Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Présentation de Monsieur Dominique HUCK par Bernard REUMAUX

25 juin 2017 - Turckheim Trois Epis

 

 

 

Chers confrères et consœurs de l’Académie,

Mesdames et Messieurs,

Cher Dominique Huck,

 

En vous attribuant en 2016 son Prix annuel de la Décapole, pour votre monumentale Histoire des langues de l’Alsace, notre Académie n’a pas seulement couronné ce que l’on appelle parfois, de manière admirative et respectueuse, l’ « œuvre d’une vie », mais aussi un ouvrage-clé pour la compréhension de l’Alsace d’aujourd’hui et de demain. A ce titre, il a semblé pertinent au comité de l’Académie de vous proposer de faire partie de notre compagnie. Et ce même comité m’a demandé, en tant qu’éditeur de cet ouvrage, de vous présenter devant nos membres.

 

Dominique Huck a eu la jeunesse, l’éducation et l’environnement de toute la génération des babyboomers projetés dans les Trente Glorieuses. Un monde ouvert, prospère et solidaire, des possibilités infinies d’horizons professionnels, de destins choisis. Avec les tentations de jeter aux orties le terroir, de dédaigner l’identité originelle au profit de ce monde nouveau et sans racines qui, partout, s’ouvrait.

Rien de tel chez Dominique Huck. Né à Strasbourg dans le quartier populaire et vivant de Cronenbourg, il est élevé au sein d’une famille alsacienne comme il y en a tant, c’est à dire avec des ancêtres optants en 1870 et d’autres venus de Berlin et de Silésie. Découvrant véritablement le français en arrivant à l’école, il développe progressivement un goût pour l’histoire et pour l’allemand. Il prend acte avec étonnement du complexe mélange des langues, entre français et dialecte, et de la condescendance manifestée vis-à-vis de sa langue maternelle, même par des Alsaciens dits de souche. Cela l’intrigue plus que le révolte. Le voilà qui s’interroge sur la place des langues dans la société, leurs rapports de force, de séduction, de rejet. A l’Université, il étudie l’allemand et les lettres modernes : CAPES puis agrégation d’allemand. Il entre à l’IUFM de Sélestat pour, 15 ans durant, former les enseignants à l’apprentissage de l’allemand, devenant l’un des premiers spécialistes de cette discipline.

Raymond Matzen et Adrien Fink lui font alors signe – on est à la fin des années 80 – pour intégrer par étapes le Département de Dialectologie de l’Université de Strasbourg. Plus tard, le recteur Jean-Paul de Gaudemar le charge d’une mission d’évaluation de l’enseignement de l’allemand dans le système scolaire alsacien. Un poste « où on prend des coups », confesse Dominique Huck avec la discrétion qui est une marque de fabrique chez lui. Professeur d’Université en 1997, directeur du Département de Dialectologie en 2011, Professeur émérite depuis l’an dernier, il pourra continuer – fort heureusement – à diriger des travaux de chercheurs. Et aura davantage de temps disponible, dont notre Académie pourra profiter.

Discret et bûcheur, c’est un observateur attentif et privilégié de la scène régionale, mais il se place plutôt en retrait, peu engagé dans les milieux associatifs régionaux. Il dit : « On peut difficilement à la fois observer et s’engager ». Ses engagements, réels et de longue durée, se sont exercés à l’intérieur du système éducatif, jamais dans l’espace public, pensant pouvoir agir plus efficacement de l’intérieur. D’autant que, comme il le dit lui-même, « selon les inspecteurs d’académie, les recteurs et ... l’air du temps syndical, les logiques politiques au sens idéologique, parfois assez personnelles, des responsables, l’emportaient sur une politique linguistique éducative globale, plus proche des textes nationaux. »

Voilà donc qui est Dominique Huck, un enseignant-chercheur adepte de l’injonction de Marc Bloch à ses collègues universitaires : « assurer le service en ville », c’est-à-dire avoir une présence active et responsable dans la société.

A ce titre, il a toute sa place dans notre Académie !

L'Edito


Vulgarisation ?
Le mot rebute souvent. Mais la réalité émerveille.
Car telle est la fonction et l’honneur des professionnel

s de la transmission, qu’ils soient intellectuels ou artisans, chercheurs pointus ou enseignants de terrain, praticiens des arts et de la culture.
Et tel est le rôle le plus noble des académies ! Pas de cultiver l’entre-soi, mais de s’ouvrir aux autres, ceux de toutes les disciplines du savoir et de la création bien sûr, mais aussi, surtout, les publics les plus divers et les moins spécialisés.
Nous en avons eu une brillante démonstration par un grand esprit de la « république des lettres », Michel Zink, de passage dans la région à l’invitation de l’Académie d’Alsace, dont il est membre du Comité d’honneur. A Altkirch le 6 avril, à Strasbourg le 8, tous ont été conquis par l’érudition et le charme du membre fraîchement élu de l’Académie française, du secrétaire perpétuel de l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, du professeur honoraire du Collège de France, du grand spécialiste des littératures françaises du Moyen Age, capable de déclamer pendant des heures des poèmes de troubadours en langue originale…
Michel Zink a fait un éloge de la vulgarisation, de la nécessité de trouver des formes adaptées pour toucher, cultiver, séduire des publics jugés a priori à distance. « Si la littérature médiévale devait rester uniquement affaire de spécialistes pointus, elle n’aurait aucune légitimité à être étudiée », dit-il. Cette recherche érudite doit venir enrichir le goût du public pour le Moyen Age, les châteaux en ruine, la chevalerie, elle doit montrer en quoi l’univers sensible de ce millénaire mal connu imprègne nos imaginaires et nous aide à nous définir dans la société, à préciser les notions de pouvoir, de conflits, d’amour.
Et cela marche ! Quatre cents personnes sont venues entendre Michel Zink.
Le fils du poète dialectal sundgauvien Georges Zink (sur la photo, il montre le livre de son père), devenu universitaire mondialement connu et auteur d’une vingtaine de livres soucieux de pédagogie, nous montre le chemin. Merci, cher prestigieux confrère !
Bernard Reumaux

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace