Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Grand prix de l’Académie (prix René SPAETH)

_________________________________________

 

 

Le Grand Prix de l’Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts


Parmi les dix prix décernés par l’Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts, le Grand Prix distingue depuis 1973 une personne impliquée dans un travail remarquable, qu’il soit prestigieux ou modeste, scientifique, artistique ou d’engagement social. Il s’attache à mettre en lumière l’œuvre et l’action d’une personnalité n’ayant pas encore bénéficié de reconnaissance grand public officielle.

Le Grand Prix de l'Académie des sciences, lettres et arts d'Alsace est fondé en 1973 par Madame Spaeth en souvenir de son mari, connu en tant que poête sous  le nom de René d'Alsace, président fondateur de l'Académie.

Cette distinction  était décernée annuellement, de 1973 à 1997, puis tous les deux ans à partir de 1999, en alternance avec le prix Maurice Betz.

Aujourd'hui, il est annuel, et bénéficie désormais du soutien de la Ville de Strasbourg, qui en accueille la cérémonie de remise officielle et contribue à sa promotion.

D'un montant de 1500 euros, ce prix récompense l'ensemble d'une oeuvre littéraire, historique, artistique ou scientifique consacrée à l'Alsace.

 

 

1990    ROSSIGNOL Elisa
    « Une enfance en Alsace, 1907-1918 »

 

1991    CAMES Gérard
    « Deux siècles d’enluminure en Alsace »

 

1992    PATRIS Jean-Paul
    pour l’ensemble de son œuvre et spécialement la vallée de Ste-Marie-aux-Mines

 

1993    HAUDOT Charles
    Pour son œuvre dans le domaine de la sigillographie alsacienne

 

1994    LOTZ François
    « Artistes-peintres alsaciens d’un temps ancien »

 

1995    BRAEUNER Gabriel
    « Pfeffel l’Européen »

 

1996    TOURSTEL-HARSTER Dominique, BECK Jean-Pierre, BRONNER Guy
    « Dictionnaire des monuments historiques d’Alsace »

 

1997    HOHL Jean-Luc
    « Minéraux et mines du massif vosgien »

 

1998    CARDONNE Gérard
    « La bague de Riquewihr »

 

2001    LOUYOT Michel
    Pour l’ensemble de son œuvre

 

2003    DAUL Léon, MOSZBERGER Maurice, RIEGER Théodore
    « Dictionnaire des rues de Strasbourg »

 

2005    Marie BOURDIN-KUHLMANN
    « Ceux de la Grande Vallée » (3 tomes)

 

2007    MATTAUER Jean-François
    Pour l’ensemble de son œuvre d’illustrateur

 

2009    PELLETIER-GAUTIER Sonia
    « Les dilemmes de l’inquisiteur » (3 tomes)

 

2011    BORNERT René
    « Les monastères d’Alsace »

 

2013    ERNY Jean-Jacques

 

2015    DE CAZOTTE Marie-Laure
    « A l’ombre des vainqueurs »

 

2017    BRUDERER Jacques

 

2019 :  John HOWE

 

 

L'Edito

 

Travail académique
et utilité sociale

 

Quelle peut être l’utilité sociale de travaux académiques ?
La question circule au sein des académies en région affiliées à l’Institut de France et à ses cinq académies nationales. Et il apparaît que l’interdisciplinarité se révèle un outil précieux au service de la collectivité, surtout à l’heure de profondes remises en cause.
Le croisement des regards et des compétences se révèle gage d’efficacité maximale pour traiter de bonne manière les problématiques sociétales complexes. Fallait-il par exemple seulement confier la « gestion » de l’épidémie de Covid à quelques spécialistes pointus, sans ouvrir davantage aux économistes, géopoliticiens, philosophes, enseignants ? Un recours puissant et organisé à l’interdisciplinarité, aux curiosités croisées, à l’exigence de l’intérêt général, n’aurait-il pas été plus fécond, plus mobilisateur surtout, permettant de lever bien des doutes et d’éviter maints rejets ?
C’est dans cet esprit interdisciplinaire que l’Académie d’Alsace a travaillé, en 2019 et 2020, sur la politique castrale régionale, produisant un Rapport, consultable et téléchargeable sur ce site. Créé pour l’occasion avec quatorze de nos membres, le comité scientifique comprenait quelques historiens, mais aussi un metteur en scène d’opéra, un chef d’entreprise, un ethnologue, des responsables d’associations de terrain, une conservatrice de musée. Il s’est mis à l’écoute – entretiens, questionnaires, deux agoras publiques –, a travaillé pour produire des préconisations concrètes, dont nous savons qu’elles seront mises en œuvre.
Voilà l’utilité sociale de l’Académie d’Alsace adaptée aux exigences du XXIe siècle.
Voilà les orientations nouvelles de notre travail académique, nourri par la diversité féconde de nos membres, développé en agoras et groupes de travail, en symbiose avec le corps social dont nous avons mission de porter la continuité de valeurs façonnées par une riche et complexe histoire collective.

Bernard Reumaux

Président de l'Académie d'Alsace

 

Invitation à l’Agora du 19 novembre 2019

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace