Académie d’Alsace des Sciences, Lettres et Arts
    Académie d’Alsace   des Sciences, Lettres et Arts  

Présentation de Robert Grossmann par Gabriel Braeuner

25 juin 2017 - Turckheim Trois Epis

 

 

 

C’est un homme libre qui se présente à notre Académie aujourd’hui. Une liberté qu’il a tenté d’incarner tout au long d’une longue carrière politique à forte dimension culturelle et littéraire, ce qui, convenons-en, est assez rare dans notre pays et dans notre région.

 

C'est par la littérature que Robert Grossmann entre en politique, c’est elle qui fonde sa vocation. C’est un écrivain contemporain, et pas n’importe lequel, André Malraux, qui le met sur le chemin. La Condition humaine, publiée en 1933, qu’il découvre à l’aube des années soixante en Fac des lettres de Strasbourg, est une révélation. Ce livre-clef, couronné du Goncourt à sa parution, influence déjà une partie de la jeunesse française à la veille de la guerre et continue de fasciner. Roman-reportage à l’écriture nerveuse, incisive et moderne, au découpage quasi cinématographique, son contenu à de quoi séduire par les thèmes abordés : ceux de la fraternité, de la mort choisie, de l’organisation de la Révolution, du rôle de l’intellectuel, du pouvoir de l’art. Nous sommes à Shanghaï en 1927 au moment où une insurrection communiste va être matée par le général Chang Kaï Shek. Les thèmes malruciens se mettent déjà en place qui font de l’engagement une nécessité, du courage un impératif, de l’art un anti-destin et de la fraternité la seule réponse qui vaille face à l’absence ou aux défaillances de Dieu. 

 

L’oeuvre de Malraux vous est familière, son destin aussi, publiquement légendaire et personnellement tragique, rythmé par trois passions l’art, la liberté et de Gaulle et la France. Celle de Robert Grossmann s’inscrit dans la même matrice, dans cette même triple passion à laquelle vous ajouterez l’Alsace. L'homme politique n’a cessé d’écrire, l’homme d’appareil n’a cessé d’élargir les frontières par un engagement culturel constant, l’Alsacien, qu’il est passionnément, n’a cessé d’interroger son identité. Ses trois premiers ouvrages, tous parus à la Nuée bleue, contiennent déjà tous ceux qui suivront. Prenez le temps de les lire ou relire :  La comtesse de Pourtalès : une cour française dans l’Alsace impériale 1836-1870-1914 (1995); Le choix de Malraux, l’Alsace une seconde patrie (1997), Main basse sur ma langue (1999).

 

Ajoutez-y le petit dernier, Malraux tel que je l’ai connu, en 2016, écrit pour les 40 ans de la mort du grand écrivain, « le plus noble aventurier de ce siècle »comme l’avait appelé son ami Alsacien, le chanoine Bockel. En 70 pages à peine, Robert Grossmann fait parler son coeur et nous invite à redécouvrir Malraux tel qu’il a découvert, rencontré et fréquenté à jamais intemporel et pourtant tellement lié à l’histoire de l’Alsace par, entre autres, ses amitiés, sa vie intime, Les noyers de l’Altenburg à relire d’urgence, et la Brigade Alsace-Lorraine, où il fut le colonel Berger. Il dit aussi toute sa dette et reconnaissance à l’ancien ministre de la culture du général de Gaulle qui avait assigné à son ministère la mission de «  rendre accessible au plus grand nombre les oeuvres capitales de l’humanité et favoriser la création des oeuvres de l’art et de l’esprit qui l’enrichissent ».

 

Robert Grossmann dans ses responsabilités politiques à la Région Alsace, à la Ville et à la Communauté urbaine de Strasbourg a tenté de mettre en oeuvre « une politique culturelle forte, visible et partagée »  où la culture comme chez Malraux était au coeur de l’action  publique. Et il a réussi. J’en suis, pour avoir été durant ces années Directeur des Affaires culturelles de Colmar, le fidèle, amical et souvent complice témoin. A la mise en valeur d’un patrimoine qui pèse d’un poids tout particulier en Alsace, il a ajouté le soutien à la création tant dans le spectacle vivant que dans les arts plastiques démontrant qu’on pouvait être l’héritier vigilant d’un riche passé et le serviteur d’une créativité riche et foisonnante qui un jour, elle aussi, s’inscrira dans notre patrimoine culturel. Pouvait-on rêver d’un meilleur candidat pour notre Académie des Sciences, des Lettres et des Arts, lui qui toute sa vie en a personnifié, par son engagement, ses valeurs ? Il était temps qu’il nous rejoigne.

 

L'Edito

Être prêts
Comme tant d’acteurs de la société civile, du monde culturel et associatif, nous attendions beaucoup de cette rentrée, imaginée comme un retour à nos activités normales, aux initiatives qui tissent le maillage de la cité et assurent ses équilibres.

Il nous a fallu déchanter. Et annuler une bonne partie du programme de septembre : deux réunions de travail entre membres sur la relance de nos Agoras après six mois d’interruption contrainte et la rentrée solennelle de l’Académie d’Alsace à Colmar.

Il s’agissait de réactiver une ancienne tradition académique, suspendue depuis des années : la Ville de Colmar et le musée Unterlinden nous auraient accueilli avec faste et nous aurions fêté avec joie la lauréate du Prix Maurice-Betz 2020, la traductrice Claire de Oliveira, attendue de Berlin.
Petite consolation, la remise du Prix de la Décapole 2020 à Claude Woehrle (lire ci-contre et dans la rubrique Actualités) a permis de partager un moment de convivialité, en petit comité, grâce à l’accueil du maire de Turckheim. Plusieurs nouveaux membres étaient présents, aux côtés des anciens de l’Académie. L’attente d’un redémarrage puissant est unanime. Nous allons prendre quelques initiatives, adaptées aux exigences sanitaires du moment. Car il s’agir d’être prêts.

A l’heure des grandes interrogations, à la veille aussi de la constitution de la Collectivité européenne d’Alsace, l’Académie d’Alsace a une place, modeste mais bien réelle, utile, à prendre dans l’espace public de la région.

L’épidémie du COVID a frappé durement l’Alsace en ce début d’année 2020. Notre Académie, reflet à bien des égards des heurs et malheurs de la région, a enregistré la disparition de trois de ses membres : deux historiens prestigieux, membres de notre comité d’honneur, les professeurs Francis Rapp et Marcel Thomann, l’artiste peintre Ernest Meichler.

Une chaîne d’engagements et de fidélités fonde la légitimité de notre académie, ainsi qu’en témoigne l’entrée de 25 nouveaux membres, signifiant le renouvellement progressif et constant de notre assemblée, l’apport de sensibilités, d’expériences, de propositions qui viennent enrichir le travail commun.

C’est la plus importante entrée de nouveaux membres en notre sein, nous en préparons d’autres, car les enjeux de notre région – rebattus par la crise sanitaire et les bouleversements économiques et sociaux qu’elle induit – appellent une Académie d’Alsace puissante, dynamique, bien répartie sur le territoire et dans ses trois sections : Sciences, Culture et Société. Une attention particulière a été portée à la poursuite de notre féminisation et au rajeunissement.

Nous travaillons cet été à préparer une rentrée dynamique, en relançant notre grand projet des AGORAS, plus que jamais attentifs à notre environnement et conscients de notre utilité collective au service de l’Alsace. A très bientôt donc !


Bernard Reumaux

Président de l'Académie d'Alsace

 

Réunion de préparation des Agoras, Strasbourg, 17 septembre 2019

 

<< Nouvelle zone de texte >>

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Académie des Sciences, Lettres et Arts d'Alsace