Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Prix de la ville de Schongau

_______________________________________________

 

 

Fondé en 1962 lors de la signature de jumelage entre Schongau et Colmar.

D’une valeur de 1000€, financé par Schongau, le prix est attribué tous les deux ans et attribué à des personnes françaises ou allemandes qui, par leurs publications, ont contribué au renforcement des relations entre la France et l’Allemagne.

 


1990    SCHEFFEL Helmut
    Traducteur de nombreux auteurs français et allemands

 

1992    THILL Andrée
    Pour l’ensemble de ses travaux consacré au poète alsacien Jacob Balde (1604-1668)

 

1994    NIES Fritz
    Initiateur du Centre français interdisciplinaire de l’Université de Fribourg en Brisgau

 

1996    MEYER Astrid, STUDER Fernand et HECKLY Guy

Actions de développement pour la coopération transfrontalière et le bilinguisme en Alsace

 

1998    BRENDLZ Franz
« Dynastie und Reformation. Die würtembergische Herzöge Ulrich und Christoph zwischen Habsburg und dem Reichsfürstenstand”

 

2000    SORG Jean-Paul
    Pour ses travaux sur Goethe et Albert Schweitzer

 

2002    LERSCH Hermann
    Pour l’ensemble de son œuvre

 

2004    LESCOURET Marie-Anne
    Pour l’ensemble de son oeuvre

 

2006    BÜSENMEYER Hartwig
    « Das Koenigreich der Spielleute »

 

2008    BILLER Thomas et METZ Bernhard
    «  Burgen des Elsass »

 

2010    HUGUES Pascal
    «  Marthe et Mathilde »
    Prix remis à Horbourg-Wihr

 

2012    DÜSTERHAUS Donatus
    « Die Revolution als Schwester des Krieges »
Prix financé par la Kulturstiftung der Kreissparkasse Schongau qui se substitue à la ville

L'Edito

Une poétique de l'Alsace

Décédé en octobre dernier, le grand poète Claude Vigée aurait eu cent ans le 3 janvier. Etats-Unis, Israël, Paris, il a connu tous les horizons, mais était resté arrimé à l’Alsace par l’esprit, par l’âme, par la poésie, par le dialecte. Ses souvenirs de Bischwiller, racontés dans Le Panier de houblon, portent témoignage sensible des bouleversements et des permanences de la région.
I hab noch niemols mini Haimet verlon.
Niemols kumm i je bis anne.

(Jamais je n’ai quitté ma patrie.
Jamais je n’y parviendrai.)
Au moment où les deux conseils départementaux d’Alsace fusionnent, alors que l’institutionnel et l’opérationnel sont en première ligne, il importe de ne pas perdre de vue l’impalpable qui constitue l’essence même de l’identité alsacienne et que, nul mieux qu’eux, les poètes savent entretenir.
Sans verser dans l’identitarisme ou le séparatisme, connectée à l’universel, à la solidarité nationale et à la coopération européenne, la reconnaissance d’une entité « Alsace » inscrite dans le marbre (fragile…) des institutions nous réjouit et nous stimule. Car, à l’image des deux conseils départementaux aujourd’hui fusionnés, l’Académie d’Alsace prône et pratique depuis son origine, en 1952, la cohésion régionale, la complémentarité des territoires, des milieux et des réseaux. Il est peu de structures résolument régionales en Alsace, et encore moins de transdisciplinaires, mais tel est l’ADN originel de notre compagnie, plus précieux et utile que jamais.
Démonstration concrète en sera bientôt apportée : notre groupe de travail de dix académiciens va bientôt remettre officiellement au président de la Collectivité européenne d’Alsace son rapport « Réenchanter les châteaux forts d’Alsace », outil au service d’une politique castrale renforcée. L’imaginaire des ruines, plus largement les rêveries sur le temps englouti, les heurs et malheurs passés, sont constitutifs du regard des Alsaciens sur leur région, nourrissant cette poétique de l’Alsace chantée par Claude Vigée, sans laquelle ne peut se déployer le joyeux « désir d’Alsace »..

Bernard Reumaux

Président de l'Académie d'Alsace

 

Claude Vigée (Bischwiller, 1921-Paris, 2020)

 

<< Nouvelle zone de texte >>

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace