Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Présentation de Madame Marie-Laure de CAZOTTE par Monsieur Gabriel SCHOETTEL

25 juin 2016, Mulhouse

 

 

 

Chère Marie-Laure,

 

Jusqu'à l'an dernier, je n'avais jamais entendu parler de vous. C'est un tort, mais c'est ainsi. Il a fallu qu'un documentaire télévisé fallacieux, sur l'incorporation de force dans les waffen SS, soulève l'indignation des survivants, des historiens et des politiques alsaciens,  pour que je voie surgir votre nom à la tête de la croisade pour réhabiliter la vérité et la mémoire de ces incorporés. J'ai eu l'occasion de vous dire mon étonnement, alors, de voir une Parisienne, non historienne, non spécialiste, ni contemporaine de cette époque, engagée à l'assaut de la citadelle jacobine et audiovisuelle. Mais à quelque chose malheur fut bon, puisque ce fut à l'occasion de ce combat-là que je découvris votre roman A l'ombre des vainqueurs, paru à l'automne 2014 chez Albin Michel.

 

Je ne referai pas, chère Marie-Laure, malgré l'envie, l'éloge de ce roman exceptionnel. L'Académie d'Alsace lui a attribué son Prix en 2015, et j'ai eu le privilège et le bonheur, au Salon du livre de Colmar, de dire tout le bien que nous pensions de ce roman. On peut se reporter aux Annales 2015 de l'Académie, ou bien à notre site, dont la visite est toujours pleine d'enseignements : la laudatio de votre roman et votre réponse y figurent en bonne place. Avant le Prix de l'Académie, votre roman avait obtenu le Prix des romancières à Saint-Louis, et le Prix du roman historique à Blois. Et, il y a de cela quelques  semaines, le Prix du deuxième roman de Marche-en-Marenne est venu s'ajouter aux trois premiers ! Ces récompenses ont évidemment couronné la qualité littéraire remarquable de votre roman. Permettez-moi aussi d'espérer qu'elles contribueront à défendre la mémoire, notamment à l'extérieur de l'Alsace-Moselle, de ceux qui se sont tus trop longtemps.

 

Mais vous avez eu une vie avant A l'ombre des vainqueurs, et nous espérons bien qu'il y en aura une après ! J'ai signalé tout à l'heure que votre roman venait d'obtenir le Prix du deuxième roman. Cela suppose évidemment qu'il y en avait eu un premier : eh bien  celui-ci, qui s'appelle Un temps égaré, paru aussi chez Albin Michel, avait obtenu le Prix du premier roman à Chambéry en 2014. Dépêchez-vous, chère Marie-Laure, d'en écrire un troisième : il ne peut qu'obtenir le Prix du troisième roman ! Il est vrai que vous ne passez pas tout votre temps à écrire des romans ! Et si c'est d'abord l'écrivain que nous avons le plaisir d'accueillir au sein de notre Académie, vous avez bien d'autres cordes à votre arc, cordes qui exaltent toutes la Beauté et l'Art. Spécialiste de l' Histoire des Arts, vous avez en effet collaboré avec Christie's, Drouot, LVMH, vous avez été et vous êtes encore consultante auprès d'institutions aussi prestigieuses que le Mobilier National ou la Fondation Carla Bruni. Et en tant que journaliste spécialisée, vous avez écrit plus de cent cinquante articles sur des collections, des artistes ou des expositions. Voilà bien un domaine qu'il me reste à explorer, chère Marie-Laure ; mais il ne vous a pas échappé que notre Académie est celle des Sciences, des Lettres et des Arts, et que vous aurez certainement l 'occasion de nous apporter vos lumières en la matière. Peut-être pourrez-vous aussi, lors d'une discussion à bâtons rompus, échanger sur le charme des gondoles à Venise, puisque je vous sais gondolière -mais oui ! - ce qui ne manquera pas d'intéresser nos consœurs féministes, ou sur l'arboriculture, puisque vos talents de pomologue s'exercent sur vos arbres fruitiers du château de Birkenwald.

 

Et puisque j'ai évoqué ce château, qui est celui de votre famille, je suis sûr que les historiens, qui sont nombreux dans l'Académie, voudront échanger avec vous sur le séjour qu'y fit un certain Philippe de Hautecloque, le 22 novembre 1944, juste avant d'entamer sa charge héroïque pour libérer Strasbourg, le lendemain. Quant aux écrivains, qui ne sont pas moins curieux, ni moins nombreux parmi nous, ils se souviennent sûrement que Prince Eric des romans scouts de notre adolescence commence ses aventures précisément dans ce château de Birkenwald. Vous le voyez, chère Marie-Laure, les sujets de curiosité et de discussion ne manqueront pas, qui nous font vous accueillir avec joie parmi nous. 

« L’Alsace me manque » : Zvardon confiné en Guadeloupe

Grand Prix 2019 de l'Académie d'Alsace, le photographe Frantisek Zvardon est confiné en Guadeloupe où, début mars, il réalisait un reportage dans les forêts de montagne. Ce Tchèque, bourlingueur dans le monde entier, vient de publier, sur le site Eurojournalist, une belle déclaration d'amour à l'Alsace.

http://eurojournalist.eu/frantisek-zvardon-mon-alsace/?fbclid=IwAR23U9vk16zGQmYz1pGOZHgHWMKXUu4fgpPHlTQNSb9YjcsQSPHZl1tETEM

 

 

L'Edito

Savoir d’où l’on vient,
pour préparer l’ « après »

La terrible épidémie qui ravage le monde a mis à mal les certitudes, bousculé les perspectives et réduit à néant les expertises. L’humanité, nue et tremblante comme après un cataclysme, s’interroge avec angoisse : de quoi demain sera-t-il fait ?
Le courage et la volonté, mais aussi la foi en la générosité et la création, seront les moteurs du redressement. Celui-ci aura lieu, même si nul n’en sait la forme et le calendrier.
Il est indispensable de commencer à y réfléchir, sans tabou, avec le cerveau et le cœur orientés à 360°, comme un radar cherchant des signes nouveaux.
Diffusées début mars, les Annales de l’Académie d’Alsace ont opportunément livré une histoire de notre compagnie (voir par ailleurs sur ce site). Elles donnent une réponse à la question de notre utilité dans le corps social : mobiliser des énergies et des bonnes volontés venues d’horizons différents, dans la recherche désintéressée d’un bien commun pour notre temps
Au lendemain du décès d’un de nos membres parmi les plus éminents, le professeur Francis Rapp, historien médiéviste à la brillante carrière, qui avait l’Alsace chevillée au cœur, une Alsace de tolérance et d’humanisme, savoir d’où l’on vient, méditer sur les drames passés pour contribuer à un monde d’harmonie, voilà la plus noble des éthiques, la plus féconde aussi.
L’Académie d’Alsace, dans l’esprit de ses pères fondateurs après la guerre, aura à ressourcer et à relier aux défis de l’ « après épidémie » sa belle mission.
Nous y reviendrons.


Bernard Reumaux

 

Réunion de préparation des Agoras, Strasbourg, 17 septembre 2019

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace