Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Présentation de Monsieur Dominique HUCK par Bernard REUMAUX

25 juin 2017 - Turckheim Trois Epis

 

 

 

Chers confrères et consœurs de l’Académie,

Mesdames et Messieurs,

Cher Dominique Huck,

 

En vous attribuant en 2016 son Prix annuel de la Décapole, pour votre monumentale Histoire des langues de l’Alsace, notre Académie n’a pas seulement couronné ce que l’on appelle parfois, de manière admirative et respectueuse, l’ « œuvre d’une vie », mais aussi un ouvrage-clé pour la compréhension de l’Alsace d’aujourd’hui et de demain. A ce titre, il a semblé pertinent au comité de l’Académie de vous proposer de faire partie de notre compagnie. Et ce même comité m’a demandé, en tant qu’éditeur de cet ouvrage, de vous présenter devant nos membres.

 

Dominique Huck a eu la jeunesse, l’éducation et l’environnement de toute la génération des babyboomers projetés dans les Trente Glorieuses. Un monde ouvert, prospère et solidaire, des possibilités infinies d’horizons professionnels, de destins choisis. Avec les tentations de jeter aux orties le terroir, de dédaigner l’identité originelle au profit de ce monde nouveau et sans racines qui, partout, s’ouvrait.

Rien de tel chez Dominique Huck. Né à Strasbourg dans le quartier populaire et vivant de Cronenbourg, il est élevé au sein d’une famille alsacienne comme il y en a tant, c’est à dire avec des ancêtres optants en 1870 et d’autres venus de Berlin et de Silésie. Découvrant véritablement le français en arrivant à l’école, il développe progressivement un goût pour l’histoire et pour l’allemand. Il prend acte avec étonnement du complexe mélange des langues, entre français et dialecte, et de la condescendance manifestée vis-à-vis de sa langue maternelle, même par des Alsaciens dits de souche. Cela l’intrigue plus que le révolte. Le voilà qui s’interroge sur la place des langues dans la société, leurs rapports de force, de séduction, de rejet. A l’Université, il étudie l’allemand et les lettres modernes : CAPES puis agrégation d’allemand. Il entre à l’IUFM de Sélestat pour, 15 ans durant, former les enseignants à l’apprentissage de l’allemand, devenant l’un des premiers spécialistes de cette discipline.

Raymond Matzen et Adrien Fink lui font alors signe – on est à la fin des années 80 – pour intégrer par étapes le Département de Dialectologie de l’Université de Strasbourg. Plus tard, le recteur Jean-Paul de Gaudemar le charge d’une mission d’évaluation de l’enseignement de l’allemand dans le système scolaire alsacien. Un poste « où on prend des coups », confesse Dominique Huck avec la discrétion qui est une marque de fabrique chez lui. Professeur d’Université en 1997, directeur du Département de Dialectologie en 2011, Professeur émérite depuis l’an dernier, il pourra continuer – fort heureusement – à diriger des travaux de chercheurs. Et aura davantage de temps disponible, dont notre Académie pourra profiter.

Discret et bûcheur, c’est un observateur attentif et privilégié de la scène régionale, mais il se place plutôt en retrait, peu engagé dans les milieux associatifs régionaux. Il dit : « On peut difficilement à la fois observer et s’engager ». Ses engagements, réels et de longue durée, se sont exercés à l’intérieur du système éducatif, jamais dans l’espace public, pensant pouvoir agir plus efficacement de l’intérieur. D’autant que, comme il le dit lui-même, « selon les inspecteurs d’académie, les recteurs et ... l’air du temps syndical, les logiques politiques au sens idéologique, parfois assez personnelles, des responsables, l’emportaient sur une politique linguistique éducative globale, plus proche des textes nationaux. »

Voilà donc qui est Dominique Huck, un enseignant-chercheur adepte de l’injonction de Marc Bloch à ses collègues universitaires : « assurer le service en ville », c’est-à-dire avoir une présence active et responsable dans la société.

A ce titre, il a toute sa place dans notre Académie !

L'Edito

Être prêts
Comme tant d’acteurs de la société civile, du monde culturel et associatif, nous attendions beaucoup de cette rentrée, imaginée comme un retour à nos activités normales, aux initiatives qui tissent le maillage de la cité et assurent ses équilibres.

Il nous a fallu déchanter. Et annuler une bonne partie du programme de septembre : deux réunions de travail entre membres sur la relance de nos Agoras après six mois d’interruption contrainte et la rentrée solennelle de l’Académie d’Alsace à Colmar.

Il s’agissait de réactiver une ancienne tradition académique, suspendue depuis des années : la Ville de Colmar et le musée Unterlinden nous auraient accueilli avec faste et nous aurions fêté avec joie la lauréate du Prix Maurice-Betz 2020, la traductrice Claire de Oliveira, attendue de Berlin.
Petite consolation, la remise du Prix de la Décapole 2020 à Claude Woehrle (lire ci-contre et dans la rubrique Actualités) a permis de partager un moment de convivialité, en petit comité, grâce à l’accueil du maire de Turckheim. Plusieurs nouveaux membres étaient présents, aux côtés des anciens de l’Académie. L’attente d’un redémarrage puissant est unanime. Nous allons prendre quelques initiatives, adaptées aux exigences sanitaires du moment. Car il s’agir d’être prêts.

A l’heure des grandes interrogations, à la veille aussi de la constitution de la Collectivité européenne d’Alsace, l’Académie d’Alsace a une place, modeste mais bien réelle, utile, à prendre dans l’espace public de la région.

L’épidémie du COVID a frappé durement l’Alsace en ce début d’année 2020. Notre Académie, reflet à bien des égards des heurs et malheurs de la région, a enregistré la disparition de trois de ses membres : deux historiens prestigieux, membres de notre comité d’honneur, les professeurs Francis Rapp et Marcel Thomann, l’artiste peintre Ernest Meichler.

Une chaîne d’engagements et de fidélités fonde la légitimité de notre académie, ainsi qu’en témoigne l’entrée de 25 nouveaux membres, signifiant le renouvellement progressif et constant de notre assemblée, l’apport de sensibilités, d’expériences, de propositions qui viennent enrichir le travail commun.

C’est la plus importante entrée de nouveaux membres en notre sein, nous en préparons d’autres, car les enjeux de notre région – rebattus par la crise sanitaire et les bouleversements économiques et sociaux qu’elle induit – appellent une Académie d’Alsace puissante, dynamique, bien répartie sur le territoire et dans ses trois sections : Sciences, Culture et Société. Une attention particulière a été portée à la poursuite de notre féminisation et au rajeunissement.

Nous travaillons cet été à préparer une rentrée dynamique, en relançant notre grand projet des AGORAS, plus que jamais attentifs à notre environnement et conscients de notre utilité collective au service de l’Alsace. A très bientôt donc !


Bernard Reumaux

Président de l'Académie d'Alsace

 

Réunion de préparation des Agoras, Strasbourg, 17 septembre 2019

 

<< Nouvelle zone de texte >>

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace