Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Marcel Spiesser

Président des Amis du Mémorial de Schirmeck.

 

Section

 

Société

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fonctions

 

Retraité et président de l’AMAM (Association des Amis du Mémorial d’Alsace-Moselle) depuis 2005.

Auteur

 

 

Positions précédentes

 

Professeur de l’Education nationale de 1961 à 1990 :

Il a successivement enseigné au lycée Bartholdi de Colmar, au lycée Mangin de Sarrebourg, et au collège du Hohberg (aujourd’hui collège Twinger) de Strasbourg, lors de la mise en place des collèges de ZEP (zones d’Education Prioritaire).
Parallèlement aux activités de professeur, il a participé à de multiples expériences pédagogiques :

- Chercheur à l’INRP (Institut National de Recherche Pédagogique) de 1975 à 1990, il a participé à la rénovation des méthodes pédagogiques et surtout à l’élaboration des nouveaux programmes
- Nommé « expert pour la formation du jeune consommateur européen », il a, pendant 5 ans,  été le représentant de la France dans une commission européenne visant à établir les bases d’une formation commune en élaborant un programme et une méthode d’approche.
- Recruté par le CRDP (Centre Régional de Documentation Pédagogique), il a
participé à l’expérience « Vivre en Alsace »,  pour laquelle,  chaque année scolaire, il a  élaboré un dossier à l’usage des professeurs, un film (réalisé par FR3Alsace) et des articles dans la presse régionale. Parmi les thèmes abordés : le Hortus Deliciarum, les industries alimentaires en Alsace, Air Alsace (compagnie aérienne aujourd’hui disparue), l’Alsace vue du ciel, le consommateur frontalier etc.

- Contacté par des journalistes des DNA (Jean-Louis English, Jean Bezu et Jean Lozi), il a développé, avec ses élèves,  le « journal à l’école » : une page chaque mois était
réservée par le quotidien afin de publier des reportages, entièrement conçus et réalisés par les élèves (enquêtes, photos, rédaction, mise en page). Cette  expérience a duré plus de dix ans, jusqu’à son départ pour Caen.


Conseiller pédagogique depuis 1972, il a  progressivement obtenu des Inspecteurs
généraux la responsabilité de la formation des professeurs débutants et de la formation continue. Devant l’ampleur de la tâche, le Rectorat a revu ses obligations de service (pour moitié devant les élèves, pour moitié formation initiale et continue des professeurs) ; une situation qui l’a préparé à ses fonctions d’Inspecteur.
IPR-IA (Inspecteur pédagogique régional- Inspecteur d’Académie), de 1990 à 2005.

 

2. Inspecteur pédagogique fégional d’histoire-géographie-éducation civique, dans l’Académie de Caen (1990-1991), puis dans l’Académie de Strasbourg (1991- 2005). Outre ses travaux d’inspection et de gestion des carrières des enseignants, il a  poursuivi de nombreuses activités annexes :
- Responsable de la formation des professeurs
- Participation à la création de concours de recrutement (en interne pour les professeurs d’histoire-géographie et même pour les professeurs de religion en Alsace !) et secrétaire général du CAPES interne pendant 10 ans
-  Responsable de la mise en place aux niveaux national et international de la « délivrance simultanée du Baccalauréat français et de l’Abitur allemand » : l’Abibac, il a  pris en charge ce diplôme depuis sa création en 1995 jusqu’à sa retraite.

 


3. Auteur de diverses publications :
Bulletin de liaison des professeurs d’histoire-géographie de l’Académie, Le Lien, qui a rapidement eu une diffusion nationale par les CRDP
Ouvrage publié par le CLEMI, Comment étudier la Perestroïka ?
Une quinzaine de manuels scolaires d’histoire-géographie pour les éditeurs Belin puis Hachette, de la sixième à la terminale. Il a notamment obtenu des éditions Hachette la publication de quatre pages sur l’Alsace dans la Seconde Guerre mondiale (2 pages sur l’annexion et 2 pages sur les Malgré-
Nous).
Nommé dans la commission scientifique pour la réalisation d’un manuel franco-allemand d’histoire. Un projet qui paraissait utopique et qui a abouti à la
publication de trois manuels (classes de Seconde, Première et Terminale)

 

4. Président de l’AMAM
Au moment de la création de l’AMAM, peu avant sa retraite, J.-L. English lui a demandé d’en assurer les fonctions de secrétaire. Il a alors été élu président, et réélu chaque année depuis lors.
Les activités habituelles d’un dirigeant d’association se sont étoffées avec :
L’organisation de visites guidées du Mémorial de Schirmeck
La réalisation du Courrier du Mémorial
L’organisation de cafés d’histoire à Strasbourg, Mulhouse et Schirmeck (le 183 ème actuellement)
L’organisation d’un rallye annuel pour découvrir le patrimoine alsacien (le 13 ème est annoncé !)
La « Rencontre des Mémoires » (le prochain est prévu pour janvier 2021) tous les deux ans, et colloque national voire international, sous l’autorité de l’historien JP Rioux, avec publication des Actes

 

Depuis 2016, il fait partie de la Commission culturelle d’Alsace.

 

 

Formation

 

Baccalauréat 1957
Licence d’histoire-géographie 1961
DES (Diplôme d’Etudes Supérieures) 1965
CAPES 1967
Agrégation d’histoire- géographie

 

 

Distinctions honorifiques

 

Commandeur de l’ordre des Palmes académiques
Chevalier de l’ordre du Mérite

 

 

 

L'Edito

Une poétique de l'Alsace

Décédé en octobre dernier, le grand poète Claude Vigée aurait eu cent ans le 3 janvier. Etats-Unis, Israël, Paris, il a connu tous les horizons, mais était resté arrimé à l’Alsace par l’esprit, par l’âme, par la poésie, par le dialecte. Ses souvenirs de Bischwiller, racontés dans Le Panier de houblon, portent témoignage sensible des bouleversements et des permanences de la région.
I hab noch niemols mini Haimet verlon.
Niemols kumm i je bis anne.

(Jamais je n’ai quitté ma patrie.
Jamais je n’y parviendrai.)
Au moment où les deux conseils départementaux d’Alsace fusionnent, alors que l’institutionnel et l’opérationnel sont en première ligne, il importe de ne pas perdre de vue l’impalpable qui constitue l’essence même de l’identité alsacienne et que, nul mieux qu’eux, les poètes savent entretenir.
Sans verser dans l’identitarisme ou le séparatisme, connectée à l’universel, à la solidarité nationale et à la coopération européenne, la reconnaissance d’une entité « Alsace » inscrite dans le marbre (fragile…) des institutions nous réjouit et nous stimule. Car, à l’image des deux conseils départementaux aujourd’hui fusionnés, l’Académie d’Alsace prône et pratique depuis son origine, en 1952, la cohésion régionale, la complémentarité des territoires, des milieux et des réseaux. Il est peu de structures résolument régionales en Alsace, et encore moins de transdisciplinaires, mais tel est l’ADN originel de notre compagnie, plus précieux et utile que jamais.
Démonstration concrète en sera bientôt apportée : notre groupe de travail de dix académiciens va bientôt remettre officiellement au président de la Collectivité européenne d’Alsace son rapport « Réenchanter les châteaux forts d’Alsace », outil au service d’une politique castrale renforcée. L’imaginaire des ruines, plus largement les rêveries sur le temps englouti, les heurs et malheurs passés, sont constitutifs du regard des Alsaciens sur leur région, nourrissant cette poétique de l’Alsace chantée par Claude Vigée, sans laquelle ne peut se déployer le joyeux « désir d’Alsace »..

Bernard Reumaux

Président de l'Académie d'Alsace

 

Claude Vigée (Bischwiller, 1921-Paris, 2020)

 

<< Nouvelle zone de texte >>

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace