Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Monseigneur Joseph Doré

Joseph Doré, né au Grand-Auverné en Loire-Atlantique le 26 septembre 1936, est un prélat et théologien catholique français, membre de la compagnie des prêtres de Saint-Sulpice, archevêque de Strasbourg de 1997 à 2006.

 

Biographie

Il fait ses études à Ancenis, et après avoir été appelé à servir dans la guerre d'Algérie, il entre au séminaire de Nantes.

Le 21 décembre 1961, il est ordonné prêtre pour le diocèse de Nantes.

L'année suivante, il est admis dans la compagnie des prêtres de Saint-Sulpice. Après une année à l’Institut catholique de Paris, il part une année à Rome d’où il revient docteur en théologie.

À compter de cette époque, il suit régulièrement des cours en Allemagne, notamment ceux du professeur Joseph Ratzinger, le futur pape Benoît XVI.

Pendant six ans, de 1965 à 1971, il est directeur et professeur au grand séminaire de Nantes, où il enseigne la théologie fondamentale.

En 1971, il est nommé directeur au Séminaire des Carmes, séminaire de l’Institut catholique de Paris et devient professeur à la faculté de théologie du même institut dont il sera le doyen de 1988 à 1994. Il y enseigne la christologie et la théologie des religions, et favorise, durant son rectorat, la création de l’Institut des Arts sacrés devenu, depuis, Institut supérieur de théologie des arts.

Il est ensuite directeur du département de la recherche de l’Institut catholique de Paris de 1994 à 1997.

Depuis 1991, Joseph Doré est membre de l’Académie internationale des sciences religieuses à Bruxelles qu’il préside de 1993 à 1999.

De 1992 à 1997, il est membre de la Commission théologique internationale sous la présidence du préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, Joseph Ratzinger et, toujours au Vatican, il est membre du Commission historique et théologique du Grand Jubilé de l’an 2000 à partir de 1995.

Il est nommé archevêque de Strasbourg le 2 septembre 1997 et ordonné à la cathédrale de cette ville le 23 novembre 1997 des mains de Charles-Amarin Brand, d’Emile Marcus, archevêque de Toulouse, et de Walter Kasper évêque de Rottenburg-Stuttgart et futur cardinal et président du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens.

Il est membre de la commission doctrinale de la Conférence des évêques de France de 1997 à 2003 et, de 2004 à 2006 membre du conseil permanent de la même Conférence.

Il est consulteur puis membre du Conseil pontifical de la culture depuis 1988.

Mgr Joseph Doré démissionne pour raison de santé le 25 août 20061.

Il reste administrateur apostolique de l'archidiocèse de Strasbourg jusqu'au 21 avril 2007.

Il fait officiellement ses adieux au diocèse le 1er avril 2007.


Hommages et distinctions

    2009 :
        prix du Cardinal Grente pour l’ensemble de son œuvre
        prix Marcel Flach de l'Académie des sciences morales et politiques
    2011 : commandeur de la Légion d’honneur.
    2016 : commandeur de l’ordre des Arts et des Lettres.

 

Publications
Directeur de collection

    Collection Jésus et Jésus Christ aux éditions Desclée de Brouwer.
    Collection La Grâce d’une cathédrale aux éditions La Nuée bleue / Place des Victoires.

 

Écrivain

    À cause de Jésus, Éditions Plon, Paris, 2011.
    Peut-on vraiment rester catholique ?, Éditions Bayard Culture, 2012.
    Pourquoi j’aime l’Alsace, Éditions de La Nuée bleue, 2014.
    (dir), Jésus. L'encyclopédie, Albin Michel, 2017, 845 p.

L'Edito

Être prêts
Comme tant d’acteurs de la société civile, du monde culturel et associatif, nous attendions beaucoup de cette rentrée, imaginée comme un retour à nos activités normales, aux initiatives qui tissent le maillage de la cité et assurent ses équilibres.

Il nous a fallu déchanter. Et annuler une bonne partie du programme de septembre : deux réunions de travail entre membres sur la relance de nos Agoras après six mois d’interruption contrainte et la rentrée solennelle de l’Académie d’Alsace à Colmar.

Il s’agissait de réactiver une ancienne tradition académique, suspendue depuis des années : la Ville de Colmar et le musée Unterlinden nous auraient accueilli avec faste et nous aurions fêté avec joie la lauréate du Prix Maurice-Betz 2020, la traductrice Claire de Oliveira, attendue de Berlin.
Petite consolation, la remise du Prix de la Décapole 2020 à Claude Woehrle (lire ci-contre et dans la rubrique Actualités) a permis de partager un moment de convivialité, en petit comité, grâce à l’accueil du maire de Turckheim. Plusieurs nouveaux membres étaient présents, aux côtés des anciens de l’Académie. L’attente d’un redémarrage puissant est unanime. Nous allons prendre quelques initiatives, adaptées aux exigences sanitaires du moment. Car il s’agir d’être prêts.

A l’heure des grandes interrogations, à la veille aussi de la constitution de la Collectivité européenne d’Alsace, l’Académie d’Alsace a une place, modeste mais bien réelle, utile, à prendre dans l’espace public de la région.

L’épidémie du COVID a frappé durement l’Alsace en ce début d’année 2020. Notre Académie, reflet à bien des égards des heurs et malheurs de la région, a enregistré la disparition de trois de ses membres : deux historiens prestigieux, membres de notre comité d’honneur, les professeurs Francis Rapp et Marcel Thomann, l’artiste peintre Ernest Meichler.

Une chaîne d’engagements et de fidélités fonde la légitimité de notre académie, ainsi qu’en témoigne l’entrée de 25 nouveaux membres, signifiant le renouvellement progressif et constant de notre assemblée, l’apport de sensibilités, d’expériences, de propositions qui viennent enrichir le travail commun.

C’est la plus importante entrée de nouveaux membres en notre sein, nous en préparons d’autres, car les enjeux de notre région – rebattus par la crise sanitaire et les bouleversements économiques et sociaux qu’elle induit – appellent une Académie d’Alsace puissante, dynamique, bien répartie sur le territoire et dans ses trois sections : Sciences, Culture et Société. Une attention particulière a été portée à la poursuite de notre féminisation et au rajeunissement.

Nous travaillons cet été à préparer une rentrée dynamique, en relançant notre grand projet des AGORAS, plus que jamais attentifs à notre environnement et conscients de notre utilité collective au service de l’Alsace. A très bientôt donc !


Bernard Reumaux

Président de l'Académie d'Alsace

 

Réunion de préparation des Agoras, Strasbourg, 17 septembre 2019

 

<< Nouvelle zone de texte >>

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace