Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

PRIX 2019

Le Prix lycéen de l’Essai philosophique à Valentin Staebler

Samedi 1er février, au Pavillon Joséphine à Strasbourg, dans le cadre d’un « banquet philosophique » très animé, le Prix 2020 de l'Essai philosophique, catégorie lycéen, a été remis à Valentin Staebler, élève du lycée André-Maurois de Bischwiller. Initié en 2007 par notre ancien président, Bernard Pierrat, ce prix de l'Académie d'Alsace a été redéfini pour s’intégrer désormais à la manifestation annuelle « La Philo hors ses murs » , organisée par une association d’enseignants en philosophie.

Le sujet du concours était « Notre souci du bien-être nous rend-il malheureux ? ». Le trésorier de l’Académie d’Alsace, Jean Richert, a prononcé la laudatio du brillant lauréat (voir sa copie en pièce jointe) et rappelé qu’il avait été lui aussi élève du lycée de Bischwiller et qu’il avait même été lauréat d’un grand prix de composition française, avant de devenir … physicien. Le dialogue des disciplines, voilà bien une spécificité de notre Académie !

 

Ci-dessous, de gauche à droite : Yann Martin (La Philo hors ses murs), Valentin Staebler, Jean Richert et Bernard Reumaux.

 

Notre souci du bien-être nous rend-il malheureux ?, par Valentin Staedler
PrixPhiloLycéen2020.pdf
Document Adobe Acrobat [135.5 KB]

 

 

 

PRIX DES BACHELIERS 2019

Parmi les trois prix remis chaque année par l’Académie d’Alsace à de jeunes bacheliers méritants, celui pour les Sciences Physiques a été décerné le 20 janvier à Zahra Messaoudi. Elève du lycée Henri-Meck de Molsheim, elle a obtenu en juin 2019 la note de 20/20 à l’épreuve du bac scientifique et la mention très bien à l’ensemble des épreuves de l’Abibac (Abitur allemand et baccalauréat français). Depuis, elle a entrepris des études de médecine à l’Université de Fribourg-en-Brisgau.

 

Zahra Messaoudi est entourée d’André Danic, proviseur, et de Gabriel Braeuner, chancelier de l’Académie d’Alsace, ainsi que de sa maman, de représentants de la communauté éducative du lycée et de membres de l’Académie d’Alsace. (Photo Francis Lichtlé)

 

 

 

PRIX BEATUS RHENANUS

En partenariat désormais avec la Ville de Sélestat, ce prix transfrontalier Regio a été remis à Dominik Wunderlin, ancien chef du département Europe au musée d’ethnographie et des arts et traditions populaires de Bâle, pour l’ensemble de son œuvre.

 

 

PRIX JEUNE TALENT 2019

Le jury de l’Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts a distingué Samuel Bas et Joachim Galerne comme lauréats de son prix annuel « Jeune Talent », pour leur travail conjoint de diplôme de la HEAR. Leur création associe les décors de Joachim et les personnages de Samuel, selon la technique ancienne du dessin animé. Il illustre la question : « pourquoi un site finit-il en ruines ? ».

Ce prix - un des neuf décernés chaque année par l’Académie d’Alsace - est remis à un ou une diplômé de la HEAR en section Illustration. Il a été fondé en 1990 par les héritiers du grand illustrateur Robert Beltz (1900-1981), qui a travaillé pour les plus grands écrivains dans des ouvrages d’art au style onirique et puissant.

Le diplôme, remis aux deux lauréats par Jean Hurstel, secrétaire général de la Conférence nationale des Académies, a été réalisé et illustré par la lauréate Jeune Talent 2018, Anna Griot. Le jury était composé d’artistes membres ou proches de l’Académie d’Alsace. Un événement grand public aura lieu comme chaque année au Festival du livre de Colmar pour présenter le travail des lauréats.

« L’Alsace me manque » : Zvardon confiné en Guadeloupe

Grand Prix 2019 de l'Académie d'Alsace, le photographe Frantisek Zvardon est confiné en Guadeloupe où, début mars, il réalisait un reportage dans les forêts de montagne. Ce Tchèque, bourlingueur dans le monde entier, vient de publier, sur le site Eurojournalist, une belle déclaration d'amour à l'Alsace.

http://eurojournalist.eu/frantisek-zvardon-mon-alsace/?fbclid=IwAR23U9vk16zGQmYz1pGOZHgHWMKXUu4fgpPHlTQNSb9YjcsQSPHZl1tETEM

 

 

L'Edito

Savoir d’où l’on vient,
pour préparer l’ « après »

La terrible épidémie qui ravage le monde a mis à mal les certitudes, bousculé les perspectives et réduit à néant les expertises. L’humanité, nue et tremblante comme après un cataclysme, s’interroge avec angoisse : de quoi demain sera-t-il fait ?
Le courage et la volonté, mais aussi la foi en la générosité et la création, seront les moteurs du redressement. Celui-ci aura lieu, même si nul n’en sait la forme et le calendrier.
Il est indispensable de commencer à y réfléchir, sans tabou, avec le cerveau et le cœur orientés à 360°, comme un radar cherchant des signes nouveaux.
Diffusées début mars, les Annales de l’Académie d’Alsace ont opportunément livré une histoire de notre compagnie (voir par ailleurs sur ce site). Elles donnent une réponse à la question de notre utilité dans le corps social : mobiliser des énergies et des bonnes volontés venues d’horizons différents, dans la recherche désintéressée d’un bien commun pour notre temps
Au lendemain du décès d’un de nos membres parmi les plus éminents, le professeur Francis Rapp, historien médiéviste à la brillante carrière, qui avait l’Alsace chevillée au cœur, une Alsace de tolérance et d’humanisme, savoir d’où l’on vient, méditer sur les drames passés pour contribuer à un monde d’harmonie, voilà la plus noble des éthiques, la plus féconde aussi.
L’Académie d’Alsace, dans l’esprit de ses pères fondateurs après la guerre, aura à ressourcer et à relier aux défis de l’ « après épidémie » sa belle mission.
Nous y reviendrons.


Bernard Reumaux

 

Réunion de préparation des Agoras, Strasbourg, 17 septembre 2019

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace