Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Marie-Laure Freyburger : LE ou LA covid ?

 

Professeur émérite de grec ancien à l’Université de Haute Alsace, membre du comité directeur de l’Académie d’Alsace, Marie-Laure Freyburger nous éclaire sur un point qui fait débat : faut-il dire « le » ou « la » covid19 ? Elle réagit à un texte publié sur le site de l’Académie Française. Un billet d’humeur linguistique et académique.


Alors, LA covid… ?


(texte inséré sur le site de l’Académie française le 7 mai dernier)

 

Covid est l’acronyme de corona virus disease, et les sigles et acronymes ont le genre du nom qui constitue le noyau du syntagme dont ils sont une abréviation. On dit ainsi la SNCF (Société nationale des chemins de fer français) parce que le noyau de ce groupe, société, est un nom féminin, mais le CIO (Comité international olympique), parce que le noyau, comité, est un nom masculin. Quand ce syntagme est composé de mots étrangers, le même principe s’applique. On distingue ainsi le FBI, Federal Bureau of Investigation, « Bureau fédéral d’enquête », de la CIA, Central Intelligence Agency, « Agence centrale de renseignement », puisque dans un cas on traduit le mot noyau par un nom masculin, bureau, et dans l’autre, par un nom féminin, agence. Corona virus disease – notons que l’on aurait pu préférer au nom anglais disease le nom latin morbus, de même sens et plus universel – signifie « maladie provoquée par le corona virus (“virus en forme de couronne”) ». On devrait donc dire la covid 19, puisque le noyau est un équivalent du nom français féminin maladie. Pourquoi alors l’emploi si fréquent du masculin le covid 19 ? Parce que, avant que cet acronyme ne se répande, on a surtout parlé du corona virus, groupe qui doit son genre, en raison des principes exposés plus haut, au nom masculin virus. Ensuite, par métonymie, on a donné à la maladie le genre de l’agent pathogène qui la provoque. Il n’en reste pas moins que l’emploi du féminin serait préférable et qu’il n’est peut-être pas trop tard pour redonner à cet acronyme le genre qui devrait être le sien. »


…ou LE covid ?
(l’avis de Marie-Laure Freyburger, novembre 2020)

 

Je me permets de ne pas adhérer aux raisons de cette très noble institution – à laquelle notre Académie d’Alsace est modestement associée et dont je partage le souci de défendre la langue française – et de poser le problème en d’autres termes :
Covid19 est effectivement l’acronyme anglais de coronavirus disease 2019 et le débat porte sur le substantif disease et de sa traduction en français par « maladie » ou par « mal ». On pourrait donc traduire l’ensemble par « maladie/mal du coronavirus apparu(e) en 2019 ». Selon le choix de la traduction, l’acronyme change de genre !
Soulignons d’abord que la langue anglaise ne distingue ni pour les substantifs ni pour les adjectifs le masculin du féminin, de sorte que c’est donc bien en français qu’il y a éventuellement un problème.
Pour essayer de le résoudre, je propose de prendre d’autres mots anglais passés avec plus ou moins de bonheur dans notre langue. Le premier qui s’impose est week-end : vous viendrait-il à l’esprit de dire « bonne week-end » sous prétexte que end se traduit par « fin » en français (« bonne fin de semaine ») ?
Un deuxième est analogue : il existe de nombreux mots composés anglais dont le deuxième élément est –room, que l’on traduit en français par « pièce », « chambre » ou « salle ».
Ainsi dining-room, c’est la « salle à manger », bed-room, c’est la « chambre à coucher », class-room, c’est la « salle de classe », mais ces mots-là ne sont pas usités en français dans leur forme anglaise.
En revanche, living-room est utilisé couramment chez nous pour désigner la « salle de séjour » ou la « pièce à vivre ». On devrait donc dire une living-room. Que nenni !
De même que dressing-room que l’on peut traduire par « garde-robe » n’est jamais une dressing !
Si l’on considère que challenge peut se traduire en français par « épreuve » ou « compétition », il faudrait dire une challenge. Si l’on pense que la meilleure traduction est « défi », alors on laissera le masculin.
Ajoutons enfin que le mot le plus proche de disease serait le français « malaise » qui se trouve être masculin, au contraire de agency dans l’exemple cité par les Académiciens, qui, traduit par « agence », rend l’acronyme CIA féminin.
C’est pourquoi, faute d’avoir un sublime covim 19 (coronavirus morbus 2019 !), je reste attachée au masculin de covid19.
NB Dans le sens inverse, je pense, nos amis britanniques ont adopté French disease, French evil ou French sickness pour ce que nous appelons pudiquement le « mal français » (syphilis sive morbus gallicus)… mais pour eux ce mal n’est pas vraiment « genré » !

 

L'Edito

Une poétique de l'Alsace

Décédé en octobre dernier, le grand poète Claude Vigée aurait eu cent ans le 3 janvier. Etats-Unis, Israël, Paris, il a connu tous les horizons, mais était resté arrimé à l’Alsace par l’esprit, par l’âme, par la poésie, par le dialecte. Ses souvenirs de Bischwiller, racontés dans Le Panier de houblon, portent témoignage sensible des bouleversements et des permanences de la région.
I hab noch niemols mini Haimet verlon.
Niemols kumm i je bis anne.

(Jamais je n’ai quitté ma patrie.
Jamais je n’y parviendrai.)
Au moment où les deux conseils départementaux d’Alsace fusionnent, alors que l’institutionnel et l’opérationnel sont en première ligne, il importe de ne pas perdre de vue l’impalpable qui constitue l’essence même de l’identité alsacienne et que, nul mieux qu’eux, les poètes savent entretenir.
Sans verser dans l’identitarisme ou le séparatisme, connectée à l’universel, à la solidarité nationale et à la coopération européenne, la reconnaissance d’une entité « Alsace » inscrite dans le marbre (fragile…) des institutions nous réjouit et nous stimule. Car, à l’image des deux conseils départementaux aujourd’hui fusionnés, l’Académie d’Alsace prône et pratique depuis son origine, en 1952, la cohésion régionale, la complémentarité des territoires, des milieux et des réseaux. Il est peu de structures résolument régionales en Alsace, et encore moins de transdisciplinaires, mais tel est l’ADN originel de notre compagnie, plus précieux et utile que jamais.
Démonstration concrète en sera bientôt apportée : notre groupe de travail de dix académiciens va bientôt remettre officiellement au président de la Collectivité européenne d’Alsace son rapport « Réenchanter les châteaux forts d’Alsace », outil au service d’une politique castrale renforcée. L’imaginaire des ruines, plus largement les rêveries sur le temps englouti, les heurs et malheurs passés, sont constitutifs du regard des Alsaciens sur leur région, nourrissant cette poétique de l’Alsace chantée par Claude Vigée, sans laquelle ne peut se déployer le joyeux « désir d’Alsace »..

Bernard Reumaux

Président de l'Académie d'Alsace

 

Claude Vigée (Bischwiller, 1921-Paris, 2020)

 

<< Nouvelle zone de texte >>

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace