Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Annales 2019

 

Éditorial

 

 

Être de son temps et savoir d’où l’on vient

 

Bernard Reumaux
Président de l’Académie d’Alsace

 


« À quoi sert donc l’Académie d’Alsace ? » Cette question est souvent posée à nos membres. Une curiosité nourrie d’ignorance teinte l’interrogation. En effet, quelle peut bien être, en ce xxie siècle ouvert à tous les vents, traversé de puissantes interrogations, la fonction d’une institution coiffée du noble et ambigu terme d’académie ?
Un mot, une formule, une évidence en guise de réponse : « Notre Académie sert l’Alsace. »


Voilà à quoi nous servons ! Oui, depuis 1952, la fonction de l’Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts s’inscrit dans cette notion de service, avec une succession harmonieuse de styles et de présences au monde qui reflètent l’évolution de la région. Servir la région, c’est-à-dire réunir des personnes qui, par leurs actions et leur rayonnement, dans un esprit résolument transdisciplinaire, illustrent un attachement désintéressé et vigilant au bien commun régional.


Une Académie n’est pas une institution publique ou un corps constitué, ni une association de militants réunis autour d’une cause, ni un club-service ou une amicale. C’est le signe vivant, et un peu mystérieux, que l’esprit du lieu, le génie propre d’une terre, peuvent s’incarner dans une rencontre de femmes et d’hommes qui savent conjuguer leurs complémentarités.


L’intuition de nos pères fondateurs était généreuse et visionnaire, en modelant une compagnie régionale à partir des traces des anciennes académies locales que les chocs de l’histoire avaient éteintes. S’assumer fièrement alsacien et français, tout en affirmant prophétiquement l’impérieuse nécessité d’une construction européenne, d’une ouverture vers l’espace rhénan, vivre sans complexe cette identité tridimensionnelle, levier d’une renaissance collective, d’un nouvel humanisme porteur de sens : tout cela n’allait pas de soi dans les années 1950. Et reste d’actualité tant les repères anciens sont aujourd’hui brouillés. Car qui saurait répondre avec pertinence à ces questions : « Qu’est-ce que l’Alsace aujourd’hui ? » ; « Qu’est-ce qu’être alsacien ? ».


Eh bien voilà le chantier thématique que l’Académie d’Alsace ouvre en 2019, sous forme d’Agoras nomades, donnant la parole à ceux – pas forcément connus – qui contribuent à façonner l’Alsace du xxie siècle. Dans un corps social qui a tendance à cloisonner les milieux et les personnes, l’Académie d’Alsace a la légitimité et l’indépendance pour créer des passerelles et définir un espace commun. Membre de la Conférence nationale des Académies (qu’elle préside pendant deux ans), affiliée à l’Institut de France, elle n’entend pas s’enfermer dans un entre-soi régional souvent synonyme, en Alsace particulièrement, de frustrations et de ressassements, mais s’ouvrir à son environnement national et européen.
L’Alsace est féconde et rayonnante lorsque son destin singulier épouse de vastes défis et se connecte aux grands horizons.

 

L'Edito

Une poétique de l'Alsace

Décédé en octobre dernier, le grand poète Claude Vigée aurait eu cent ans le 3 janvier. Etats-Unis, Israël, Paris, il a connu tous les horizons, mais était resté arrimé à l’Alsace par l’esprit, par l’âme, par la poésie, par le dialecte. Ses souvenirs de Bischwiller, racontés dans Le Panier de houblon, portent témoignage sensible des bouleversements et des permanences de la région.
I hab noch niemols mini Haimet verlon.
Niemols kumm i je bis anne.

(Jamais je n’ai quitté ma patrie.
Jamais je n’y parviendrai.)
Au moment où les deux conseils départementaux d’Alsace fusionnent, alors que l’institutionnel et l’opérationnel sont en première ligne, il importe de ne pas perdre de vue l’impalpable qui constitue l’essence même de l’identité alsacienne et que, nul mieux qu’eux, les poètes savent entretenir.
Sans verser dans l’identitarisme ou le séparatisme, connectée à l’universel, à la solidarité nationale et à la coopération européenne, la reconnaissance d’une entité « Alsace » inscrite dans le marbre (fragile…) des institutions nous réjouit et nous stimule. Car, à l’image des deux conseils départementaux aujourd’hui fusionnés, l’Académie d’Alsace prône et pratique depuis son origine, en 1952, la cohésion régionale, la complémentarité des territoires, des milieux et des réseaux. Il est peu de structures résolument régionales en Alsace, et encore moins de transdisciplinaires, mais tel est l’ADN originel de notre compagnie, plus précieux et utile que jamais.
Démonstration concrète en sera bientôt apportée : notre groupe de travail de dix académiciens va bientôt remettre officiellement au président de la Collectivité européenne d’Alsace son rapport « Réenchanter les châteaux forts d’Alsace », outil au service d’une politique castrale renforcée. L’imaginaire des ruines, plus largement les rêveries sur le temps englouti, les heurs et malheurs passés, sont constitutifs du regard des Alsaciens sur leur région, nourrissant cette poétique de l’Alsace chantée par Claude Vigée, sans laquelle ne peut se déployer le joyeux « désir d’Alsace »..

Bernard Reumaux

Président de l'Académie d'Alsace

 

Claude Vigée (Bischwiller, 1921-Paris, 2020)

 

<< Nouvelle zone de texte >>

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace