diversité féconde de nos membres, développé en agoras et groupes de travail, en symbiose avec le corps social dont nous avons mission de porter la continuité de valeurs façonnées par une riche et complexe histoire collective.

Bernard Reumaux

Président de l'Académie d'Alsace

 

Invitation à l’Agora du 19 novembre 2019

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace