Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Prix 2021

 

L’Académie d’Alsace dynamise son prix Jeune Talent

et distingue trois diplômés de la HEAR

 

Fondé en 1990 par l’Académie d’Alsace en mémoire de Robert Beltz (1900-1981) – artiste qui a illustré sur bois gravés des œuvres majeures de la littérature (Baudelaire, Flaubert, Sébastien Brant) –, le prix Jeune Talent de l’Académie s’attache à identifier et encourager des talents émergents parmi les diplômés de l’année de la Haute école des arts du Rhin, HEAR. Il a connu cette année un développement significatif, mis en œuvre par Bernard Reumaux, Dénia Bahadir et Jean Hurstel au sein de l’Académie : au lieu d’un lauréat, ce sont trois qui sont désormais distingués ; un jury de haut vol a été constitué et un mécène s’est impliqué.
Anne Delerue et Martin Schultz, diplômés en option Art, et Marguerite Outhenin Chalandre issue de l’option Design textile, sont les lauréats « Jeune Talent de l’Académie » 2021, distingués le 17 septembre dans les locaux de l’école. La force singulière de leur travail et l’évidence de leur figure d’artiste déjà accompli ont, dans la diversité de leurs productions, séduit le jury qui a passé une partie de la journée de vendredi à rencontrer et auditionner les diplômés présents à la HEAR pour le week-end d’exposition des diplômes.
Le jury, constitué présidé par Dénia Bahadir, longtemps responsable du salon ST-ART, réunissait d’éminents experts de la création artistique contemporaine en Alsace, dont plusieurs sont membres de l’Académie d’Alsace : Philippe Dolfi, Madeleine Millot-Durrenberger, Eddy Vingataramin et Alexander Wojda, collectionneurs, Bernard Goy (DRAC), Yves Iffrig et Karine Graff, galeristes, Pierre-Jean Sugier (Fondation Fernet-Branca) et Roberta Hurstel.
Chacun des trois prix est doté d’une somme de 1000 € grâce à un mécénat assuré par Lafayette Patrimoine Finances, dont le président, Eddy Vingataramin, fondateur d’Immobili’art, entend impliquer les promoteurs immobiliers dans le soutien aux jeunes artistes de la scène locale.
Lors de la remise des prix, dans le lumineux jardin de la HEAR, le président de l’Académie d’Alsace, Bernard Reumaux, a remercié l’ensemble des étudiants et l’équipe de la HEAR pour « la cure de joie, de talent, d’énergie et d’espoir (qu’ils apportent) dans un monde torturé par les peurs et les doutes ».

 

Remise du prix Beatus Rhenanus 2021 par l’Académie d’Alsace à Hildegard Neulen Hüttemann

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Photo (Daniel Millot)

La lauréate entourée de Gabriel Braeuner, secrétaire perpétuel de l’Académie d’Alsace qui a prononcé la laudatio de la lauréate, Jean Hurstel, secrétaire général, représentant le président Bernard Reumaux, Marcel Bauer, maire de Sélestat et Richard Leibinger, ancien maire de Waldkirch.

 

C’est dans les salons de l’Hôtel de Ville de Sélestat, à l’invitation du maire Marcel Bauer et de Bernard Reumaux, président de l’Académie d’Alsace, qu’a eu lieu la remise du prix Beatus Rhenanus 2021, il y a quelques jours.
Ce prix, créé en 2017 par l’Académie d’Alsace avec le partenariat des Amis de La Bibliothèque humaniste de Sélestat, distingue tous les deux ans une personnalité, institution ou œuvre littéraire et scientifique du Rhin supérieur. Après James Hirstein, spécialiste de Beatus Rhenanus et Dominik Wunderlin, conservateur du musée des cultures de Bâle, c’est Madame Hildegard Neulen-Hüttemann qui a été retenue comme lauréate cette année. De nationalité allemande, enseignante, conseillère pédagogique et Dozentin à la Pädagogische Hochschule de Freiburg im Breisgau, elle a consacré sa vie professionnelle et son engagement culturel au dialogue franco-allemand et plus précisément à l’apprentissage et à la diffusion de la langue du voisin. Chargée, entre-autres, des relations transfrontalières dans le domaine scolaire et culturel au Regierungspräsidium de Fribourg, elle fut notamment à l’origine du Festival des deux langues qui réunit, depuis 1993 chaque année des centaines d’élèves de part et d’autre du Rhin. Elle préside depuis 1992 le cercle franco-allemand Waldkirch-Sélestat. Son engagement lui a valu Le Bundesverdienstkreuz en Allemagne alors que le Ministère de l’Éducation nationale l’a élevée, en 2005, au rang de commandeur des palmes académiques.

Par ce prix, l’Académie d’Alsace rappelle son enracinement régional à travers la valorisation de la double culture et son ouverture européenne dans l’esprit de l’humanisme rhénan.
La cérémonie s’est déroulée en présence d’une soixantaine d’invités. La Ville de Sélestat s’étant associée à l’événement en célébrant le demi-siècle d’engagement d’Hildegard Neulen-Hüttemann dans le jumelage de la cité des humanistes avec Waldkirch en Forêt-Noire.

 

 

 

L'Edito

 

Travail académique
et utilité sociale

 

Quelle peut être l’utilité sociale de travaux académiques ?
La question circule au sein des académies en région affiliées à l’Institut de France et à ses cinq académies nationales. Et il apparaît que l’interdisciplinarité se révèle un outil précieux au service de la collectivité, surtout à l’heure de profondes remises en cause.
Le croisement des regards et des compétences se révèle gage d’efficacité maximale pour traiter de bonne manière les problématiques sociétales complexes. Fallait-il par exemple seulement confier la « gestion » de l’épidémie de Covid à quelques spécialistes pointus, sans ouvrir davantage aux économistes, géopoliticiens, philosophes, enseignants ? Un recours puissant et organisé à l’interdisciplinarité, aux curiosités croisées, à l’exigence de l’intérêt général, n’aurait-il pas été plus fécond, plus mobilisateur surtout, permettant de lever bien des doutes et d’éviter maints rejets ?
C’est dans cet esprit interdisciplinaire que l’Académie d’Alsace a travaillé, en 2019 et 2020, sur la politique castrale régionale, produisant un Rapport, consultable et téléchargeable sur ce site. Créé pour l’occasion avec quatorze de nos membres, le comité scientifique comprenait quelques historiens, mais aussi un metteur en scène d’opéra, un chef d’entreprise, un ethnologue, des responsables d’associations de terrain, une conservatrice de musée. Il s’est mis à l’écoute – entretiens, questionnaires, deux agoras publiques –, a travaillé pour produire des préconisations concrètes, dont nous savons qu’elles seront mises en œuvre.
Voilà l’utilité sociale de l’Académie d’Alsace adaptée aux exigences du XXIe siècle.
Voilà les orientations nouvelles de notre travail académique, nourri par la diversité féconde de nos membres, développé en agoras et groupes de travail, en symbiose avec le corps social dont nous avons mission de porter la continuité de valeurs façonnées par une riche et complexe histoire collective.

Bernard Reumaux

Président de l'Académie d'Alsace

 

Invitation à l’Agora du 19 novembre 2019

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace