Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Prix de la ville de Schongau

_______________________________________________

 

 

Fondé en 1962 lors de la signature de jumelage entre Schongau et Colmar.

D’une valeur de 1000€, financé par Schongau, le prix est attribué tous les deux ans et attribué à des personnes françaises ou allemandes qui, par leurs publications, ont contribué au renforcement des relations entre la France et l’Allemagne.

 


1990    SCHEFFEL Helmut
    Traducteur de nombreux auteurs français et allemands

 

1992    THILL Andrée
    Pour l’ensemble de ses travaux consacré au poète alsacien Jacob Balde (1604-1668)

 

1994    NIES Fritz
    Initiateur du Centre français interdisciplinaire de l’Université de Fribourg en Brisgau

 

1996    MEYER Astrid, STUDER Fernand et HECKLY Guy

Actions de développement pour la coopération transfrontalière et le bilinguisme en Alsace

 

1998    BRENDLZ Franz
« Dynastie und Reformation. Die würtembergische Herzöge Ulrich und Christoph zwischen Habsburg und dem Reichsfürstenstand”

 

2000    SORG Jean-Paul
    Pour ses travaux sur Goethe et Albert Schweitzer

 

2002    LERSCH Hermann
    Pour l’ensemble de son œuvre

 

2004    LESCOURET Marie-Anne
    Pour l’ensemble de son oeuvre

 

2006    BÜSENMEYER Hartwig
    « Das Koenigreich der Spielleute »

 

2008    BILLER Thomas et METZ Bernhard
    «  Burgen des Elsass »

 

2010    HUGUES Pascal
    «  Marthe et Mathilde »
    Prix remis à Horbourg-Wihr

 

2012    DÜSTERHAUS Donatus
    « Die Revolution als Schwester des Krieges »
Prix financé par la Kulturstiftung der Kreissparkasse Schongau qui se substitue à la ville

« L’Alsace me manque » : Zvardon confiné en Guadeloupe

Grand Prix 2019 de l'Académie d'Alsace, le photographe Frantisek Zvardon est confiné en Guadeloupe où, début mars, il réalisait un reportage dans les forêts de montagne. Ce Tchèque, bourlingueur dans le monde entier, vient de publier, sur le site Eurojournalist, une belle déclaration d'amour à l'Alsace.

http://eurojournalist.eu/frantisek-zvardon-mon-alsace/?fbclid=IwAR23U9vk16zGQmYz1pGOZHgHWMKXUu4fgpPHlTQNSb9YjcsQSPHZl1tETEM

 

 

L'Edito

Savoir d’où l’on vient,
pour préparer l’ « après »

La terrible épidémie qui ravage le monde a mis à mal les certitudes, bousculé les perspectives et réduit à néant les expertises. L’humanité, nue et tremblante comme après un cataclysme, s’interroge avec angoisse : de quoi demain sera-t-il fait ?
Le courage et la volonté, mais aussi la foi en la générosité et la création, seront les moteurs du redressement. Celui-ci aura lieu, même si nul n’en sait la forme et le calendrier.
Il est indispensable de commencer à y réfléchir, sans tabou, avec le cerveau et le cœur orientés à 360°, comme un radar cherchant des signes nouveaux.
Diffusées début mars, les Annales de l’Académie d’Alsace ont opportunément livré une histoire de notre compagnie (voir par ailleurs sur ce site). Elles donnent une réponse à la question de notre utilité dans le corps social : mobiliser des énergies et des bonnes volontés venues d’horizons différents, dans la recherche désintéressée d’un bien commun pour notre temps
Au lendemain du décès d’un de nos membres parmi les plus éminents, le professeur Francis Rapp, historien médiéviste à la brillante carrière, qui avait l’Alsace chevillée au cœur, une Alsace de tolérance et d’humanisme, savoir d’où l’on vient, méditer sur les drames passés pour contribuer à un monde d’harmonie, voilà la plus noble des éthiques, la plus féconde aussi.
L’Académie d’Alsace, dans l’esprit de ses pères fondateurs après la guerre, aura à ressourcer et à relier aux défis de l’ « après épidémie » sa belle mission.
Nous y reviendrons.


Bernard Reumaux

 

Réunion de préparation des Agoras, Strasbourg, 17 septembre 2019

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace