Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Jean-Michel Boehler

Universitaire, historien

________________________________________

Section

Sciences de la nature, de l'humain et de la société

 

 

Situation professionnelle actuelle (coordonnées, responsabilités)

Président de la Société savante d’Alsace ainsi que de la Société académique du Bas-Rhin, cheville ouvrière de l’édition scientifique dans la région (depuis 1992), président la Société d’histoire et d’archéologie de Dambach-Barr-Obernai (à partir de 2000), il siège dans un grand nombre d’instances officielles ou associatives, notamment dans le comité de la Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace, dans le comité de rédaction de la Revue d’Alsace et au sein de l’Académie d’Alsace.

 

Parcours professionnel

Fils d’Ernest Boehler (1898- 1969), cadre bancaire puis agriculteur, maire de Kuttolsheim, et d’Annette Wimmer, institutrice. ∞ 13.7.1966 à Obernai Marie-Antoinette Koerner, professeur, fille de Joseph Koerner, directeur d’école, et de Lucie Weber ; 2 enfants. Issu d’une famille paysanne enracinée à Kuttolsheim, dans le Kochersberg, depuis le XVIIe siècle, J.-M. Boehler reçut sa formation d’historien à la Faculté des Lettres de l’Université de Strasbourg ; il y soutint en 1973 sa thèse de IIIe cycle sur le Kochersberg de la guerre de Trente ans au XIXe siècle, puis sa thèse de doctorat d’État, Une société rurale en milieu rhénan : la paysannerie de la plaine d’Alsace (1648-1789) en 1993, l’une et l’autre sous la direction du doyen Georges Livet.

Sa carrière d’enseignant l’a conduit, d’abord dans le secondaire, à Obernai (1963-1966) et Haguenau (1966-1971), puis à l’École militaire de Strasbourg, parallèlement au Centre de formation des maîtres de l’Académie (1971-1976).

Chargé de cours à l’Université des Sciences humaines en 1975, il y exerça successivement les fonctions d’assistant (1976), de maître de conférences (1985) puis de professeur (1997). Directeur de l’Institut d’histoire moderne (à partir de 1998) et responsable de l’équipe d’accueil en Sciences historiques et, à ce titre, chargé de coordonner les recherches du Moyen Age à l’époque contemporaine et de diriger une collection publiée par les Presses universitaires de Strasbourg. Ruraliste de renom international, œuvrant dans les perspectives ouvertes par Marc Bloch et ses continuateurs et dans l’esprit insufflé par le doyen G. Livet, J.-M. Boehler renouvela puissamment l’histoire des campagnes d’Ancien Régime à travers l’exemple alsacien dont il est l’ambassadeur auprès de l’Association d’Histoire des Sociétés rurales et du comité de rédaction de la revue Histoire et Sociétés rurales.

 

Distinctions

Ses publications et ses fonctions lui valurent le prix de la Décapole de l’Académie d’Alsace (1994), le prix Jacques Flach de l’Académie française (2003) et le grade de chevalier des Arts et Lettres (2004).


Livres

Ouvrages : Le Kochersberg, histoire et paysages (avec J. Burnouf et J. Callot), Strasbourg, 1980 ; Histoire de l’Alsace rurale (avec D. Lerch et J. Vogt), Strasbourg, 1983 ; Une société rurale en milieu rhénan : la paysannerie de la plaine d’Alsace (1648-1789), thèse publiée en 3 volumes, Strasbourg, 1994, 2e éd. 1995 ; L’agriculture en Europe occidentale à l’époque moderne (avec A. Antoine et Fr. Brumont), Paris, 2000 ; La terre, le ciel, les hommes: des réalités de ta plaine d’Alsace aux horizons européens, Strasbourg, 2004; participation au Dictionnaire européen des Lumières (dir. Michel Delon), Paris, 1997, et au Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne Strasbourg, 1986-2004. Auteur, à ce jour, de 65 articles et contributions.

L'Edito

Être prêts
Comme tant d’acteurs de la société civile, du monde culturel et associatif, nous attendions beaucoup de cette rentrée, imaginée comme un retour à nos activités normales, aux initiatives qui tissent le maillage de la cité et assurent ses équilibres.

Il nous a fallu déchanter. Et annuler une bonne partie du programme de septembre : deux réunions de travail entre membres sur la relance de nos Agoras après six mois d’interruption contrainte et la rentrée solennelle de l’Académie d’Alsace à Colmar.

Il s’agissait de réactiver une ancienne tradition académique, suspendue depuis des années : la Ville de Colmar et le musée Unterlinden nous auraient accueilli avec faste et nous aurions fêté avec joie la lauréate du Prix Maurice-Betz 2020, la traductrice Claire de Oliveira, attendue de Berlin.
Petite consolation, la remise du Prix de la Décapole 2020 à Claude Woehrle (lire ci-contre et dans la rubrique Actualités) a permis de partager un moment de convivialité, en petit comité, grâce à l’accueil du maire de Turckheim. Plusieurs nouveaux membres étaient présents, aux côtés des anciens de l’Académie. L’attente d’un redémarrage puissant est unanime. Nous allons prendre quelques initiatives, adaptées aux exigences sanitaires du moment. Car il s’agir d’être prêts.

A l’heure des grandes interrogations, à la veille aussi de la constitution de la Collectivité européenne d’Alsace, l’Académie d’Alsace a une place, modeste mais bien réelle, utile, à prendre dans l’espace public de la région.

L’épidémie du COVID a frappé durement l’Alsace en ce début d’année 2020. Notre Académie, reflet à bien des égards des heurs et malheurs de la région, a enregistré la disparition de trois de ses membres : deux historiens prestigieux, membres de notre comité d’honneur, les professeurs Francis Rapp et Marcel Thomann, l’artiste peintre Ernest Meichler.

Une chaîne d’engagements et de fidélités fonde la légitimité de notre académie, ainsi qu’en témoigne l’entrée de 25 nouveaux membres, signifiant le renouvellement progressif et constant de notre assemblée, l’apport de sensibilités, d’expériences, de propositions qui viennent enrichir le travail commun.

C’est la plus importante entrée de nouveaux membres en notre sein, nous en préparons d’autres, car les enjeux de notre région – rebattus par la crise sanitaire et les bouleversements économiques et sociaux qu’elle induit – appellent une Académie d’Alsace puissante, dynamique, bien répartie sur le territoire et dans ses trois sections : Sciences, Culture et Société. Une attention particulière a été portée à la poursuite de notre féminisation et au rajeunissement.

Nous travaillons cet été à préparer une rentrée dynamique, en relançant notre grand projet des AGORAS, plus que jamais attentifs à notre environnement et conscients de notre utilité collective au service de l’Alsace. A très bientôt donc !


Bernard Reumaux

Président de l'Académie d'Alsace

 

Réunion de préparation des Agoras, Strasbourg, 17 septembre 2019

 

<< Nouvelle zone de texte >>

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace