Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Présentation de Robert Grossmann par Gabriel Braeuner

25 juin 2017 - Turckheim Trois Epis

 

 

 

C’est un homme libre qui se présente à notre Académie aujourd’hui. Une liberté qu’il a tenté d’incarner tout au long d’une longue carrière politique à forte dimension culturelle et littéraire, ce qui, convenons-en, est assez rare dans notre pays et dans notre région.

 

C'est par la littérature que Robert Grossmann entre en politique, c’est elle qui fonde sa vocation. C’est un écrivain contemporain, et pas n’importe lequel, André Malraux, qui le met sur le chemin. La Condition humaine, publiée en 1933, qu’il découvre à l’aube des années soixante en Fac des lettres de Strasbourg, est une révélation. Ce livre-clef, couronné du Goncourt à sa parution, influence déjà une partie de la jeunesse française à la veille de la guerre et continue de fasciner. Roman-reportage à l’écriture nerveuse, incisive et moderne, au découpage quasi cinématographique, son contenu à de quoi séduire par les thèmes abordés : ceux de la fraternité, de la mort choisie, de l’organisation de la Révolution, du rôle de l’intellectuel, du pouvoir de l’art. Nous sommes à Shanghaï en 1927 au moment où une insurrection communiste va être matée par le général Chang Kaï Shek. Les thèmes malruciens se mettent déjà en place qui font de l’engagement une nécessité, du courage un impératif, de l’art un anti-destin et de la fraternité la seule réponse qui vaille face à l’absence ou aux défaillances de Dieu. 

 

L’oeuvre de Malraux vous est familière, son destin aussi, publiquement légendaire et personnellement tragique, rythmé par trois passions l’art, la liberté et de Gaulle et la France. Celle de Robert Grossmann s’inscrit dans la même matrice, dans cette même triple passion à laquelle vous ajouterez l’Alsace. L'homme politique n’a cessé d’écrire, l’homme d’appareil n’a cessé d’élargir les frontières par un engagement culturel constant, l’Alsacien, qu’il est passionnément, n’a cessé d’interroger son identité. Ses trois premiers ouvrages, tous parus à la Nuée bleue, contiennent déjà tous ceux qui suivront. Prenez le temps de les lire ou relire :  La comtesse de Pourtalès : une cour française dans l’Alsace impériale 1836-1870-1914 (1995); Le choix de Malraux, l’Alsace une seconde patrie (1997), Main basse sur ma langue (1999).

 

Ajoutez-y le petit dernier, Malraux tel que je l’ai connu, en 2016, écrit pour les 40 ans de la mort du grand écrivain, « le plus noble aventurier de ce siècle »comme l’avait appelé son ami Alsacien, le chanoine Bockel. En 70 pages à peine, Robert Grossmann fait parler son coeur et nous invite à redécouvrir Malraux tel qu’il a découvert, rencontré et fréquenté à jamais intemporel et pourtant tellement lié à l’histoire de l’Alsace par, entre autres, ses amitiés, sa vie intime, Les noyers de l’Altenburg à relire d’urgence, et la Brigade Alsace-Lorraine, où il fut le colonel Berger. Il dit aussi toute sa dette et reconnaissance à l’ancien ministre de la culture du général de Gaulle qui avait assigné à son ministère la mission de «  rendre accessible au plus grand nombre les oeuvres capitales de l’humanité et favoriser la création des oeuvres de l’art et de l’esprit qui l’enrichissent ».

 

Robert Grossmann dans ses responsabilités politiques à la Région Alsace, à la Ville et à la Communauté urbaine de Strasbourg a tenté de mettre en oeuvre « une politique culturelle forte, visible et partagée »  où la culture comme chez Malraux était au coeur de l’action  publique. Et il a réussi. J’en suis, pour avoir été durant ces années Directeur des Affaires culturelles de Colmar, le fidèle, amical et souvent complice témoin. A la mise en valeur d’un patrimoine qui pèse d’un poids tout particulier en Alsace, il a ajouté le soutien à la création tant dans le spectacle vivant que dans les arts plastiques démontrant qu’on pouvait être l’héritier vigilant d’un riche passé et le serviteur d’une créativité riche et foisonnante qui un jour, elle aussi, s’inscrira dans notre patrimoine culturel. Pouvait-on rêver d’un meilleur candidat pour notre Académie des Sciences, des Lettres et des Arts, lui qui toute sa vie en a personnifié, par son engagement, ses valeurs ? Il était temps qu’il nous rejoigne.

 

L'Edito

Une poétique de l'Alsace

Décédé en octobre dernier, le grand poète Claude Vigée aurait eu cent ans le 3 janvier. Etats-Unis, Israël, Paris, il a connu tous les horizons, mais était resté arrimé à l’Alsace par l’esprit, par l’âme, par la poésie, par le dialecte. Ses souvenirs de Bischwiller, racontés dans Le Panier de houblon, portent témoignage sensible des bouleversements et des permanences de la région.
I hab noch niemols mini Haimet verlon.
Niemols kumm i je bis anne.

(Jamais je n’ai quitté ma patrie.
Jamais je n’y parviendrai.)
Au moment où les deux conseils départementaux d’Alsace fusionnent, alors que l’institutionnel et l’opérationnel sont en première ligne, il importe de ne pas perdre de vue l’impalpable qui constitue l’essence même de l’identité alsacienne et que, nul mieux qu’eux, les poètes savent entretenir.
Sans verser dans l’identitarisme ou le séparatisme, connectée à l’universel, à la solidarité nationale et à la coopération européenne, la reconnaissance d’une entité « Alsace » inscrite dans le marbre (fragile…) des institutions nous réjouit et nous stimule. Car, à l’image des deux conseils départementaux aujourd’hui fusionnés, l’Académie d’Alsace prône et pratique depuis son origine, en 1952, la cohésion régionale, la complémentarité des territoires, des milieux et des réseaux. Il est peu de structures résolument régionales en Alsace, et encore moins de transdisciplinaires, mais tel est l’ADN originel de notre compagnie, plus précieux et utile que jamais.
Démonstration concrète en sera bientôt apportée : notre groupe de travail de dix académiciens va bientôt remettre officiellement au président de la Collectivité européenne d’Alsace son rapport « Réenchanter les châteaux forts d’Alsace », outil au service d’une politique castrale renforcée. L’imaginaire des ruines, plus largement les rêveries sur le temps englouti, les heurs et malheurs passés, sont constitutifs du regard des Alsaciens sur leur région, nourrissant cette poétique de l’Alsace chantée par Claude Vigée, sans laquelle ne peut se déployer le joyeux « désir d’Alsace »..

Bernard Reumaux

Président de l'Académie d'Alsace

 

Claude Vigée (Bischwiller, 1921-Paris, 2020)

 

<< Nouvelle zone de texte >>

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace