Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Prix 2017

________________________________________________

 

 

LAURÉATS DES PRIX DE L’ACADÉMIE D’ALSACE

(novembre-décembre 2017)

 

 

 

GRAND PRIX DE L’ACADÉMIE D’ALSACE
Jacques Bruderer
Remis au Festival du Livre de Colmar, 26 novembre 2017

 

Après un baccalauréat scientifique, Jacques Bruderer a choisi, à la surprise de ses proches, la voie de l’apprentissage pour devenir tailleur de pierre. Pari réussi : il fut meilleur apprenti de France en 2011, avant d’obtenir son brevet professionnel en 2009 et celui de maîtrise supérieure en 2013. Artisan depuis 2007, il a enchaîné les expériences professionnelles, restaurant monuments historiques, sculptures et charpentes dans toute la région. Il a travaillé récemment sur des édifices de la Neustadt à Strasbourg, classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Il dirige et anime, en outre, l’association pour la restauration du château du Schoeneck.

 

 


PRIX JEUNE TALENT
Cédric Philippe
Remis au Festival du Livre de Colmar, 26 novembre 2017

 

Le lauréat du prix décerné à un diplômé de l’année de la Haute école des arts du Rhin (HEAR) est né en Alsace en 1999. Il passe son adolescence dans le Jura où il s’éveille à la lecture et à la poésie. Après avoir tâté des sciences physiques, il bifurque vers des études artistiques, à la HEAR, où il développe les techniques du dessin, du graphisme et de la narration. Sa formation scientifique lui a apporté une rigueur qui lui permet d’exceller dans la combinaison du dessin et du texte. C’est tout naturellement vers une carrière mixte de romancier dessinateur qu’il se destine. Un premier contrat, signé il y a peu, avec une maison d’édition de Nantes, laisse augurer d’un bel avenir professionnel.

 

 

PRIX SCIENTIFIQUE DES BACHELIERS
Benjamin  Buhl
Remis au lycée Blaise-Pascal de Colmar, 26 novembre 2017

Originaire de Kunheim, a fréquenté le lycée Blaise-Pascal depuis 2014 : une seconde Européenne, puis une première et terminale SVT Européenne. Son bac scientifique 2017, il l’a obtenu à l’âge de 16 ans, avec la meilleure note de l’académie. Il a rejoint depuis la rentrée le lycée Kléber de Strasbourg en prépa PCSI (physique, chimie, sciences de l’Ingénieur) et envisage d’intégrer l’Ecole Normale Supérieur pour entreprendre une carrière de chercheur.

 


PRIX RAYMOND-MATZEN DES BACHELIERS
Florian Mourant
Remis au lycée Paul-Emile Victor d’Obernai, 8 décembre 2017

 

Ce prix récompense le bachelier de l’académie ayant obtenu la meilleure note dans l’option langue et culture régionale. Florian Mourant a été élève au lycée des Métiers Paul-Emile Victor d’Obernai et lauréat du baccalauréat professionnel « Maintenance des matériels agricoles ». Ses connaissances techniques et linguistiques – il maîtrise l’allemand et l’alsacien – lui ont valu d’être immédiatement embauché par l’entreprise Kuhn de Saverne, spécialiste de matériel agricole (4400 salariés dans le monde). À noter que, dans cet établissement, l’ensemble des bacheliers professionnels qui ne poursuivent pas en BTS ont immédiatement trouvé du travail. Bel éloge de l’apprentissage en Alsace !
 


PRIX PHILOSOPHIQUE DES BACHELIERS
Il a été remis le samedi 20 janvier 2018 au lycée épiscopal de Zillisheim, en fin de soirée. Ils étaient plus d’une centaine avec leurs parents, réunis pour fêter la réussite de la « fournée bachelière » 2017 et leurs retrouvailles, tous désormais loin de Zillisheim. Parmi les lauréats, une mention spéciale pour Hugo Scheubel qui poursuit désormais ses études en Angleterre, et que notre Académie, représentée par Gabriel Braeuner, Gérard Leser et Jean Richert, a distingué en lui décernant le prix philosophique des bacheliers.

 

PRIX MAURICE BETZ

Il a été remis à Jean Marie VALENTIN , germaniste, universitaire (Sorbonne)
Pour son livre « Le théâtre à Strasbourg, de Brant à Voltaire »

 

L'Edito

 

Travail académique
et utilité sociale

 

Quelle peut être l’utilité sociale de travaux académiques ?
La question circule au sein des académies en région affiliées à l’Institut de France et à ses cinq académies nationales. Et il apparaît que l’interdisciplinarité se révèle un outil précieux au service de la collectivité, surtout à l’heure de profondes remises en cause.
Le croisement des regards et des compétences se révèle gage d’efficacité maximale pour traiter de bonne manière les problématiques sociétales complexes. Fallait-il par exemple seulement confier la « gestion » de l’épidémie de Covid à quelques spécialistes pointus, sans ouvrir davantage aux économistes, géopoliticiens, philosophes, enseignants ? Un recours puissant et organisé à l’interdisciplinarité, aux curiosités croisées, à l’exigence de l’intérêt général, n’aurait-il pas été plus fécond, plus mobilisateur surtout, permettant de lever bien des doutes et d’éviter maints rejets ?
C’est dans cet esprit interdisciplinaire que l’Académie d’Alsace a travaillé, en 2019 et 2020, sur la politique castrale régionale, produisant un Rapport, consultable et téléchargeable sur ce site. Créé pour l’occasion avec quatorze de nos membres, le comité scientifique comprenait quelques historiens, mais aussi un metteur en scène d’opéra, un chef d’entreprise, un ethnologue, des responsables d’associations de terrain, une conservatrice de musée. Il s’est mis à l’écoute – entretiens, questionnaires, deux agoras publiques –, a travaillé pour produire des préconisations concrètes, dont nous savons qu’elles seront mises en œuvre.
Voilà l’utilité sociale de l’Académie d’Alsace adaptée aux exigences du XXIe siècle.
Voilà les orientations nouvelles de notre travail académique, nourri par la diversité féconde de nos membres, développé en agoras et groupes de travail, en symbiose avec le corps social dont nous avons mission de porter la continuité de valeurs façonnées par une riche et complexe histoire collective.

Bernard Reumaux

Président de l'Académie d'Alsace

 

Invitation à l’Agora du 19 novembre 2019

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace