Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Annales 2019

 

Éditorial

 

 

Être de son temps et savoir d’où l’on vient

 

Bernard Reumaux
Président de l’Académie d’Alsace

 


« À quoi sert donc l’Académie d’Alsace ? » Cette question est souvent posée à nos membres. Une curiosité nourrie d’ignorance teinte l’interrogation. En effet, quelle peut bien être, en ce xxie siècle ouvert à tous les vents, traversé de puissantes interrogations, la fonction d’une institution coiffée du noble et ambigu terme d’académie ?
Un mot, une formule, une évidence en guise de réponse : « Notre Académie sert l’Alsace. »


Voilà à quoi nous servons ! Oui, depuis 1952, la fonction de l’Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts s’inscrit dans cette notion de service, avec une succession harmonieuse de styles et de présences au monde qui reflètent l’évolution de la région. Servir la région, c’est-à-dire réunir des personnes qui, par leurs actions et leur rayonnement, dans un esprit résolument transdisciplinaire, illustrent un attachement désintéressé et vigilant au bien commun régional.


Une Académie n’est pas une institution publique ou un corps constitué, ni une association de militants réunis autour d’une cause, ni un club-service ou une amicale. C’est le signe vivant, et un peu mystérieux, que l’esprit du lieu, le génie propre d’une terre, peuvent s’incarner dans une rencontre de femmes et d’hommes qui savent conjuguer leurs complémentarités.


L’intuition de nos pères fondateurs était généreuse et visionnaire, en modelant une compagnie régionale à partir des traces des anciennes académies locales que les chocs de l’histoire avaient éteintes. S’assumer fièrement alsacien et français, tout en affirmant prophétiquement l’impérieuse nécessité d’une construction européenne, d’une ouverture vers l’espace rhénan, vivre sans complexe cette identité tridimensionnelle, levier d’une renaissance collective, d’un nouvel humanisme porteur de sens : tout cela n’allait pas de soi dans les années 1950. Et reste d’actualité tant les repères anciens sont aujourd’hui brouillés. Car qui saurait répondre avec pertinence à ces questions : « Qu’est-ce que l’Alsace aujourd’hui ? » ; « Qu’est-ce qu’être alsacien ? ».


Eh bien voilà le chantier thématique que l’Académie d’Alsace ouvre en 2019, sous forme d’Agoras nomades, donnant la parole à ceux – pas forcément connus – qui contribuent à façonner l’Alsace du xxie siècle. Dans un corps social qui a tendance à cloisonner les milieux et les personnes, l’Académie d’Alsace a la légitimité et l’indépendance pour créer des passerelles et définir un espace commun. Membre de la Conférence nationale des Académies (qu’elle préside pendant deux ans), affiliée à l’Institut de France, elle n’entend pas s’enfermer dans un entre-soi régional souvent synonyme, en Alsace particulièrement, de frustrations et de ressassements, mais s’ouvrir à son environnement national et européen.
L’Alsace est féconde et rayonnante lorsque son destin singulier épouse de vastes défis et se connecte aux grands horizons.

 

L'Edito

Rentrée

 

Elle fut « solennelle » certes, la rentrée de l’Académie d’Alsace, samedi 25 septembre au musée Unterlinden de Colmar, réactivant la vieille tradition des « rentrées solennelles » à Colmar, chères à nos fondateurs. Mais elle fut surtout conviviale. Et tonique.
Une cinquantaine de membres étaient présents, dont une quinzaine de nouveaux entrants (quelle belle diversité de profils, d’âge, de qualités !).

Ce fut l’occasion des premiers échanges en présentiel depuis dix-huit mois. Evocation de projets dans deux directions : relancer l’une ou l’autre Agora, après le succès de celle consacrée aux châteaux forts d’Alsace ; et multiplier les petites réunions sur le territoire alsacien pour nouer des liens entre membres, décliner nos atouts interdisciplinaires, « faire compagnie ».
Le prix Maurice-Betz été remis ce jour-là en présence du maire de Colmar, Eric Straumann, à la traductrice Claire de Oliveira qui, avec notre confrère Jean-Marie Valentin, a éclairé la belle figure de ce Colmarien de Paris (1898-1946), « médiateur entre deux cultures ».
Ce fut l’occasion de rappeler que l’Académie d’Alsace a décerné, début août à Sélestat, son prix Beatus-Rhenanus à Hildegard Neulen-Hüttemann, saluant ses engagements dans les échanges culturels et scolaires franco-allemands. Et le 17 septembre, ce furent trois prix Jeune Talent – au lieu d’un seul les années précédentes – qui furent attribués à des diplômés de la Haute école des arts du Rhin (Strasbourg et Mulhouse).
Ces trois prix – Maurice-Betz, Beatus-Rhenanus, Jeune Talent – ont connu une spécialisation et une montée en puissance grâce à des partenariats nouveaux, venant de, respectivement, la Ville de Sélestat, la Ville de Colmar et le mécène Lafayette Patrimoine Finance.


Une Académie utile, enracinée, connectée à son environnement : voilà la feuille de route pour les saisons à venir, en adaptation pragmatique au contexte général.


Bernard Reumaux
Président de l’Académie d’Alsace

 

Invitation à l’Agora du 19 novembre 2019

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace